[Reprise] Sourires d’une nuit d’été – Ingmar Bergman

SOURIRES D’UNE NUIT D’ÉTÉ


Sourires_d_une_nuit-d-ete

(SOMMARNATTENS LEENDE)

Un film de Ingmar BERGMAN | Drame | Suède | 1955 | 109mn | N&B

Projection exceptionnelle, le 6 Février, au Nouveau Latina (75004 Paris) , en version restaurée inédite.
Sortie au cinéma le 5 mars 2014 en version restaurée inédite


Avis 

Qui a dit que les films de Bergman étaient tristes, voire ennuyeux ?
Dans cette comédie dramatique, je n’ai ressenti aucun ennui et même éprouvé une certaine jubilation à observer ces jeux de l’amour et du hasard qui se déroulent en 1901.
J’ai été séduite par le talent de Bergman quand il décrit avec cynisme le charme discret de la bourgeoisie ..
Tout – ou presque- a été dit sur ce grand réalisateur dont l’oeuvre est si imposante. (Les Cahiers du Cinéma ont même produit un « Bergmanorama » que chacun peut consulter sur Internet !)
Ce qui m’a frappé dans ce film, c’est la beauté lumineuse des actrices principales contrastant avec le physique quelconque des hommes !
Les costumes, les décors, la lumière, m’ont enchantée par leur raffinement…
Ces « feux de l’amour » ont pour cadre une chaude nuit d’été nordique où le soleil ne se couche jamais, ce qui crée une ambiance unique …
Ce vaudeville champêtre ne se contente pas de scènes libertines, très pudiques d’ailleurs ( le film a été tourné en 1955 ! )
Ce qui surprend, dans le contexte très réaliste de cette histoire, c’est l’introduction d’un philtre d’amour qui apporte une note poétique et surréaliste.
Enfin , j’ai particulièrement apprécié la manière non méprisante dont le personnel de service est décrit dans cette histoire.
Petra, la bonne, entretient une relation de confidente avec sa jeune patronne et lui prodigue des conseils dans le domaine de l’émancipation amoureuse …
Bergman dénonce avec brio l’hypocrisie de cette bourgeoisie et de la religion.
Par contre, j’ai été sensible au respect et à la patience dont le mari fait preuve envers sa jeune épouse – alors que le mariage n’est pas » consommé » depuis trois  ans  de vie commune !
sourires dune nuit dt
 Je ne peux que recommander ce film magnifique accessible à tous.
***
Michèle

En savoir plus :

  • Synopsis

Fredrik Egerman, séduisant avocat quinquagénaire, a épousé en secondes noces la jeune et vertueuse Anne, qui a le même âge que son fils Henrik. Un jour, Fredrik tombe sur son ancienne maîtresse Désirée, laquelle a décidé de le reconquérir. Elle prend alors la décision d’organiser un dîner dans la demeure de sa mère et invite toute la famille de son ancien amant Fredrik, son amant actuel le comte Malcolm et la femme de celui-ci. Au cours de cette nuit de la Saint-Jean, les couples vont se faire et se défaire…

  • Les influences de Bergman pour Sourires d’une nuit d’été.

« Tourné en seulement 55 jours, Sourires d’une nuit d’été joue habilement avec l’héritage théâtral européen : on y retrouve notamment l’influence des comédies shakespeariennes – Songe d’une nuit d’été en tête –, du fameux Jeu de l’amour et du hasard de Marivaux ou des vaudevilles à la Feydeau.(…)
Une autre influence est à trouver du côté du réalisateur français Jean Renoir, avec son film La Règle du jeu, à travers la question des rapports entre classes sociales. Car chez Bergman, les couples se font et se défont au cours d’une nuit d’été où le soleil ne se couche jamais, caractéristique des pays nordiques, que met brillamment à profit le chef opérateur Gunnar Fischer à travers l’éblouissante luminosité de sa photographie. Sourires d’une nuit d’étémarque le début de la reconnaissance internationale de Bergman, avec l’obtention d’un Prix de l’humour poétique à Cannes en 1956. Le réalisateur américain Woody Allen s’inspirera ouvertement de cette œuvre avec son film Conte érotique d’une nuit d’été (1982). »


Dans le cadre de la Rétrospective Ingmar Bergman (en 7 films)

 

Enhanced by Zemanta

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser les codes HTML suivants: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>