[Avis] Moonlight de Barry Jenkins avec Mahershala Ali et Naomi Harris

Lauréat du Golden Globe du meilleur drame, remarqué à Toronto, « Moonlight« , troisième film de Barry Jenkins, décrochera – t -il un Oscar ?

affiche_Moonlight
L’affiche de Moonlight (c) Mars Films

Synopsis officiel :

Le passage à l’âge adulte d’un jeune homme, Chiron,pendant l’ère de la guerre contre la drogue à Miami.

AVIS

Moonlight
Chiron enfant et Juan (Alex R. Hibbert, Mahershala Ali) Copyright David Bornfriend

Le film est divisé en trois actes correspondant à trois périodes de la vie de notre héros, un jeune afro américain livré à lui-même dans la banlieue de Miami. Il s’agit en fait de l’adaptation de la pièce de théâtre In Moonlight Black Boys Look Blue de Tarell Alvin McCraney.

On suit l’évolution de Chiron, notre héros, pendant deux décennies. Le petit garçon fragile, sans père, devant lutter contre ses camarades et composer avec une mère toxico. L’ado refoulant son homosexualité, souffre douleur de ses camarades. Enfin, l’adulte endurci devenu dealer comme son père de substitution.

chiron ado
Chiron ado (Ashton Sanders) Copyright David Bornfriend

Commençons par le principal reproche qu’on peut faire au film : le rythme de « Moonlight » est problématique… en tout cas le film paraît beaucoup plus long qu’il n’est. Alors, vous me direz,  1h 51m pour représenter vingt ans d’existence, c’est peu.

Certes, mais il y a beaucoup de temps morts, de silences, qui à mon sens n’apporte rien à l’action. Alors que d’autres moments aurait mérité d’être développés. Il faut donc accepter ce rythme particulier et de quelques ellipses.

chiron adulte
Chiron adulte (Trevante Rhodes) Copyright David Bornfriend

Ceci dit, cette lenteur permet une belle performance des acteurs. Les interprètes de Chiron sont trois acteurs qui  se ressemblent alors qu’ ils  n’ont pas le même physique. Ils expriment toutes leurs émotions avec leur corps et leur visage, car Chiron est du genre taiseux…
Naomi Harris impressionne en mère droguée. Enfin Janelle Monáe et Mahershala Ali jouent les parents de substitution du jeune Chiron… Or,  le personnage de Mahershala Ali incarne un dealer, le chef  impitoyable de tout le quartier.

20151106_093454_Moonlight_D18_0154.tif
Moonlight – Naomi Harris (c) Mars

L’histoire est émouvante, le parcours de Chiron est rempli de malheur,  c’est une oeuvre très triste… Rien de nouveau sous le soleil de Miami :  drogues, pauvreté…  C’est plus dans le traitement stylistique que l’oeuvre se distingue.

20151018_Moonlight_D05_C1_MG_0302.tif
Moonlight – Mahershala Ali (c) Mars

Barry Jenkins possède un talent certain de mise en scène et se permet quelques audaces stylistiques –  je pense notamment à la séquence de l’apprentissage de la natation ou aux rêves de Chiron.

« Moonlight » est un film sur l’identité et la recherche de soi, la solitude et le manque d’amour… avant d’être un énième film de banlieue et de dealers.  C’est une réflexion sur la virilité.

Tourné en 20 jours, « Moonlight » fait partie de ce cinéma indépendant ambitieux, en tout cas, qui ne recherche pas la facilité. Barry Jenkins est un réalisateur à suivre, c’est certain.
Cependant j’espérais beaucoup de ce film vu le buzz qui le précédait, et au final, il me semble moins percutant et original que je ne l’aurais imaginé. Mais cela reste du bon cinéma, et un film à voir.

 

Moonlight

Date de sortie  : 1er février 2017 (1h 51min)
De : Barry Jenkins
Avec : Alex R. Hibbert, Ashton Sanders, Trevante Rhodes,Mahershala Ali, Janelle Monae, Naomi Harris,  …

 

1 commentaire sur “[Avis] Moonlight de Barry Jenkins avec Mahershala Ali et Naomi Harris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.