[Avis] Chacun sa vie de Claude Lelouch

C’est aujourd’hui que sort le nouveau film  de Claude Lelouch, « Chacun sa vie« , avec Jean Dujardin, Johnny Hallyday, Nadia Farès, Antoine Duléry, Béatrice Dalle, Christophe Lambert… Alors,  un pour tous et tous pour le nouveau Lelouch ?

chacun sa vie affiche

SYNOPSIS

Ils ne se connaissent pas, mais tous ont rendez-vous pour décider du sort d’un de leurs semblables.
Avant d’être juges, avocats ou jurés, ils sont d’abord des femmes et des hommes au tournant de leurs existences, avec leurs rêves et leurs secrets, leurs espoirs et leurs limites, tous sous un même soleil, chacun avec sa part d’ombre.
Dans une jolie ville de province, le temps d’un festival de jazz, la vie va jongler avec les destins…

AVIS : 

Claude Lelouch, qui se qualifie de « reporter de la vie », a réalisé un film actuel et choral.
On vit par procuration les destins croisés de 12 hommes et femmes –  et pourquoi pas 13, chiffre fétiche de Monsieur Lelouch ? A moins que le treizième convive ne soit le spectateur…

chacun_sa_vie_film_3-1024x683

Dans « Chacun sa vie »,  « Un homme et une femme » c’est fini, ce serait plutôt  » Douze hommes (et femmes) en colère », pour faire allusion au procès présent dans le film. Procès qui lie tous les protagonistes d’une manière ou d’une autre…
Et côté cœur, tout est possible : un homme et un homme, une femme et une femme …

Difficile de construire un avis structuré sur un film qui refuse de rentrer dans les cases, mélange les genres et a l’air de passer du coq à l’âne.
Rassurez-vous, Claude Lelouch maîtrise parfaitement les codes du film choral, et ce n’est pas à un vieux singe qu’on apprend à faire la grimace  : « Chacun sa vie » est un film à sketches qui retombe sur ses pieds in fine. 

« Chacun Sa Vie » parlera à chacun d’entre nous, puisqu’il condense au moins 12 histoires en un film. C’est un mélange de genres comme la vie ! Le film « à sketches » passe par tous les registres : drame, comédie, film de procès, film d’hôpital, passage onirique, fiction dans la fiction… Il y a même un moment à la Jacques Demy, où deux acteurs attablés poussent la chansonnette façon « passe-moi le sel ».

Le bémol, c’est que ces sketches sont inégaux. Ou plutôt que ces séquences ne m’ont pas plu de la même façon. J’ai été très sensible au discours sur la justice (et l’injustice) et à la réflexion sur la santé…

Les marivaudages ou les « moments Johnny « sont amusants mais ils comportent aussi une réflexion sur le rapport de chacun avec la célébrité.

chacun_sa_vie_film_1-1024x684

Le casting est étonnant et certains acteurs nous épatent comme Béatrice Dalle en prostituée truculente, ou encore Christophe Lambert qui écope d’une scène casse-gueule, et s’en sort d’une manière poignante.
Jean-Marie Bigard en docteur rigolard qui souhaite traiter ses patients par le rire est une belle idée de casting.
Et puis, il y a Johnny Hallyday, quasiment déifié en tant que star du rock,  il incarne aussi son sosie avec une belle autodérision. Julie Ferrier joue également deux rôles et s’en sort plutôt bien … Et puis il y a les surprises comme Eric Dupond Moretti ( l’idée du film est parti de l’un de ses procès) ou Liane Foly, chanteuse de jazz au cœur d’artichaut.

Car le film se passe à Beaune, en plein festival de jazz. Il y a aussi de belles voitures et de bons crus…  Claude Lelouch s’est fait plaisir- et fait plaisir en nous montrant les plaisirs de la vie : écouter de la musique, déguster un bon vin, aller à un concert, conduire une voiture de collection. Mais chacun de ses actes peut conduire à une situation inattendue, bonne ou mauvaise.

La notion de hasard est importante et cette fois, Claude Lelouch y inclut les douze signes du zodiaque. Cela donne des répliques comme  : »Je suis patiente comme toutes les femmes Poissons. » ou encore :
« Vous êtes Cancer ? Vous allez tomber de haut aujourd’hui ! »

De plus, la ville de Beaune et ses horizons sont photogéniques.  L’objectif du réalisateur était de créer une « mini cité du cinéma » à Beaune pour le tournage, et cette mission fut accomplie avec succès.
Le scénario devait célébrer les bons moments de la vie, mais j’ai senti plus de cynisme que d’habitude dans ce film lelouchien – ou peut-être est-ce juste moi ?

Néanmoins, au final, le film manque de liant et de plans marquants.
La vie c’est comme un Rubik’s cube, on peut tomber de haut mais aussi rebondir ! Il faut apprécier l’instant présent, le savourer comme un bon cru, apprécier l’amitié et l’amour (« Chacun sa vie », mais pas chacun pour soi.) … Bref, carpe diem comme le conseille le professeur expert en symbologie du film ! Voilà ce que nous dit Monsieur Lelouch dans « Chacun sa vie ».

 

 

CHACUN SA VIE
Réalisé par Claude Lelouch avec Jean Dujardin, Johnny Hallyday, Béatrice Dalle…
Durée :  1h53

Sortie le 15 mars 2017 au cinéma.

Un grand merci à Mensch Agency pour la master class suivant l’avant-première du film le 9 mars dernier.

IMG_20170309_193053_809 (1)

 

 

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser les codes HTML suivants: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>