[Avis] LE CANCRE de Paul Vecchiali avec Catherine Deneuve

« LE CANCRE », de (et avec) Paul Vecchiali, fait sa rentrée au cinéma le 5 octobre 2016, après être passé au Festival du Cannes… Mérite – t-il le bonnet d’âne ou les félicitations ?

 

le-cancre-affiche
Copyright Shellac

Synopsis :

Laurent , la quarantaine, cherche sa voie , lui qui a passé son enfance et son adolescence dans l’oisiveté. Il voit d’un mauvais œil l’obstination de son père Rodolphe à vivre seul dans sa maison du sud de la France.
Le vieil homme , acariâtre , manipulateur et brusque, autour duquel gravitent les femmes de sa vie , n’a qu’une obsession : retrouver son grand amour de jeunesse, Marguerite. Inquiet pour la santé de son père , Laurent décide de s’installer quelque temps chez lui pour le veiller. Malgré les conflits, il finit par prendre la mesure de son attachement à son père, toujours hanté par le souvenir de Marguerite. 

Avis :

le-cancre-catherine-deneuve-et-pascal-cervo
Copyright Shellac

Un titre surprenant pour un film atypique.
Le cancre désigne, selon le Larousse, un élève paresseux et nul.
Rodolphe ( Pascal Cervo) semble avoir quitté les bancs de l’école depuis longtemps !
Il s’agit d’un adulte , certes paumé , qui souffre surtout d’un manque affectif criant.
Et Paul Vecchiali qui interprète le rôle du père, joue un personnage plutôt antipathique, égocentrique et méprisant. Son obsession est de retrouver cette Marguerite qu’il a tant aimée et la souffrance d’autrui semble l’indifférer.

La description de relations compliquées, mais pas désespérées, entre un père et un fils est un des atouts de ce long métrage inégal.

Ce film se déguste comme un mille feuilles alternant des passages croustillants avec d’autres plus mous.

Les scènes concernant les retrouvailles avec les anciennes amantes ( toutes des actrices de renom) sont pour la plupart savoureuses.
La séquence avec Annie Cordy, débordante de naturel, de sincérité et de vitalité est un moment formidable à la fois drôle et émouvant.
Autre moment très amusant : la rencontre avec Édith Scob en religieuse hystérique.

Les deux Françoise, Arnoult et Lebrun, campent des femmes bien volontaires.
Et la fameuse, l’inoubliable Marguerite n’est autre que Catherine Deneuve que le cinéaste représente auréolée de lumière telle une déesse.

Paul Vecchiali qui se met en scène dans sa propre maison, veut nous raconter beaucoup de choses, peut- être un peu trop. Il faut dire que le polytechnicien, réalisateur, producteur, écrivain, parolier de chansons a dû avoir une vie particulièrement riche. A 86 ans, l’homme au visage fin avec une barbe blanche bien taillée est encore séduisant. Il a fière allure et porte à merveille le panama et les foulards délicats.

Il a réalisé un film truffé d’humour et de mélancolie qu’il nie être autobiographique. Mais il reconnaît s’être inspiré de son histoire personnelle où il avait retrouvé son amour de jeunesse, de longues années après l’avoir quittée.
Nostalgie, quand tu nous tiens ….

Ce film comporte quelques longueurs mais a beaucoup de charme avec ce mélange de gaieté et de tristesse. Il comporte des moments totalement inattendus, parfois loufoques, souvent décalés.
C’est une oeuvre attachante car elle démontre la difficulté de communiquer et d’exprimer ses sentiments.
Ce film avait été sélectionné par le festival de Cannes 2016 et y a été présenté en séance spéciale.

Michèle

LE CANCRE

Date de sortie : 5 octobre 2016 (1h 56min)
De Paul Vecchiali
Avec Pascal Cervo, Paul Vecchiali, Catherine Deneuve

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.