[Avis] Jurassic World avec Chris Pratt, Bryce Dallas Howard, Omar Sy

Le prochain blockbuster Universal, le très attendu « Jurassic World », produit par Steven Spielberg, débarque sur nos écrans mercredi prochain, avec Chris Pratt, Omar Sy et Bryce Dallas Howard. Les dinosaures sont de retour, mais « Jurassic World » fait-il le poids face à ses prédécesseurs ?

affiche Jurassic World

L’Indominus Rex, un dinosaure génétiquement modifié, pure création de la scientifique Claire Dearing, sème la terreur dans le fameux parc d’attraction. Les espoirs de mettre fin à cette menace reptilienne se portent alors sur le dresseur de raptors Owen Grady et sa cool attitude.

(via Allociné)

 » Jurassic World » est très fidèle à l’esprit du premier opus réalisé par Steven Spielberg il y a plus de vingt ans. Il y a des clins d’œil aux premiers films de la saga.

Le réalisateur enchaîne les scènes de dinosaures (quel bestiaire !) et les scènes d’action, et c’est très réussi !

Par exemple, j’ai eu peur pour les deux enfants dans la  »bulle  » quand l’Indominus cherche à les croquer… Brr, ces dents tranchantes si proches de nos deux héros … Quel stress ! On retient souvent son souffle.
De nombreux moments forts ponctuent le film, on peut même parler de morceaux de bravoure. Attention, léger spoiler dans cet exemple :  le combat dantesque entre T-Rex et l’Indominus, le premier hybride génétiquement modifié,  une sorte de super – dinosaure, m’a rappelé « Godzilla » qui se bat contre d’autres monstres. Mais il me faut plus qu’un show de dinos et un déluge d’effets spéciaux… L’histoire et l’interprétation comptent pour beaucoup – voire beaucoup plus !

Owen ( Chris Pratt) et ses raptors

Côté interprétation, il n’y a pas grand-chose à reprocher. J’ai beaucoup aimé le personnage de Chris Pratt, Owen Grady le dompteur de vélociraptors. Un rôle très sympathique. La relation qu’il entretient avec »ses » raptors est intéressante…  Les raptors sont presque attachants par moments. Chris Pratt a le physique pour ce rôle de casse-cou, de plus, il apporte beaucoup d’humour au film, à la manière d’un Indiana Jones.
Son couple avec Claire (Bryce Dallas Howard) fonctionne bien. L’actrice passe avec aisance de femme d’affaires maniaque et un brin froide à héroïne battante.
J’ai aussi apprécié les personnages secondaires, notamment Irrfan Khan et Omar Sy. Même s’ils ne font que passer, ils campent bien leur personnage, et ont quelques répliques marquantes.
Après, les deux jeunes garçons (les neveux de Claire) sont mignons, mais leur jeu ne m’a pas marquée. J’ai trouvé que les scènes familiales étaient un peu longues et surtout très convenues – donc inévitables ? – au début et à la fin du film. En revanche les paroles de la mère quand elle quitte ses enfants pour les envoyer à « Jurassic World « sont ironiquement prémonitoires, et ce passage fait évidemment sourire. D’autres passages avec les seconds rôles sont assez inattendus et réjouissants. Certains personnages ne sont pas fouillés psychologiquement, certains parce qu’ils disparaissent rapidement, d’autres peut-être parce qu’ils vont réapparaître dans une suite…

On suit le fil de l’histoire sans problème. Le message du film est très clair, et similaire aux premiers « Jurassic Park ». On voit que les hommes font toujours les mêmes erreurs… même s’ils pensent pouvoir les éviter. Le personnage de Omar Sy ( un autre dresseur de dinosaures) le dit d’ailleurs clairement : « Les hommes n’apprendront jamais ! » Les hommes jouent aux apprentis sorciers, par appât du gain, ou par ambition, voire par jeu, et veulent défier la Nature…  La nouveauté cette fois est que les dinosaures sont envisagés comme une arme de destruction massive par un personnage… On reprend donc les mêmes thèmes, mais en y ajoutant  de nouveaux éléments.

Côté musique, Michael Giacchino prend la succession de John Williams en créant des variations réussies autour des thèmes de Jurassic Park composés par ce dernier. On apprécie aussi les allusions nostalgiques au premier film.
Seul bémol sur la forme : la 3D – bien que réussie- n’apporte pas grand-chose, le film est assez spectaculaire comme cela, et je n’ai pas vu de valeur ajoutée à ce procédé.

En conclusion

Je recommande le film, spectaculaire et haletant… même si bien entendu il n’y a plus l’effet de surprise du premier, c’est une suite très honorable, qui laisse elle-même espérer la possibilité d’un autre épisode.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *