[Avis] Mon Garçon, de Christian Carion, avec Guillaume Canet

Mon Garçon, le nouveau film de Christian Carion (Une Hirondelle a fait le printemps, Joyeux Noël, L’affaire Farewell…) est un drame autour de l’enlèvement d’un petit garçon. Guillaume Canet et Mélanie Laurent incarnent les parents du jeune disparu… J’ai pu rencontrer une partie de l’équipe de Mon Garçon, avant sa sortie au cinéma le 20 septembre, qui nous parlé d’un tournage pour le moins original !

Le tournage du film a même été assez expérimental… tout d’abord, le film a été fait en un temps record : six jours. Mon Garçon a été tourné dans l’ordre chronologique, dans des décors naturels, dans la région du Vercors.
Surtout, son comédien principal, Guillaume Canet ne savait pas ce qui allait arriver à son personnage. Isolé durant le tournage, « manipulé du début à la fin, sans avoir eu l’impression d’être manipulé »selon ses propres dires, l’acteur a ainsi été amené à improviser.

Christian Carion n’intervenait que si le comédien allait à l’encontre d’événements importants pour la suite de l’histoire. Les acteurs qui donnaient la réplique à Guillaume Canet devaient aussi composer avec les réactions et dialogues de l’acteur, tout en respectant le scénario et les demandes du réalisateur. Une situation peu confortable également !
Pour revenir sur ce tournage peu banal, vous pourrez écouter le témoignage d’Olivier de Benoist en podcast-une émission La Grande Séance à laquelle j’ai participé, vous trouverez le replay ci -dessous.

Mon Garçon est haletant et perturbant donc pour un thriller c’est réussi ! Et Guillaume Canet, à cran, est impressionnant de violence. A noter que le film est interdit aux moins de 12 ans.

Guillaume Canet s’est laissé « manipuler »  pendant le tournage…  il a seulement refusé une seule chose : dormir dans une cellule de prison pour clore une journée de tournage agitée… alors que le reste de l’équipe dormait à l’hôtel (sauf le réalisateur qui était aux côtés de Canet).
Outre les conditions de tournage à la Actor’s studio, l’acteur hérite d’un rôle fort de loup solitaire. Le « héros » du film est un père qui se sent particulièrement coupable car il a été absent vis-à-vis de son fils, privilégiant son travail. C’est un homme solitaire qui tentera de se faire justice lui-même. Un homme qui suit son instinct, animal…  Réussira- t-il à sauver son fils ?  Sera – t-il puni pour ne pas avoir respecté la loi ? Vous le saurez en regardant le film.

Mélanie Laurent est impeccable en mère blessée, affaiblie par les épreuves.

Olivier de Benoist joue un rôle ambigu,  le spectateur gardera longtemps en mémoire une scène de confrontation peu ordinaire avec Guillaume Canet.
L’acteur semble également en garder un souvenir impérissable !

Le sujet de l’enlèvement d’un enfant est un sujet relativement courant au cinéma (cf Faute d’amour qui sort le même  jour), et hélas nous rappelle de nombreux faits divers.
Toutefois ce thriller d’une durée relativement courte (1h30) nous secoue, tout en évitant d’en montrer ou d’en dire trop…  Sans trop  dévoiler l’histoire, on peut dire qu’il évite les écueils du revenge movie.

De surcroît, le fait de connaitre les dessous du tournage nous permet de voir le côté ludique de ce dernier, outre l’improvisation, le scénario a évolué avec les réactions de Guillaume Canet, ce qui a pour résultat un côté » livre dont vous êtes le héros » ou  jeu vidéo. Les décisions prises par le personnage de Guillaume Canet sont parfois surprenantes- du moins à mes yeux… Ces décisions sont sans doute dues au fait que l’acteur a volontairement exploré ses limites physiques et psychologiques.  Le tournage a été une expérience de cinéma unique pour l’équipe du film et a permis aux acteurs d’expérimenter une technique de jeu assez extrême !
Christian Carion est d’ailleurs persuadé qu’il n’aurait pas eu ce résultat avec un tournage « normal ».
Pour le spectateur,  il en résulte un thriller angoissant qui tient la route, avec de nombreux accents de vérité.

Qui sait si Mon Garçon ira aux prochains César ? Ce serait récompenser une expérience de cinéma, un tournage atypique et une performance de jeu.

** Autour du film, des rencontres de cinéma… **

Podcast La Grande Séance de Séance Radio avec Olivier de Benoist le 6 septembre 2017.

Périscopes de l’avant-première au Club 13 (12/09/2017)  :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.