[Avis] The Young Lady (Lady Macbeth) de William Oldroyd

Sorti en France le 12 avril 2017, THE YOUNG LADY est un drame de William Oldroyd se passant dans l’Angleterre du XIXème siècle.

 

Synopsis :

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs
1865, Angleterre rurale. Katherine mène une vie malheureuse d’un mariage sans amour avec un Lord qui a deux fois son âge. Un jour, elle tombe amoureuse d’un jeune palefrenier qui travaille sur les terres de son époux et découvre la passion. Habitée par ce puissant sentiment, Katherine est prête aux plus hautes trahisons pour vivre son amour impossible.

(via KMBO)

 

 

Avis : The Young Lady,  l’ombre d’une jeune fille en pleurs

Florence Pugh is the young lady (c) KMBO

The Young Lady est une réussite sur le plan esthétique. L’image est belle. Le décor est fabuleux.
L’atmosphère est dépaysante, insolite et l’intensité dramatique culmine à son plus haut degré.
Le climat est souvent pesant.
Dans cette fiction, tout est exacerbé, les sentiments comme les situations.
La tendresse n’est pas à l’ordre du jour.C’est un film sur la passion incontrôlable et fulgurante.
The Young Lady, c’est Katherine, remarquablement interprétée par une jeune actrice , Florence Pugh dont le talent est incontestable. Le réalisateur William Oldroyd en a fait un portrait subtil, très romanesque et surtout très frappant. Tout est fait pour que le spectateur ressente une certaine empathie pour cette jeune femme mariée sans son consentement et méprisée, humiliée par son mari et son beau-père. Sa vengeance sera terrible et atteint son paroxysme quand elle touche un enfant adorable. Cette scène d’une cruauté infinie m’a semblé de trop car particulièrement choquante. La fin est également d’une très grande violence.
Car dans ce long métrage, la violence physique n’a rien à envier à la violence psychologique.
C’est un film qui brosse également avec véracité une Angleterre victorienne où les différences des classes sociales sont très marquées.
The Young Lady nous parle de frustration, d’humiliation, de solitude et de brimades, et aussi d’amour fou. Les images d’Anna Karénine ou de Lady Chatterley nous viennent à l’esprit.
Ce film laisse une empreinte pour sa réalisation soignée et sa force dramatique.
Ce n’est pas un film à voir pour se détendre mais pour découvrir une personnalité complexe, à la fois victime et bourreau…
Sans aucun doute, William Oldroyd se fera remarquer pour sa première réalisation.

Michèle

Date de sortie : 12 avril 2017 (1h 29min)
De William Oldroyd
Avec Florence Pugh, Cosmo Jarvis, Paul Hilton

 

1 thought on “[Avis] The Young Lady (Lady Macbeth) de William Oldroyd

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *