[Avis] DADDY COOL (Infinitely Polar Bear) avec Mark Ruffalo

Avis collégial sur DADDY COOL de Maya Forbes, la soeur de la chanteuse de Pink Martini.
image
Le synopsis :
Entre fous rires et crises de larmes, Cameron Stuart ne sait plus où donner de la tête. Diagnostiqué bipolaire, Cameron suit un traitement dans le but de reconquérir sa femme Maggie et de réintégrer le cocon familial qu’ils forment avec leurs deux filles. Mais lorsque Maggie décide de quitter Boston pour partir à New-York reprendre ses études, la jeune femme n’a pas d’autre choix que de confier la garde de ses enfants à ce père pas tout à fait comme les autres…

Après une apparition au festival Sundance 2014 et  au Festival de Cinéma américain de Deauville 2014 , ce film dont le titre original est « Infinitely Polar Bear »  n’avait pas encore été programmé en France.
C’est chose faite puisqu’il paraît sur nos écrans le 8 juillet 2015.
 Le CEFF ( Champs Elysées film festival )  le projetait en avant-première, le 13 Juin 2015, et quelques jours avant on pouvait le découvrir dans le cadre du Festival du Film romantique de Cabourg.
Il est toujours délicat de réaliser une fiction autour de la maladie mentale sans tomber dans le mélo ou le pathos outrancier ou l’aspect strictement documentaire.
 Maya Forbes s’en sort plutôt bien en nous proposant une version intéressante d’autant plus personnelle qu’elle l’a vécue à travers son père.
« Daddy cool » dégage une grande sensibilité, bien que le titre soit contestable. Il est étrange en effet d’associer la « coolitude » à un état maniaco – dépressif.
Il peut paraître choquant également qu’une mère, même pour des raisons professionnelles justifiées, confie ses deux petites filles à leur père, certes très aimant mais totalement imprévisible et atteint d’une pathologie grave.
L’humour et la légèreté du ton enjolivent cette situation dramatique. La réalisatrice semble nous dire que l’amour est plus fort que tout …
Dans ce film, on s’aime effectivement beaucoup. Comme dans la plupart des films américains , les » I love you  » entre parents et leur progéniture fusent à longueur de journée.
Cameron, le père, fume sans arrêt et boit beaucoup. On sent le malaise permanent chez cet homme brisé remarquablement interprété par Mark Ruffalo ( impressionnant dans Foxcatcher ).

Il interprétait déjà un père au bout du rouleau dans « New York Melody » (encore un titre retraduit en anglais pour le public francophone.)

On ne sait pas si c’est le père qui garde les enfants ou les fillettes qui gardent le père …
 La réalisatrice montre bien le sentiment de honte que des enfants peuvent ressentir devant un père  » hors normes » qui peut être très drôle mais aussi sans limites.
 Amélia ( Imogène Wolodarsky ), l’aînée des fillettes, est interprétée avec émotion et sincérité par la fille de la réalisatrice.
 Sa petite soeur, l’espiègle Faith est jouée par Ashley Aufderheide qui a » tout d’une grande  » .
  Maya Forbes dresse un portrait rapide de l’Amérique des années 70, où le féminisme prend forme et où le chômage sévit.
Malgré ses diplômes, la mère ( Zoe Saldana , très juste ) ne trouve pas de travail à Boston , à proximité  de sa famille et doit s’exiler à New York.
« Daddy Cool » est émouvant  mais pas larmoyant.
 Le film déborde d’énergie grâce aux frasques du père et à la vitalité des fillettes.
 Ce mélange de drame et de comédie est  une réussite dans la mesure où il est une ode à la différence.

BANDE-ANNONCE

DADDY COOL
Un film de Maya Forbes
Avec Mark Ruffalo et Zoe Saldana
AU CINÉMA LE 8 JUILLET
« Dans certaines situations, la famille est le meilleur des remèdes. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.