[Critique] WORLD WAR Z avec Brad Pitt

Parmi les blockbusters de l’été, World War Z se posait là.
Le synopsis était alléchant :
 Gerry Lane (Brad Pitt), employé aux Nations Unies, va se lancer dans une course contre la montre à travers le monde pour stopper une pandémie qui renverse les gouvernements et menace de décimer l’humanité.
Brad Pitt contre l’apocalypse !

affiche WWZ

CRITIQUE de WORLD WAR Z

 

Un Z qui veut dire …. 

… je n’ai pas le droit de vous l’écrire. Lors de la projection d’hier,  il a été demandé aux spectateurs de ne pas écrire un certain mot qui en dirait plus sur la mystérieuse pandémie… Le teaser nous disait qu’il n’y aurait pas d’avertissement, et bien nous, blogueurs et critiques, nous en avons eu un. Pour cette projection alors que la bande annonce en dévoile beaucoup… Et que d’autres avant-premières ont eu lieu – dont une “VIP” à Paris en présence de Brad Pitt le 3 juin et une ouverte à tous au Champs Elysées film Festival le 15. Ne pas utiliser ce mot rend l’écriture de la critique beaucoup plus difficile. On peut choisir d’utiliser des périphrases, de raccourcir la critique ou bien encore, de désobéir à cette consigne. Si vous lisez la suite, vous verrez quelle solution j’ai choisi !

Du Best seller au box office

 

Cover of
World War Z : Cover via Amazon

 

World War Z, c’est l’adaptation d’un livre éponyme de Max Brooks – roman que je n’ai pas lu – apparemment difficile à adapter. Pour l’anecdote Max Brooks est le fils du célèbre réalisateur Mel Brooks principalement connu pour ses comédies… rien à voir avec le livre du fiston, donc !
globalement, ceux qui ont lu le livre ont été extrêmement déçus par la bande annonce et assurent que le roman est plus une inspiration, un point de départ qu’une adaptation fidèle. Comme la plupart d’entre vous je n’avais toutefois pas échappé à la bande annonce au cinéma (assez calamiteuse) et aux affiches apocalyptiques omniprésentes dans le métro. Je partais donc sans autre a priori, si ce n’est que j’avais été déçue par le réalisateur Marc Foster. Autant Neverland était tout à correct, autant je n’avais pas aimé Quantum of Solace. Ce Quantum of Solace est me semble- t-il le plus faible des James Bond avec Daniel Craig. Rajoutons que le film a connu un accouchement plus que laborieux – en partie à cause de remaniements incessants du scénario… On était donc en droit de se demander si ce film catastrophe allait être une catastrophe tout court.

Un film catastrophe pas catastrophique … mais un peu quand même.

World War Z est en effet plus un film d’action de survival et d’apocalypse qu’un film de Zéké. Allez je cite les références  : Contagion, Resident Evil, Independance day, L’armée des 12 singes … Et qui dit film catastrophe dit héros. Et ce héros, ce Zorro qui va sauver l’humanité toute entière (ou plutôt ce qu’il en reste), c’est Brad Pitt !

Brad porte le film sur ses épaules, un peu comme Will Smith avec After earth. Au passage, j’avais bien aimé Je suis une légende, le film de zombies où Will Smith était de tous les plans. Et j’ai l’intention de lire Richard Matheson qui avait rédigé le roman à l’origine de ce film. Revenons à Brad : son personnage , Gerry est beau, super intelligent, il a une femme et deux petites filles qu’il adore,  il est super entraîné – même s’il a pris sa retraite. Le héros dans toute sa splendeur… Les autres acteurs sont vite expédiés.

Matthew Fox et David Morse se contentent d’un “cameo”, coupés au montage, le jeune virologue ne fait que passer, la femme du héros ( Mireille Enos) est insipide, et que dire que Grégory Fitoussi, seul Français de la production ? Je n’ai toujours pas compris l’intérêt de son rôle.

Seul le personnage de la soldate israélienne, Segen (Daniella Kertesz) reste longtemps à l’écran, mais ce n’est au final qu’un faire-valoir de plus pour Brad Pitt.

WWZ Brad

Le film possède néanmoins quelques qualités, notamment ses scènes d’apocalypse très impressionnantes. La scène d’ouverture à Philadelphie est angoissante à souhait (de plus, elle est précédée d’un montage d’informations angoissante de journaux télévisées).
Le passage en Corée est également flippant- mais pourquoi cet horrible téléphone – talkie walkie comme ressort scénaristique ???
Enfin, les scènes à Jérusalem sont à mon avis le summum de l’horreur. Voir des hordes de morts-vivants escalader les murs et envahir la ville est tout simplement horrible… Et puis comme d’habitude, on a droit à une scène de catastrophe aérienne, à un carambolage monstrueux, et à des moments bien stressants (un moment  “jump scare” qui m’a fait sursauter, une poursuite dans un laboratoire bien stressante mais hélas commentée à distance par les laborantins et Segen… Je ne vous en dis pas plus !)

A noter que la violence et le gore que l’on pourrait attendre dans ce type de film ont été atténués. Peu de sang, un seul membre amputé (hors champ)… on voit dans le film de nombreuses incohérences – certainement dues au changements intempestifs de scénario. La dimension politique  n’a pas été écartée mais elle reste en mode mineur. World War Z ne démontre que l’inaptitude des gouvernements occidentaux à gérer une crise. [SPOILER ] La théorie du “dixième homme” en charge de contredire les neufs autres avis, est survolée à Israël. On apprend aussi que les pays aux régimes totalitaires ont mieux géré la pandémie, tout simplement en édentant la population…

La 3D et la musique de Marco Beltrami et de Muse amplifient cette ambiance lourde. Cependant je dois avouer que je n’ai guère prêté attention à la BO de World War Z tellement j’étais prise par certaines images.

En conclusion
World War Z est un film très curieux : on a des moments très angoissants et d’autres involontairement drôles ou déplacés (par exemple : un placement produit pour une boisson gazeuse au milieu d’une scène très sérieuse !) Le film semble hésiter entre différents genres et différents tons. Un chose est certaine :  le film donne envie de lire le livre…
World War Z est bien le blockbuster que l’on attendait aux Etats-Unis : le film cartonne littéralement aux States. Qu’en sera-t-il dans le reste du monde ? Le succès s’étendra-t-il jusqu’ici ? Réponse à partir du 3 juillet !

LA BANDE-ANNONCE

logo WWZ

AU CINÉMA LE 3 JUILLET EN 3D

Réalisé par Marc Forster
Avec Brad Pitt, Mireille Enos, James Badge Dale, Matthew Fox, Grégory Fitoussi.

Un film Paramount

*** 

Suivez l’invasion sur :
www.worldwarz.fr

www.facebook.com/WorldWarZ.FR

#WorldWarZ

Enhanced by Zemanta

5 commentaires sur “[Critique] WORLD WAR Z avec Brad Pitt

  1. Je suis moins sévère que toi avec ce film, puisque j’ai trouvé le scénario bon, c’est même la force du film, ce qui m’a surpris au vu des retouches.
    Ce qui est gênant, c’est plutôt le côté PG 13 qui rend le film un peu bizarre puisqu’il n’est jamais gore.

    Un peu hallucinant les consignes données lors de ta projection de ne pas écrire le mot zombie! On sait que c’est le sujet du film depuis le lancement de la pré production. Les personnes qui ont demandé ça sont vraiment complètement à côté de la plaque…parfois je me demande dans quel monde je vis.

    Pour ce qui est du téléphone talkie-walkie, je pense que c’est n fait un téléphone satellite.

    1. Oui, c’est vrai faire du zombie grand public sans en rire est difficile. Ok pour le téléphone satellite. Merci pour l’explication. Pour le reste, no comment : mieux vaut en rire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *