[Avis] States of Grace, un film de Destin Cretton

« States of Grace » est un film de Destin Cretton  sorti en 2013 aux Etats-Unis. Après « Esprits Rebelles », « Entre les Murs », et plus récemment « la Cour de Babel », voici venir le film de Destin Cretton sur le quotidien de Grace, une éducatrice passionnée par son métier.
Les ados au cinéma sont souvent représentés par des clichés, notamment dans les teen movies qui se passent sur des campus américains, mais là ce n’est pas le cas. Le DVD  sorti le 17 novembre 2014 a été édité  par  Condor Entertainment( la page facebook de l’éditeur est là, son site est ici. ) .

J’ai pu tester le DVD de State of Grace grâce à Cinétrafic : on y voit de nombreuses scènes coupées (certaines sont intéressantes comme le rêve de Grace, d’autres en effet superflues,notamment la scène de la fiesta.)

affiche states of grace

L’autre titre du film est « SHORT TERM 12 », du nom du foyer pour adolescents où travaille Grace.
Le titre retenu pour la France est évidemment plus évocateur pour nous car il a une double signification ( l’état de grâce ou les états de Grace ).

 Brie Larson est Grace, éducatrice dévouée, elle-même à peine sortie de l’adolescence. Je l’avais déjà appréciée en Cassidy dans The Spectacular Now de James Ponsoldt  mais elle se révèle ici en tant qu’actrice confirmée !
 D’une nature  très  généreuse, Grace nous invite à partager son quotidien, quotidien qui s’inspire du parcours professionnel du réalisateur (il a été éducateur pendant deux ans dans ce type de foyers).
Rien que pour cet aspect, le film est digne d’intérêt car les cinéastes, comme Destin Cretton, qui ont été travailleurs sociaux ne sont pas pléthore.
  Son expérience d’homme de terrain apporte une crédibilité indéniable à cette histoire,  même si on peut lui reprocher de nous livrer une image édulcorée de la vie dans ces structures spécialisées… Sa vision est bienveillante surtout lorsqu’elle est agrémentée de pointes d’humour.

Brie Larson, Kaitlyn Dever Copyright : © Version Originale / Condor

Les scènes les plus dures sont souvent suivies de moments d’émotion ou de rires, qui ne sous estiment pas la souffrance de ces jeunes mais la rendent plus supportables pour nous, spectateurs.
On sent que ce réalisateur est quelqu’un de très respectueux et sensible, à l’image de son actrice principale.
Grace est bouleversée par l’arrivée de Jayden (Katilyn Dever, très émouvante ) qui connaît, comme elle, des relations douloureuses avec son père …
Elle entretient une belle relation de couple avec Mason (John Gallagher Jr , épatant ), le boyfriend idéal : attentionné, drôle, patient, sentimental. Le mec sympa par excellence. Il a toutes les qualités, quoi ! (On lui pardonne donc quand il oublie un morceau d’avocat dans sa barbe, ce qui n’est pas particulièrement glamour  ! )
 De plus, ce charmant Mason qui a connu également une enfance chamboulée, partage avec elle les mêmes préoccupations quotidiennes puisqu’ils sont collègues.
Mais voilà, le bonheur n’est pas sur commande … Et il faudra un long chemin intérieur à Grace pour qu’elle accepte d’aimer et d’être aimée.
Cretton filme ce parcours avec tact et tendresse.

John Gallagher Jr., Keith Stanfield, Rami Malek Copyright : © Version Originale / Condor

Tous les acteurs sont formidables. Citons le jeune Keith Stanfield (qui avait déjà tourné, en 2008, avec Cretton dans le court métrage sur le même thème ) interprète un jeune homme, Markus, très attachant et très attaché au centre qu’il est obligé de quitter à l’aube de ses dix-huit ans.
J’ai particulièrement apprécié le montage de ce film : il n’y avait pas de temps mort. De plus, les visages étaient filmés de près, mais pas d’une façon intrusive.
Je recommande ce film indépendant qui traite, avec lucidité, le thème universel de l’enfance en souffrance, sans avoir recours à un ton mélodramatique. J’ai été particulièrement touchée par cet hommage à la bonté et à la générosité du personnel d’encadrement de ces établissements sociaux.

Brie Larson © Version Originale / Condor

***
 « States of Grace » était projeté en avant-première au Forum des Images, dans le cadre du club 300 d’Allociné.

La projection a été suivie d’un débat en présence de Brie Larson et de Destin Cretton. Le réalisateur a expliqué que tous ces personnages étaient inspirés de « parties » d’enfants qu’il avait rencontrés . Il a ajouté qu’il ressemblait à Nate (Rami Malek, parfait en nouvel arrivant paumé dans le centre ), celui qui ne sait pas quoi dire !

 Brie Larson, coiffée d’un chignon sage,vêtue d’un tailleur pantalon écru et de simples ballerines ne se la jouait pas star !Pour mieux s’investir dans son rôle,elle a suivi une période d’observation dans un centre pour ados. Ce qu’elle a trouvé très « prenant ».
Elle a avoué qu’elle avait alors besoin de faire le vide, à la fin de la journée. Brie Larson a dit avoir beaucoup appris de ces jeunes qu’elle a observés. L’actrice s’est également beaucoup documentée sur Internet pour mieux comprendre les difficultés de ces ados .
Elle a beaucoup questionné Destin Cretton sur son avis de professionnel de l’enfance maltraitée.
Merci aux organisateurs pour la participation courte mais chaleureuse du réalisateur et de son actrice, à laquelle je trouve une certaine  ressemblance  avec Adèle Exarchopoulos et à laquelle je souhaite le même succès ! D’ailleurs elle a déjà remporté un prix d’interprétation féminine au festival américain de Deauville…

(Michèle)

 

Enhanced by Zemanta

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser les codes HTML suivants: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>