[Critique] Oblivion avec Tom Cruise

 

oblivion afficheSouvenez-vous : en 2011, Joseph Kosinski réalisait Tron l’héritage (très belle photo mise en valeur par l’Imax 3D, collant parfaitement à une superbe BO de Daft Punk).
On attendait avec impatience Oblivion, surtout que les producteurs de La planète des singes : les origines étaient de la partie. Cette attente était accentuée par le mystère autour du film. Oblivion ne bénéficiait en effet que d’une seule projection presse, projection qui s’est révélée aussi inaccessible qu’une forteresse aux blogueurs cinéma. De plus, un embargo gardait le suspense intact.

Heureusement, Orange cinéma est arrivé et m’a permis, avec d’autres camarades blogueurs, de voir le film hier, lors d’une belle soirée. (merci!)

Je vous livre donc mon humble avis – sans spoiler – à peu près dans les temps car le film sort aujourd’hui, mercredi 10 avril 2013.

A vous de voir si vous voulez « oblivier » ce film ou l’adorer.

 

Critique

andrea riseborough

Un film hyper-référencé.

Tout comme « Tron Legacy », « Oblivion » pêche un peu du côté du côté du scénario mais inversement : le film compile plusieurs histoires de science fiction et inclut de nombreux twists dans son récit.

Au jeu des références on reconnaîtra Total Recall, 2001 , Odyssée de l’espace, Star Wars, Matrix, La guerre des mondes, Alien… et j’en passe.  L’oeil de lynx notera aussi une influence de mangas japonais. Par exemple, le vaisseau de Tom Cruise est la réplique du Cyberlab de « Capitaine Flam » (merci Orange cinéday pour l’information).

Ces inspirations ne sont pas gênantes, la science fiction se nourrissant de récits … de science fiction ! Ainsi, Matrix reprend ainsi de nombreuses influences SF, Blade Runner s’inspire de Metropolis  et a lui même été source d’inspiration pour Le Cinquième élément ou Cloud Atlas. La saga Alien a inspiré la préquelle Prometheus… Mais le problème vient plutôt du fait que par moments le films est « too much », et nous cuisine un gloubi-boulga peu digeste.

Un twist, ça va, mais trois, bonjour les dégâts !

En fait , j’ai recensé quatre retournements de situations  – dont je discuterai volontiers avec vous sur le blog ou « in real life »… Dans ce film, on s’ennuie par moments, on s’agrippe à son fauteuil à d’autres. On croit savoir ce qui se passe (parfois on a tout bon, parfois on se plante !)
Le casting semble un peu perdu au milieu de cette mise en scène.
Tom Cruise joue le Tom Cruise héroïque de la Guerre des Mondes/ Minority report/ Jack Reacher… Morgan Freeman semble replacer Lawrence Fishburne dans Matrix dans le rôle du sage  rebelle. Pour les deux femmes, on  assiste à une opposition à la Total Recall (mais sans bagarre) entre Andrea Riseborough (remarquée dans Shadow Dancer)  et Olga Kurylenko, ex- James bond girl à la beauté étrange et naturelle. Andrea Riseborough est une Vika robotique et parfaite : l’actrice hérite d’un caractère superficiel  mais remplit correctement son contrat. En revanche, le personnage d’Olga (Julia) va s’avérer capital (non, je ne divulgue rien !)… L’actrice – que je n’avais pas aimé dans le James Bond – ne s’en tire pas trop mal mais est totalement éclipsée par Tom Cruise.

Je me demande encore quel est le message du film et s’il y en avait réellement un – même si le film aborde de nombreuses questions comme le clonage, le libre arbitre, la rebellion, l’écologie, l’amour…

Des images superbes, un univers visuel parfait

Le  point fort du film est la mise en scène et la photographie du film. Des paysages superbes et aériens ou au contraire post apocalyptique, un Eden de nature près d’un lac… La base / appartement de Jack et Vika ferait plaisir de jalousie le plus grand des architectes. C’est du Norman Foster mais en encore plus éthéré. Vous en avez rêvé ? Kosinksi le filme ( et bien). Pas besoin de 3D pour en prendre plein les mirettes. La musique m’a en revanche un peu déçue, je l’ai trouvée trop présente (pressante) par moments. Ceci dit, c’est une question de goût (voir plus bas) !

En résumé :
Voici un film qui divisera l’opinion sur le fond. Votre avis dépendra grandement de vos attentes. si vous voulez tout « oblivier » de votre journée, et voir du spectaculaire, allez le voir. Si vous êtes en quête de sens, et de scénario profond, vous serez certainement déçus ( à moins de voir ce que je n’ai pas vu). J’ai aimé la beauté des images, j’en ai effectivement pris plein la tête avec les scènes de combat. Mais l’histoire s’éparpillant trop m’a perdue par moments, et il manquait quelque chose, un ingrédient ( un scénario original et totalement crédible peut-être) qui aurait lié le tout et fait de cet « Oblivion » un superbe film de science fiction.

 

Synopsis :

2077 : Jack Harper, en station sur la planète Terre dont toute la population a été évacuée, est en charge de la sécurité et de la réparation des drones. Suite à des décennies de guerre contre une force extra-terrestre terrifiante qui a ravagé la Terre, Jack fait partie d’une gigantesque opération d’extraction des dernières ressources nécessaires à la survie des siens. Sa mission touche à sa fin. Dans à peine deux semaines, il rejoindra le reste des survivants dans une colonie spatiale à des milliers de kilomètres de cette planète dévastée qu’il considère néanmoins comme son chez-lui.

Bonus :

  • Dans cette courte vidéo, vous trouverez l’avis des blogueurs : l' »effective team » composée Myscreens(@FredMyscreens) , Filmosphère (@Nico_Gilli), @MgCinema & Hocus focus (@fandecine) et pour la touche féminine : myself !

En résumé : « Oblivion est un pari visuel réussi mais en manque d’idées… »


[Sortie de projo] Oblivion par apreslaseance

  • Pour équilibrer et lancer le débat , voici des critiques plus enthousiastes :

L’avis positif de Critique Film / la critique inspirée du Pr Wicked sur le CCI.

La BO d’Oblivion est consultable sur AlloBO. 

oblivion

Enhanced by Zemanta

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *