[Critique] Mariage à Mendoza réalisé par Edouard Deluc avec Nicolas Duvauchelle

mariageamendoza_120-Medium-320x434Synopsis

Deux frères débarquent en Argentine pour aller célébrer le mariage de leur cousin, à Mendoza, dans l’ouest du pays. La grande aventure, la vraie, voilà longtemps qu’ils en rêvaient… Mais à l’arrivée à Buenos-Aires, Antoine ne va pas bien du tout, comme un type que sa femme vient de plaquer.
Marcus est sûr qu’aller au mariage du cousin remettra son petit frère d’aplomb, il va lui sortir le grand jeu. Des nuits caliente de la capitale aux splendeurs de la vallée de la lune, ils croiseront sur leur chemin, un réceptionniste illuminé, une beauté divine, des pierres qui portent bonheur…
Sur la route du mariage, au gré d’étapes de plus en plus mouvementées, les deux frères se retrouvent. A un détail près : quand Antoine se requinque, c’est Marcus qui trinque.

CRITIQUE 

mariage-a-mendoza-3

Marcus et Gonzalo

¿ Donde esta Kim Basinger ?  Cette question posée par Marcus est bien légitime, mais nous n’aurons pas la réponse à cette question en regardant ce Mariage à Mendoza. Ce n’est pas grave car nous aurons bien ri avec ce « road movie » argentin, belle histoire d’amitié et de fraternité. 

Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage…
Marcus et Antoine feront-ils  mentir cet adage ? Nicolas Duvauchelle joue le plus jeune frère, beau gosse taiseux et sexy largué par sa femme.  Il est très drôle au début en mec déprimé ! Mais la révélation du film, c’est Philippe Rebbot, le grand frère aux faux airs de Pierre Richard  (La comparaison n’est pas de moi, je l’ai lu sur la toile, et c’est bien trouvé). Cet acteur est hilarant, mais aussi extrêmement touchant et juste.  C’est incroyable, on a l’impression de le connaître, ce Marcus. Benjamin Biolay fait une apparition amusante (spoiler : il joue le rôle du cousin qui ne veut plus se marier ! ) Les personnages principaux argentins sont top. Surtout Gonzalo le sympa-thétique propriétaire de l’hôtel… Il va prendre la route avec les deux frères, et le trio de « Brothers » sera rejoint par la belle Gabrielle…

Bien plus qu’un road movie…
Ce film est un road movie dans le sens où les personnages voyagent, et vont évoluer au cours du voyage. Mais cela n’a rien à voir avec Carnets de voyages ou Sur la Route. Certes, l’action se passe en Argentine, comme Tetro  de Coppola ou une partie de Carnets de Voyages… Mais la comparaison s’arrête là: si on voit quelques beaux paysages et routes locales, l’essentiel de l’action se passe à l’intérieur : à l’hôtel, à l’aéroport, dans une pharmacie, une chambre… Bref, lorsque les personnages sont sédentaires.

La narration du film manque parfois d’un peu de rythme mais l’action et les gags reprennent vite. On rigole des gags du film, surtout de l’abattage de Philippe Rebbot, et de l’interlangue franco-hispano-anglophone qui est utilisée dans tous le film – je vous rassure, le film est sous-titré ! J’ai trouvé le scénario très juste : c’est souvent le plus gentil, extraverti et blagueur qui est en réalité le plus désespéré et dépressif… Oui, le film parle du deuil et de la maladie mentale, l’air de rien… Toutefois, « Don’t cry for them Argentina » : c’est une comédie quand même.

On ne s’ennuie pas et on pardonne les quelques longueurs parce qu’on s’amuse bien.

Il faut peut-être souligner que ce film est la version longue du court métrage ¿ Donde esta Kim Basinger ? du même réalisateur (avec Philippe Rebbot, voir un extrait ci-dessous).  Ce court – métrage  a été primé dans de nombreux festivals , ce qui a permis de l’adapter en version longue. Et je suis bien contente que ce film soit produit, car j’ai passé un excellent moment lors de l’avant-première parisienne.

En conclusion 

Le film est une bonne surprise qui mélange rires et larmes et donne envie de prendre la clef des champs… Le feel good movie de  ce début d’année ! On ressort avec un grand sourire – avec, en fond sonore, la musique d’ Herman Dune. Vraie découverte pour moi que ce groupe franco-suédois qui nous a gratifié d’un concert après la projection au club de l’Etoile. La musique du film colle  parfaitement aux images du film, un vrai « plus » !

mariage a mendoza

Gabrielle et Marcus

 

  • La bande-annonce (ne la regardez pas si vous voulez avoir la surprise !) :

  • ¿ Donde esta Kim Basinger ? (extrait) – Nomination Lutins 2010
    www.youtube.com/watch?v=o9vc7DxROQo
  • Vous pouvez trouver des photos de l’avant-première parisienne : https://www.facebook.com/MariageaMendoza

Merci, gracias, thank you aux organisateurs : le Club de l’étoile, Diaphana, Cinéfriends…

FICHE TECHNIQUE

Mariage à Mendoza

Sortie le 23 janvier  2013

Acteurs : Nicolas Duvauchelle et Philippe Rebbot, et avec la participation de Benjamin Biolay.

Réalisation: Edouard DELUC
Scénario: Edouard DELUC & Thomas LILTI
Avec la collaboration de Philippe REBBOT & Anaïs CARPITA
Chef opérateur: Pierre COTTEREAU
Musique: Herman DUNE

Durée : 1h30

3 commentaires en réponse à [Critique] Mariage à Mendoza réalisé par Edouard Deluc avec Nicolas Duvauchelle

  • wildgunslinger  dit:

    Je suis plus sévère aue toi avec ce film, que j’ai vu en avant première également avec l’équipe. Le développement des personnages limité et certaines incohérences m’ont gêné.

  • Claire Fayau (legenoudeclaire)  dit:

    Oui, ce n’est pas parfait, mais j’ai vraiment passé un bon moment. Le passage d’un court à un long métrage n’est pas toujours évident !

  • [Vie de blog] Showeb, le retour ! « Les écrans de Claire  dit:

    […] d’une sourde !  J’avais énormément apprécié la soirée consacrée à « Mariage à Mendoza » (avant-première du film et showcase d’Herman Dune). J’espère que […]

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser les codes HTML suivants: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>