[Avis] Les Heures Sombres (Darkest hour) de Joe Wright avec Gary Oldman et Kristin Scott Thomas

En salles le 3 janvier, Les Heures Sombres (Darkest hour) de Joe Wright (Anna Karénine) est un biopic de Winston Churchill sur une courte période mai- juin 1940. Voici ce que j’en ai pensé.

Synopsis LES HEURES SOMBRES

Homme politique brillant et plein d’esprit, Winston Churchill est un des piliers du Parlement du Royaume-Uni, mais à 65 ans déjà, il est un candidat improbable au poste de Premier Ministre. Il y est cependant nommé d’urgence le 10 mai 1940, après la démission de Neville Chamberlain, et dans un contexte européen dramatique marqué par les défaites successives des Alliés face aux troupes nazies et par l’armée britannique dans l’incapacité d’être évacuée de Dunkerque.
Alors que plane la menace d’une invasion du Royaume- Uni par Hitler et que 200 000 soldats britanniques sont piégés à Dunkerque, Churchill découvre que son propre parti complote contre lui et que même son roi, George VI, se montre fort sceptique quant à son aptitude à assurer la lourde tâche qui lui incombe. Churchill doit prendre une décision fatidique : négocier un traité de paix avec l’Allemagne nazie et épargner à ce terrible prix le peuple britannique ou mobiliser le pays et se battre envers et contre tout.
Avec le soutien de Clémentine, celle qu’il a épousée 31 ans auparavant, il se tourne vers le peuple britannique pour trouver la force de tenir et de se battre pour défendre les idéaux de son pays, sa liberté et son indépendance. Avec le pouvoir des mots comme ultime recours, et avec l’aide de son infatigable secrétaire, Winston Churchill doit composer et prononcer les discours qui rallieront son pays. Traversant, comme l’Europe entière, ses heures les plus sombres, il est en marche pour changer à jamais le cours de l’Histoire.
(via Universal)

 

AVIS : LES HEURES SOMBRES

 
LES HEURES SOMBRES est un excellent film !
Émouvant, esthétiquement réussi sans parler de la belle performance des acteurs…
Sous sa tonne de maquillage et de prothèses,  l’acteur caméléon Gary Oldman est un superbe Churchill, il sera sûrement cité pour l’Oscar du meilleur acteur.
Ben Mendelssohn est très bien dans le rôle du roi George VI –  succédant ainsi dignement à Colin Firth dans le Discours d’un roi. C’est une bonne surprise de le voir jouer autre chose qu’un « bad guy ».
Les figures féminines ne sont pas en reste : Kristin Scott Thomas incarne Clementine, surnommée Clemmie, l’épouse de Churchill et sa meilleure supportrice. Il est intéressant de voir l’influence de Clemmie sur son mari ainsi que leur relation de couple.
Enfin il y a Lily James (Cendrillon, Baby Driver…) qui incarne la jeune et innocente Elizabeth Layton, assistante personnelle de Churchill. Avec ce personnage, tout avec celui de Clemmie, on découvre Churchill sous un autre angle. Le personnage d’Elizabeth permet aussi à Churchill, dans le film, de prendre conscience de l’importance du jugement de ses contemporains.
Au début du film, Winston Churchill se voulait rassurant, estimant que la population britannique avait moins besoin de vérité que de cohésion nationale.
Le nouveau Premier ministre est montré comme conscient qu’il vivait dans une bulle, dans un milieu privilégié, comme de nombreux politiciens. Ce qui particulièrement émouvant,  c’est qu’il va faire éclater cette bulle, et consulter « le peuple ».
Le film a même réalisé un de mes rêves (spoiler : une scène incroyable : voir un homme vivant dans les hautes sphères prenant le métro tout en discutant avec ses usagers !)
Les Heures sombres montre donc un autre visage du Premier ministre, plus vulnérable, il dresse un portrait plus intime. Cette œuvre « humanise » le grand homme.

On savait que Joe Wright depuis « Reviens-moi » (Atonement) savait montrer les événements historiques et la guerre en particulier sous un autre angle. Ici il se concentre sur quatre semaines cruciales pour l’Histoire Mondiale en 1940. Le réalisateur ne filme pas la Guerre des champs de batailles, mais les luttes de pouvoir intestines, les coulisses de la guerre, les hommes et les femmes qui ne sont pas au front. C’est l’opposé de Dunkerque, même si la chronologie des deux films est quasi simultanée.

Wright va de l’intérieur vers l’extérieur et vice versa… Aidé de Bruno Delbonnel qui a concocté une superbe photographie, le réalisateur alterne les gros plans sur les visages avec des vues aériennes. On voit par exemple un champ ravagé par les bombardements se transformer en visage juvénile, celui d’une victime du bombardement… Autre plan spectaculaire, celui de la bombe plongeant sur une ville pour atterrir sur une église et sur l’officier britannique en liaison avec Churchill.
Le scénario d’Anthony Mc Carten est nuancé, il n’est pas manichéen. On comprend les points de vue du roi George, de Churchill et de Chamberlain. Les enjeux sont bien expliqués également. Le scénario n’oublie pas l’humour. On (sou) rit des répliques ou des manies de Churchill, de son excentricité …
Il y aurait beaucoup à dire sur le film, mais je vais m’arrêter ici.
Le seul bémol que je pourrais peut-être trouver concerne justement la musique qui force un peu l’émotion, même si elle est très agréable à l’oreille.
A la fois politique et intime, le film LES HEURES SOMBRES retrace l’histoire de Churchill et l’Histoire Mondiale avec une écriture impeccable et une interprétation sans faille.

LES HEURES SOMBRES
Date de sortie :  3 janvier 2018 (2h 05min)
De Joe Wright
Avec Gary Oldman, Kristin Scott Thomas, Ben Mendelsohn, Lily James …
Distributeur : Universal France
Illustrations © Universal France/Focus Features

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *