[Lecture cinéphile] Un monde parfait selon Ghibli, par Alexandre Mathis

 

« Un monde parfait selon Ghibli« , écrit par Alexandre Mathis est publié le 25 septembre 2018 chez Playlist Society.
Compte-rendu de lecture.

 

PRESENTATION DU LIVRE PAR L’EDITEUR PLAYLIST SOCIETY

C’était d’abord un choix pratique : personne ne voulait produire leurs films. Alors Hayao Miyazaki et Isao Takahata, aidés de Toshio Suzuki, ont fondé ensemble le studio Ghibli. Depuis, ils ont enchaîné les succès, de Princesse Mononoké à Pompoko, du Tombeau des lucioles au Voyage de Chihiro. Leurs personnages, comme Totoro et Porco Rosso, sont devenus emblématiques, et les œuvres du studio ont marqué des générations entières de fans à travers le monde, comme si Ghibli était un équivalent japonais de Disney.

Bien plus qu’une marque et au-delà d’une simple usine à rêves, Ghibli offre avant tout une vision d’un monde idéal, fondé sur l’écologie, le féminisme, l’ingénierie et les croyances magiques. Un monde parfait selon Ghibli explore les histoires créées par le studio, les décortique, en les mettant en perspective avec la carrière de leurs créateurs, avec en toile de fond une question lancinante : Ghibli survivra-t-il à la retraite de ses fondateurs ?

L’AUTEUR

Alexandre Mathis fait partie du collectif Playlist Society et écrit chez Revus & Corrigés. Il est l’auteur de « Terrence Malick et l’Amérique » (Playlist Society, 2015).

 

 

AVIS DE LECTURE

Dans son essai bien documenté, étayé par des notions de civilisation, langue et culture japonaises, Alexandre Mathis nous donne les clés pour comprendre les œuvres créées par le studio Ghibli, et livre une réflexion sur ce qui constitue le supplément d’âme, ce qui fait la spécificité de ces films d’animations.
L’introduction sur Ghibli nous rappelle que, si les noms de Ghibli et de son co-fondateur Hayao Miyazaki sont connus dans le monde entier, Miyazaki père n’était pas seul dans l’aventure. Dans son livre, Mathis analyse d’ailleurs les films réalisés par Takahata, Morita, Kondo et par Gorō Miyazaki… Puis l’auteur constate que l’empire Ghibli est en péril depuis la retraite de Miyazaki père. Enfin, il développe à chaque chapitre un thème fort de l’univers Ghibli : féminisme et représentation des femmes, l’amour de l’aviation chez Miyazaki, la guerre…

Par exemple le chapitre 8 intitulé « Au pays des kamis et des yokais »permet d’appréhender un pan de la culture nippone : la spiritualité, les croyances dans l’Empire du Soleil Levant. Les créatures du folklore nippon peuplent en effet les films Ghibli et, si elles sont bien connues des Japonais, sont inédites et mystérieuses pour le public étranger.
Le chapitre 9 « Sauver la nature « aborde comme son nom l’indique la question de l’écologie, un thème cher au studio, mais également la magnificence de la Nature.
L’épilogue, tout en concluant sur une note poétique, s’interroge sur l’avenir du studio d’animation qui a créé de si belles œuvres.
Le texte n’étant pas illustré, il vous faudra revoir les films… même si certaines scènes sont parfaitement décrites et reviennent en mémoire facilement, juste par simple évocation, tellement elles sont fortes.

Et cela tombe bien : pour aller plus loin et revoir les films, on trouve dans les annexes une filmographie sélective et la filmographie complète de Ghibli (longs et courts métrages de 1984 à 2018).

« Un monde parfait selon Ghibli « est une réussite, à conseiller aux fans du studio d’animation nippon, mais aussi – pourquoi pas- aux réfractaires à l’univers Ghibli !

***

Un monde parfait selon Ghibli
 écrit par Alexandre Mathis
EdPS013 – 14 x 18,4 cm – 176 pages – cinéma / essai

Prix Version Numérique : 7 euros

Version Papier : 14 euros *

*Les frais de port en France métropolitaine ainsi que la version numérique vous sont offerts pour l’achat de la version papier.

***

FILMOGRAPHIE SELECTIVE

 

 

 

. Nausicaä de la vallée du vent (1984)

. Le Château dans le ciel (1986)

. Le Tombeau des lucioles (1988)

. Mon Voisin Totoro (1988)

. Kiki, la petite sorcière (1989)

.Souvenirs goutte à goutte (1991)

. Porco Rosso (1992)

. Pompoko (1994)

. Si tu tends l’oreille (1995)

. Princesse Mononoké (1997)

. Mes voisins les Yamada (1999)

.Le Voyage de Chihiro (2001)

. Le Royaume des chats (2002)

. Le Château ambulant (2005)

. Les Contes de Terremer (2006)

. Ponyo sur la falaise (2008)

. Arrietty, le petit monde des chapardeurs (2010)

. La Colline aux Coquelicots (2011)

. Le vent se lève, il faut tenter de vivre (2013) – Chronique ici : http://www.legenoudeclaire.com/2013/12/12/critique-le-vent-se-leve-il-faut-tenter-de-vivre-de-hayao-miyazaki/

. Le Conte de la princesse Kaguya (2013). Article sur le blog : http://www.legenoudeclaire.com/2014/06/20/avis-le-conte-de-la-princesse-kaguya-de-isao-takahata-studios-ghibli/

. Souvenirs de Marnie (2014). L’avis sur le blog est à découvrir ici : http://www.legenoudeclaire.com/2015/02/01/avis-souvenirs-de-marnie-des-studios-ghibli-disney/

. La tortue rouge (co-production, 2016).Vous pourrez retrouver mon avis là : http://www.legenoudeclaire.com/2016/06/20/cannes-2016-la-tortue-rouge-de-michael-dudok-de-witt-prix-special-un-certain-regard/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.