[Avis] Le Géant Egoïste de Clio Barnard

« Le Géant égoïste » (The Selfish Giant) est un film dramatique britannique écrit et réalisé par Clio Barnard et sorti en 2013. Il est inspiré du conte d’Oscar Wilde « Le Géant égoïste ». Séance de rattrapage sur ce beau film.

Affiche géant égoiste

Dans le bouleversant film documentaire « Sur le chemin de l’école » de Pascal Plisson ( sorti en septembre 2013 ) ,des enfants pauvres se réjouissent d’aller à l’école, souvent au péril de leur vie .
Dans cette fiction « Le Géant Égoïste », également bouleversante, des enfants pauvres se réjouissent de ne plus aller à l’école,souvent au péril de leur vie.
Dans les deux cas, la force du cinéma est de provoquer une réelle interrogation sur le destin de ces gamins confrontés à des responsabilités énormes, dès leur plus jeune âge…
Je suis toujours étonnée de constater comme les enfants sont à l’aise devant une caméra , comme ils sont naturellement doués pour susciter de l’émotion à l’écran.

Le Géant égoïste : Photo Conner Chapman, Shaun Thomas © Pyramide Distribution
Arbor (Conner Chapman ), petit blondinet de 12 ans à la gueule d’ange explosive, est capable d’exprimer tous les sentiments . Il excelle dans l’insolence et l’arrogance mais aussi dans l’émotion.
Swifty (Shaun Thomas ), âgé de 15 ans, avec sa bonne bouille sympa, incarne son rôle avec naturel  et conviction. Dans la vraie vie , il a déjà une expérience de la ferraille et des chevaux.
 Ce rôle lui va donc « comme un gant » ( l’absence de gants sera déterminante, pour lui,  dans cette histoire.)
 Ce premier long métrage de Clio Barnard est filmé en couleurs mais on a l’impression qu’il est en noir et blanc tellement le climat est pesant. Adieu l’image de la campagne anglaise verdoyante !
La scène de la course de chevaux sur route, organisée par Kitten, le » Géant égoïste, exploiteur d’enfants est d’autant plus saisissante et surprenante que ces courses n’ont pas été inventées par la cinéaste.
La mise en scène est très dynamique tout au long du film.
  Il règne une ambiance terrible et injuste à la Dickens. Gorge serrée assurée !
 La réalisatrice nous laisse cependant entrevoir une faible lueur d’espoir à la dernière image du film…
 A la fin de la projection, dans mon cinéma de quartier, des spectateurs, qui ne se connaissaient pas, ont ressenti le besoin d’échanger leurs impressions sur ce film , certainement par besoin d’évacuer le trop plein d’émotions. C’était mon cas. (Michèle)

Synopsis

« Arbor, 13 ans, et son meilleur ami Swifty habitent un quartier populaire de Bradford, au Nord de l’Angleterre. Renvoyés de l’école, les deux adolescents rencontrent Kitten, un ferrailleur du coin. Ils commencent à travailler pour lui, collectant toutes sortes de métaux usagés. Kitten organise de temps à autre des courses de chevaux clandestines. Swifty éprouve une grande tendresse pour les chevaux et a un véritable don pour les diriger, ce qui n’échappe pas au ferrailleur. Arbor, en guerre contre la terre entière, se dispute les faveurs de Kitten, en lui rapportant toujours plus de métaux, au risque de se mettre en danger. L’amitié des deux garçons saura-t-elle résister au Géant Égoïste ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *