(Théâtre) LES JUMEAUX VENITIENS de Carlo Goldoni

Avis sur une des plus célèbres comédies de Goldoni, « Les jumeaux vénitiens »!

Résumé : Deux jumeaux, Zanetto et Tonino, sont séparés à la naissance : Zanetto est élevé dans la montagne, Tonino à Venise. Le premier est un crétin, le second un habile homme. Vingt ans après , le hasard les fait arriver en même temps à Vérone pour retrouver leurs dulcinées : chacun des deux ignore que son frère se trouve dans la ville , ce qui va créer une succession de quiproquos , de situations invraisemblables et loufoques propres à semer le désordre dans les esprits et le désarroi dans les cœurs ; Duels , amours et désamours , fuites éplorées , intervention de la police, retrouvailles, emprisonnement …Pendant trois actes échevelés, Goldoni ne cesse de pousser l’action de sa comédie en mêlant rire et émotion, tendresse et gravité , sans jamais se départir de ce qui sera sa conduite d’homme de théâtre : amuser le public afin de mieux l’instruire.

Avis : Cette pièce est âgée de 282 ans et se porte comme un charme.
D’abord, c’est toujours un plaisir pour moi d’assister à une pièce en costumes d’époque.
Et puis la mise en scène dynamique de Jean Louis Benoît n’a rien de vieillot.
De plus, le décor équipé des nouvelles technologies , sobre mais évocateur nous permet sans difficulté de nous transporter dans une rue de Vérone au 18 ème siècle.
Cette pièce , c’est le top des quiproquos. Ceux- ci s’enchaînent avec aisance et subtilité.
Maxime d’Aboville assume le rôle de Zanetto et Tonino avec une belle énergie. L’intrigue est bien menée, le vocabulaire est riche. Les insultes sont très fleuries et auraient pu inspirer un certain capitaine Haddock tant elles sont imagées ! C’est une comédie drôle et rocambolesque et, en même temps, pathétique car l’histoire est triste… Carlo Goldoni parle, en effet, d’amour mais aussi de séparation et de deuils. Cet auteur magnifique dénonce également les inégalités sociales, l’importance des origines et des lieux d’éducation et nous livre une réflexion intéressante autour de l’identité. Les serviteurs tiennent une place non négligeable et perdent souvent leur latin avec leur maître qui change de discours malgré une apparence physique identique. Les bourgeois excellent dans le mensonge et l’hypocrisie.

Tous les comédiens semblent prendre plaisir à interpréter ces personnages hauts en couleur. La fadeur et la vulgarité ne sont pas au rendez-vous.
Le rythme est vif ne permettant pas à l’ennui de s’installer.
Cette pièce de théâtre pleine de vitalité fait passer un bon moment et confirme le choix judicieux du Théâtre Hébertot pour sa programmation variée et toujours intéressante.

***

Michèle

***

 

LES JUMEAUX VENITIENS de Carlo Goldoni

Théâtre Hébertot

78 boulevard des Batignolles 75017 Paris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.