[Critique] Jason Bourne : L’héritage de Tony Gilroy

Bienvenue dans la critique à choix multiples de  « Jason Bourne : l’héritage » (« the Bourne Legacy »).

bourne legacy affiche French

Synopsis

« On croyait tout connaître de l’histoire de Jason Bourne et de son passé d’agent tueur malgré lui. Mais l’essentiel restait à découvrir. Le programme Treadstone dont Jason était le cobaye n’était que la partie émergée d’une conspiration plus ténébreuse, ourdie par d’autres branches du gouvernement et mettant en jeu d’autres agences de renseignement, d’autres programmes militaires, d’autres laboratoires secrets… De Treadstone est né « Outcome », dont Aaron Cross est un des six agents. Sa finalité n’est plus de fabriquer des tueurs, mais des hommes capables d’assurer isolément des missions à haut risque. En dévoilant une partie de cette organisation, Jason laissait derrière lui un « héritage » explosif : compromis, les agents « Outcome » sont désormais promis à une liquidation brutale. Effacés à jamais pour que le « père » du programme, le Colonel Byer puisse poursuivre ses sinistres activités.

Une gigantesque chasse à l’homme commence, et Cross, devenue sa première cible, n’a d’autre recours que de retrouver et gagner la confiance de la biochimiste d’ »Outcome », Marta Shearing, elle-même menacée de mort… »
(in DP)

CRITIQUE à choix multiples

Aujourd’hui, j’ai envie d’inverser les règles du je(u). Comment amorcer une critique sur « Jason Bourne : l’héritage », où le héros, Jason Bourne, sera remplacé par un autre à savoir Aaron Cross ? En vous proposant une critique dont vous êtes le héros, chers lecteurs !  Et comme dans les livres où vous êtes le héros, on se tutoie et on fait un choix.

Tu es un(e) vrai(e) fan de Jason Bourne.
La trilogie Bourne n’a plus aucun secret pour toi, tu as lu les romans de Robert Ludlum… Le paragraphe 2 est pour toi.

Si tu aimes les films d’action et d’espionnage, et que tu as fait tes devoirs en revoyant la trilogie, passe directement au paragraphe 3.

Enfin, si tu n’as vu aucun film de la saga Bourne, tu peux lire le paragraphe numéro 1.
Mais ce sera surtout à toi de me dire ce que tu as compris de ce spin-off et pourquoi tu as eu envie de le voir !

  1. Tu n’as jamais entendu parler de Jason Bourne/David Webb.
    Aaron cross alias Jeremy Renner
    Bravo. Tu entres dans un univers de complots avec des noms de code et de mots clés comme « Treadstone », »Blackbriar », « Outcome »… Tu risques de ne pas comprendre toutes les répliques des personnages – ceci dit, il faut s’accrocher pour tout comprendre même si on a vu la trilogie. Ce n’est pas grave, car il te restera un film d’action qui « dépote » avec un super héros humain (Jeremy Renner, à la fois doux et fort) et une belle héroïne biochimiste en danger (Rachel Weisz).
    Peut-être penseras-tu par moments à  « Mission : Impossible » (pour les cascades et le dépaysement) ou aux « James Bond »  (à cause des numéros donnés pour nom aux agents – mais tu ne trouveras pas de gadgets dans « Jason Bourne: l’héritage »). Ici les agents sont drogués, manipulés génétiquement et cérébralement. Et tu ne vas pas tellement rigoler, parce qu’il n’y a pas d’humour (contrairement aux « James Bond  » et « Mission : Impossible »). Tu verras donc beaucoup de bagarres, de cascades et de courses contre la montre.
    Recommandation : voir d’urgence, et dans cet ordre :  La Mémoire dans la peau (The Bourne Identity, 2002) de Doug LimanLa Mort dans la peau (The Bourne Supremacy, 2004) et La Vengeance dans la peau (The Bourne Ultimatum, 2007) de Paul Greengrass. Ensuite seulement tu pourras aller aux paragraphes suivants ! 
  2. Fan absolu(e) de Jason Bourne, tu connais la trilogie sur le bout des doigts…
    rachel weiz

    Ce film risque de te décevoir. D’abord, désolée de te l’écrire si brutalement, mais Jason n’est pas là : on ne voit que des photos de Bourne – alias Matt Damon (qui m’avait été étonnée dans ce rôle). Si tu aimes Jeremy Renner, tu seras content(e) de le voir, mais Aaron Cross te semblera moins perturbé que Jason. Car ce qui t’intéressait certainement chez Jason Bourne, c’était son drame personnel :  la quête de son identité, son amnésie, la recherche de la vérité, la découverte de Treadstone et du fait qu’il était un assassin. Cross a des doutes, il se rebelle contre le système mais il connaît son identité, sa problématique n’est pas la même. Tu trouveras peut-être que les extraits de la trilogie sont bien intégrés au film. Ou pas. Tu retrouveras avec bonheur Pamela Landy (Joan Allen), mais elle ne fera qu’un cameo. Un cameo avec une belle réplique tout de même, car c’est un personnage attachant, qui a du panache.
    Tu te diras certainement que c’était mieux avant. Sur ce point, je suis plutôt d’accord. L’auteur Robert Ludlum, créateur de Jason Bourne est décédé en 2001, mais l’exploitation commerciale de son nom s’est poursuivie après son décès. « Robert Ludlum » est même devenu le nom d’une collection de livres.

    The Bourne Legacy

    The Bourne Legacy (Photo credit: Wikipedia)

    Et maintenant, c’est l’héritage cinématographique de la franchise Bourne qui est exploité. Et peut-être qu’un jour il y aura une suite à « Jason Bourne : L’héritage ». Et cela risque de t’énerver. Surtout que Tony Gilroy n’ajoute pas sa patte de réalisateur -si tant est qu’il en ait une. Doug Liman avait fait du bon travail dans « La Mémoire dans la Peau » : dix ans après son film n’a pas vieilli et  interpelle toujours autant le spectateur. Paul Greengrass, en reprenant le flambeau, avait fait deux opus avec encore plus d’action, de caméras à l’épaule. Greengrass liait ses films intelligemment, en reprenant une scène du deuxième opus dans le troisième… Chez Gilroy, rien de particulier à signaler. Ce qui devrait provoquer le plus d’émotions chez toi ?  Revoir les personnages rescapés de la trilogie, et réécouter « Extremes Ways » de Moby au générique de fin.
    Recommandation : revoir d’urgence les trois premiers films pour te consoler.

     

  3. Tu es amateur de films d’actions et d’espionnage ?  Tu te souviens de la trilogie, sans être un aficionado ?
    edward norton

    Toi, tu devrais aimer le film. D’abord, il y a un casting en or massif : l’énergique Jeremy Renner – qui s’est passé de cascadeur d’après le dossier de presse ! Rachel Weisz (oscarisée pour « The Constant Gardener », un rôle où elle était maltraitée par l’industrie pharmaceutique) ne se débrouille pas trop mal. Mais tu préféreras peut-être l’histoire d’amour entre Marie et Jason, plus aboutie. Edward Norton, lui aussi oscarisé, interprète avec cynisme le colonel Byer membre des services secrets (qui qualifie les actes de ses agents  de « moralement injustifiables mais absolument indispensables »). Tu seras certainement heureux(se) d’apercevoir Stacy Keach et Oscar Isaac de « Drive » dans le rôle de Numéro 3.
    Ensuite, on retrouve le côté paranoïaque de la franchise. Si la surenchère d’action non-stop ne t’énerve pas, alors tu devrais passer un bon moment, et même crier « Wouah ! » à certains moments du films. Comme tu l’as fait pour « La  Mémoire dans la peau », « La Mort dans la peau » et « La Vengeance dans la peau »
    Enfin, tu  estimeras certainement que les parallèles entre les histoires sont bien amenés. D’ailleurs, si tu y regardes bien, tu trouveras bien des points communs entre l’héritage et la saga originelle – par exemple les scènes de poursuite. La partie la mieux ficelée et la plus originale de « Jason Bourne, L’héritage » étant le début entre l’Alaska, la gare londonienne de Waterloo  (les scènes avec Paddy Considdine) et les passages à la CIA… Bref, tu aimeras, mais tu ne trouveras pas cela toujours très novateur. Recommandation : revoir les trois premiers films, encore une fois, cela ne peut faire pas te faire de mal.

Edit  12/09/2012 :

Vous avez lu la critique jusqu’au bout ? Bravo, vous avez gagné la possibilité de télécharger les fonds d’écran pour mobile Jason Bourne !
Le lien est ici : http://bit.ly/OLbZMx

Plus d’informations sur le film

  • Fiche film

Titre original : The Bourne Legacy

Réalisateur : Tony Gilroy
Acteurs : Albert Finney, Edward Norton, Jeremy Renner, Joan Allen, Oscar Isaac, Rachel Weisz, Scott Glenn, Stacy Keach
Genre: Action, Aventure, Policier
Durée : 2H16
Date de sortie cinéma : 19 septembre 2012
Distributeur : Universal Pictures International France

 

  • Film annonce de Jason Bourne :  l’héritage 

  • Edit  12/09/2012: »Jason Bourne : l’héritage » a été projeté  samedi 1er septembre en avant-première au Festival de Deauville, en présence de l’équipe du film, au Casino à  20 H30 et à 20H au CID.- JEUDI 13 SEPTEMBRE 2012 – 20H30 : Le Grand Rex accueille l’avant-première du film pour fêter les cent ans des studios Universal.

5 commentaires en réponse à [Critique] Jason Bourne : L’héritage de Tony Gilroy

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser les codes HTML suivants: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>