[Documentaires] 31e Festival International du film d’environnement

Au cinéma des Cinéastes (Paris 17e), du 4 au 11 Février 2014  avait lieu le 31ème Festival International du film d’environnement.

IDF8881_DOSSIER_PRESSE_2014_V1.indd

Beaucoup de  » doc  » papier disponible, sur place, pendant ce festival, dont un livret de 210 pages présentant les 110 films et les 22 web documentaires venant de 38 pays, sans oublier dépliants, fanzines et affiches :
pas terrible, cette déferlante de papier pour l’écologie…
Et pourtant malgré une unité de communication comportant plus de 100 noms de la Région Ile de France et de nombreux partenaires, ce festival gratuit semble peu connu -du commun des mortels – en Île de France …

Il y avait foule – pour ne pas dire la pagaille – cependant devant le Cinéma des Cinéastes, le seul lieu, à Paris, avec le cinéma la Clef ,où étaient projetés les films du festival .
Tous n’ont pas pu voir le film qu’ils avaient choisi, faute de places ( les salles 2 et 3 sont petites, seule la salle 1 peut recevoir 300 personnes ). Cela a été mon cas mais cela m’a permis de découvrir de belles surprises avec des sujets originaux .
J’ai beaucoup apprécié la variété des thématiques et la présence enthousiaste des réalisateurs, bien que ces derniers étaient souvent chronométrés en temps de paroles.

Un petit résumé de nos découvertes et « coups de cœur « :

1/ Commençons notre périple par « À la recherche de la biodiversité laotienne »

http://www.biodiversite-laos.fr/
http://www.biodiversite-laos.fr/

Ce documentaire retrace les péripéties d’une mission du XXI ème siècle au Laos , en Asie du Sud Est .
Partager le quotidien et le savoir de scientifiques, logisticiens, architectes pour inventorier la biodiversité tropicale du Laos est une expérience passionnante.
A voir absolument si vous êtes ignorants, par exemple, en herpétologie !
Un véritable dépaysement dans un décor vert et luxuriant où des hommes peuvent passer des heures au dessus des arbres dans un ballon .
La présence des jeunes réalisateurs, Andrea et Johann Haug, qui intervenaient entre les séquences, apportait encore plus de piquant au récit grâce à quelques anecdotes croustillantes …
J’ai ressenti une grande admiration pour ces chercheurs passionnés, hommes et femmes qui risquent parfois leur vie, dans une nature souvent hostile et qui font preuve d’une grande humilité.

Site web : http://www.biodiversite-laos.fr/

2/Autre documentaire passionnant : « Inégalité pour tous »  de Jacob Kornbluth.

inegalitepourtous

« Inequality for all » est une leçon d’Économie de 85 ‘à la fois terrible et jubilatoire.

Robert Reich, brillant et vénéré professeur, applaudi comme une rock star par ses étudiant , a été secrétaire du Travail sous la présidence de Bill Clinton.
Cet homme, à la forte personnalité, explore les causes des inégalités salariales aux États Unis.
Ce personnage porte un regard bienveillant sur le monde, mais on le sent très marqué par l’injustice.
Sa prestance et son charme rendent le sujet plus attractif (et pourtant Dieu sait si l’économie n’est pas ma tasse de thé ! ) Brillant orateur on apprécie aussi son humour,  par exemple lorsqu’il évoque sa petite taille, dont il a tiré une force.
La mise en scène vive et ludique de Kornbluth contribue également à l’intérêt de ce documentaire accessible à tous.
Une réussite dans le domaine de la pédagogie !

Après Deauville, le FIFE et Sundance, ce documentaire sera visible en DVD le 18  février 2014.

Voir la bande-annonce en cliquant ici.

INEGALITE POUR TOUS – bande-annonce par luminorfilms

 

3/Toujours aux États Unis, « Braddock America » nous entraîne en Pennsylvanie dans un bastion de la sidérurgie qui est aujourd’hui en déclin.


On y voit une ville presque laissée à l’abandon suite à la fermeture des aciéries .Tristesse des maisons vides …
J’ai été sensible aux récits de ces ouvriers qui étaient fiers de leur activité, malgré les conditions de travail éprouvantes (bruit,chaleur et poussière).
Certains témoins étaient en larmes lorsqu’ils évoquaient leur longue carrière professionnelle .
Nostalgie, quand tu nous tiens !
Un long travail de documentation de la part de Jean-Loïc Portron et de Gabriella Kessler;  j’ai particulièrement apprécié les images d’archives….
« Braddock America » est un sujet intéressant puisque la désindustrialisation nous concerne tous.
Site internet : www.zed.fr
A noter : la projection du film a été suivie d’un concert du Trio Portron Lopez, compositeur de la bande originale du film.

 

4/Allez, on part en Norvège à la découverte des « Réfugiés de la nuit polaire » / « The Refugees of Polar Light « 


Après » Ceuta douce prison » sous le soleil , zoom sous la neige sur Stamsund , une petite île de pêcheurs , au nord de la Norvège.
On entre dans le Mottakcenter où des individus attendent leurs papiers assis dans des canapés en cuir Chesterfield d’un ancien hôtel .
Salle de sports bien équipée, ordinateurs et téléphones portables à la disposition de chacun , cuisines bien aménagées et mobilier design , vue magnifique …
On est surpris par la découverte de ce centre de rétention situé dans les Iles Lofoten ,une des destinations les plus prisées des agences de voyages.
On pourrait penser à un Eldorado. Pourtant il manque à tous ces résidents la vraie liberté et la reconnaissance de leur statut de réfugié politique. Certains demandeurs d’asile s’intègrent localement, d’autres pas .
J’ai trouvé de l’intérêt à partager ces instants (60′ ) avec ces personnes dont la vie est synonyme d’attente ,parfois pendant plusieurs années .
Un sujet traité avec beaucoup de bienveillance par deux jeunes réalisateurs, Jonathan Châtel et Charles Emptaz qui ont animé le débat suite à la projection.

Site internet : http://www.lesfilmsdelair.com/film/les-refugies-de-la-nuit-polaire

5/Pour clore cette balade documentaire, j’ai atterri en Chine avec »Three Letters From China (Watermarks)  »
Première française pour ce doc passionnant réalisé par Luc Schaedler originaire de Suisse .
On est transporté dans le Nord aride de la Chine, à Wuhai, une région dévastée par les mines de charbon et marquée par l’exode rural.
J’ai été émue par les relations familiales entre parents et enfants :en particulier par la frustration de ce jeune homme qui a été contraint de vivre en ville alors qu’il aurait préféré rester chez ses parents à la campagne
Puis on découvre une région verdoyante, au sud, à Yangshuo, où la vie semble plus facile mais ce n’est qu’une apparence .
Enfin, on débarque à Chongqing , une métropole immense où une jeune vingtenaire nous raconte son histoire hors du commun .et sa volonté inébranlable de réussir dans un monde en pleine mutation .
J’ai été très touchée par ces témoignages spontanés qui rendent les personnes interrogées très attachantes.

Site internet : www.widehouse.org

Voilà un modeste aperçu des documentaires que j’ai appréciés pour leur originalité et leur qualité. lls avaient tous un point commun, à savoir la dénonciation de l’injustice.

 

En savoir plus sur le festival :

Festival international du film d’environnement

Palmarès 2014 :

(source :  site officiel du site)

Big Men – Les Prochains Rois du pétrole

Etats-Unis/Royaume-Uni/Danemark – 2013 – 99’
Réalisatrice : Rachel Boynton
Sites internet : www.filmstransit.com, www.bigmenthemovie.com

  • Le prix du Public / prix de la fiction revient à « la Belle Vie » de Jean Denizot.  Nous y reviendrons dans un autre article !

 

Enhanced by Zemanta

2 thoughts on “[Documentaires] 31e Festival International du film d’environnement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *