[Critique] Star Trek Into Darkness de J.J. Abrams

Rapport de Claire au lecteur : voici mon avis sur le second opus de Star Trek, nouvelle génération, j’ai nommé STAR TREK INTO DARKNESS de J.J. Abrams !

Star Trek Into Teaser. STIDLes Trekkies et moins fans n’en pouvaient plus de ce suspens ! Ce n’était vraiment pas humain de diffuser 40 minutes de STAR TREK INTO DARKNESS, d’inviter J.J. Abrams à une masterclass lors de la « première avant-première « , plusieurs mois à l’avance. Pour la petite histoire, cette projection a été tellement prise d’assaut qu’on a refoulé du monde. Paramount et « J.J. » avaient sorti le grand jeu en proposant aussi de gagner des places sur Twitter. Mais pour les moins chanceux, l’attente est difficilement surmontable et ce deuxième opus de Star Trek new look, incontournable !  Alors, attente justifiée, beaucoup de bruit pour rien ou encore beaucoup de bruit… pour beaucoup de bruit !?

 

CRITIQUE

star-trek-into-darkness-3-1024x608

A bord de l’Enterprise

Force est de constater que le film en met  plein la vue… et plein les oreilles. Dès le prologue on est immergés dans l’espace et dans une surenchère d’effets spéciaux et d’action. Les effets spéciaux sont au top niveau (mais où s’arrêteront -ils ? On dirait qu’il n’y a plus d’ultime frontière visuelle.)
Quant aux efforts sonores, ils étaient trop forts, dans les deux sens du terme. Mon siège vibrait à chaque décollage du vaisseau mythique ou explosion…  M’apercevant que je risquais des acouphènes, j’ai associé bouchons aux oreilles et lunettes 3D sur le nez. Oui, vous avez bien lu : j’ai sorti mes boules Quiès comme à un concert – et j’ai très bien entendu, merci !
Parlons de la bande originale : la musique composée par Michael Giacchino ajoute au côté sensationnel de l’ensemble, même si la musique qui m’a fait le plus d’effet est le générique de la série d’origine (judicieusement utilisé). Vous l’aurez compris,  Star Trek Into Darkness  est un film qui déménage et dépayse. Les planètes, les paysages citadins de Londres et San Francisco dans le futur sont superbe. Et même si le réalisateur abuse du lens flare, on s’y habitue très vite.

star-trek-into-darkness-spock and kirk-1024x707

Des acteurs perdus dans l’espace ou … dans le scénario ?

C’est bien beau tout cela, me direz-vous, mais le scénario et l’interprétation ? Là, j’avais envie d’envoyer un signal de détresse. Histoire de faire une pause pour réfléchir à quelques rebondissements ou incohérences. Mais je n’en ai pas eu le temps. Trop d’action ! Le film qui démarrait plutôt bien s’égare ensuite. Certains moments sont vraiment prévisibles, même pour un enfant de neuf ans qui n’a jamais vu un film de SF. C’est comme si J.J. Abrams (dont j’avais beaucoup aimé Super  8) prenait toutes les influences de la science fiction qu’il aime et les mélangeait en même temps. Le réalisateur en profite pour nous réciter une leçon sur l’honneur, l’amitié, la famille, le sens du sacrifice et du devoir, la naissance de l’héroïsme… Le tout est indigeste – et à force de vouloir trop en mettre,  le film dure 2 h 10.

J’ai eu l’impression que JJ Abrams voulait aussi donner sa minute de gloire à chaque acteur – ce qui pourrait être une bonne chose, mais en fait, non.
Prenons par exemple les deux femmes dans le film. La nouvelle venue Alice Eve a deux ou trois répliques sympathiques ainsi qu’un moment en sous-vêtements pour montrer sa plastique parfaite. On aurait voulu cependant que sa relation avec Kirk ainsi qu’avec les autres personnages soit plus développée. Cependant, elle aidera à sa façon à faire avancer l’intrigue. Idem pour Zoë Zaldana : elle hérite de moments forts ou amusants notamment lorsqu’elle dialogue avec Spock… Mais ça ne va pas plus loin. Dommage.

On rigole grâce à Simon Pegg ( le rigolo de service qui s’intègre parfaitement aux films d’action … souvenez de sa performance dans Mission:Impossible 4). Scotty est moins lisse que prévu et j’avoue que l’acteur a toute ma sympathie. Mission accomplie pour Scotty – Simon et son joli accent britannique. Lui aussi sauvera les héros. De même, Karl Urban instille un peu d’humour au personnage de Bones…  Lui aussi sera utile… Même  Zulu  et Pavel Chekov auront leur heure de gloire.  A noter que Chekov joué par Anton Yelchin a vraiment un accent caricatural dans le film, encore plus que dans le premier à mon avis !

Le duo de personnages principaux Kirk-Spock développe aussi un certain humour à la Sherlock Holmes et Watson.
Chris Pine (Kirk) reprend la combinaison du capitaine Kirk et n’a pas le charisme d’un Christian Bale ou d’un Robert Downey junior, par exemple.  Mais il est plus beau- jeune-impulsif que William Shatner (c’était la minute midinette).
Zachary Quinto (Spock) s’en sort bien, cela fait quand même bizarre de le voir  » s’humaniser » ! On reverra avec plaisir Peter Weller (Robocop, c’était lui) et son regard bleu glacier.

Passons à celui – dont- je- ne – sais-pas-bien-prononcer-le-nom : Benedict CumberbatchBenedict joue  un être génétiquement modifié  âgé de  300 ans qui veut sauver son équipage en devenant terroriste… Cette fois,donc, il joue un méchant. Le  Méchant (SPOILER :  l’ennemi de Kirk est peut-être gentil en fait  – mais non en vrai il est super méchant !).
Bizarrement je n’y ai pas cru. Même pas peur, Benedict.  D’ailleurs, l’acteur lui-même semble peu convaincu par ce qu’il raconte de sa belle voix suave. Nombreuses sont les réactions que j’ai vu passer sur le web qui me contredisent. Mais autant j’aime l’acteur dans la Taupe par exemple, autant son jeu ici m’a laissé froide.

 

Conclusion 

Star Trek Into Darkness, c’est du grand divertissement qui en met plein les yeux. Un vrai blockbuster qui devrait cartonner pendant la Fête du cinéma. Les décors sont superbes. Les effets spéciaux sont décapants. Mais l’histoire présente de gros défauts (un peu comme Oblivion), et la surenchère de sons et d’images m’a gâché mon plaisir de spectatrice. Finalement, ce film n’était pas pour moi. De toute façon, je suis plus une fan de Star Wars qu’une Trekkie. Star Trek Into Darkness  a eu le mérite de me rendre nostalgique de la série télévisée – surtout que l’on aperçoit Leonard Nimoy, joli clin d’oeil à l’original…

  • EDIT : Vous pouvez écouter le débat sur le film organisé par  Kaboom L’émission en cliquant ici :

 STAR TREK INTO DARKNESS de J.j. Abrams

 

 STAR TREK  INTO DARKNESS

LE 16 OCTOBRE 2013 EN DVD, BLU-RAY ET BLU-RAY 3D.

EN 3D et IMAX

Réalisateur : J.J. Abrams

Acteurs : Chris Pine, Zachary Quinto, Benedict Cumberbatch, Zoe Saldana, Simon Pegg

Distribution : Paramount Pictures France

Durée : 2h10

Date de sortie : 12 Juin 2013

 

Synopsis : Alors qu’il rentre à sa base, l’équipage de l’Enterprise doit faire face à des forces terroristes implacables au sein même de son organisation. L’ennemi a fait exploser la flotte et tout ce qu’elle représentait, plongeant notre monde dans le chaos…

Dans un monde en guerre, le Capitaine Kirk, animé par la vengeance, se lance dans une véritable chasse à l’homme, pour neutraliser celui qui représente à lui seul une arme de destruction massive.

Nos héros entrent dans un jeu d’échecs mortel. L’amour sera menacé, des amitiés seront brisées et des sacrifices devront être faits dans la seule famille qu’il reste à Kirk : son équipe.

 

Retrouvez toutes les informations concernant STAR TREK INTO DARKNESS sur :

www.startrek-lefilm.fr et www.facebook.com/StarTrek.fr

 https://twitter.com/paramountfr

 

Enhanced by Zemanta

2 thoughts on “[Critique] Star Trek Into Darkness de J.J. Abrams

  1. Je te rejoins sur le scénario, simple prétexte à mettre en place des scènes d’action.
    Mais en même temps, cette action non-stop me plaît beaucoup, un peu de la même façon que pour MI:3, J.J. Abrams réussit à nous divertir pendant 2h sans jamais nous ennuyer.

    J’ai bien aimé la prestation des acteurs, notamment celle de Benedict Cumberbatch, que j’ai trouvé impérial. Un acteur qu’on reverra, à coup sûr dans de grands rôles.

    Tu as regardé un film avec des boules quiès?!?
    C’est vrai que les effets sonores étaient importants mais justement j’ai trouvé le rendu des enceintes très bon, j’aurais même du aller le voir en imax pour en profiter davantage. Mais comme je voulais éviter la 3D…

    Carton rouge quand même pour ton histoire de boules quiès , Claire…

    1. Oui. Beaucoup ont aimé STID. Je ne dis pas que c’est mal fait, certaines scènes sont grandioses ! Mais chacun ses limites et j’ai saturé… Pareil pour le son : j’ai l’ouïe assez sensible (d’où mon agacement pour les téléphones qui vibrent pendant le film etc). Je n’étais pas la seule à remarquer la puissance sonore pour ce film-là.J’ai donc été prévenue et j’ai emmené ces bouchons au cas où, comme pour un concert.D’ailleurs par moment le son vibrait pareil. C’était la première fois et la dernière j’espère.
      Il y avait peut-être un problème de réglage ? Ce sont des choses qui arrivent. J’ai bien vu le film Shokuzai 1 & 2 pendant quelques minutes sans le son… Et pour le drive in Cinema Paradiso on nous donne un casque pour les oreilles – car le son du film n’était pas diffusé par haut-parleur et se trouve à côté du night club/piste de roller. D’ailleurs malgré ce système on entendait encore un peu la musique venant de l’extérieur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *