Jaws ( les Dents de la mer), le film de Spielberg, le livre de Benchley

Souvent, l’été, les requins de synthèse et autres bestioles tueuses en animatronics débarquent dans les salles obscures. C’est de la faute de Steven Spielberg. C’est lui qui a tout déclenché avec « Les Dents de la Mer » (Jaws) !
Ces dernières années, on a eu droit à plusieurs « Sharknado », et à Instinct de Survie (« the Shallows ») avec Blake Lively. Et n’oublions pas le mégalodon, requin géant préhistorique,de  « The Meg » (titre français : « En eaux troubles ») , adapté « Meg: A Novel of Deep Terror » écrit par Steve Alten, sort au cinéma au mois d’août.

Je vous propose donc un retour aux sources du blockbuster estival avec ce petit article sur « Les Dents de la Mer », le film, mais aussi le livre !

LES DENTS DE LA MER ( JAWS) , LE FILM

© Universal

Steven Spielberg a réalisé le film « Jaws » ( les Dents de la mer) en 1975.C’est l’adaptation du livre éponyme de Peter Benchley.

En 1974, Steven Spielberg emprunte aux producteurs David Brown et Richard Zanuck les épreuves d’un livre à paraître : il s’agit de  Jaws de Peter Benchley. Pour les noms anglophones,  Jaws signifie « mâchoires »  et le jeune Speilberg est intrigué par ce titre énigmatique. Après sa lecture, il adaptera ce roman au plus vite…

Synopsis

À quelques jours du début de la saison estivale, les habitants de la petite station balnéaire d’Amity sont en émoi face à la découverte, sur le littoral, du corps atrocement mutilé d’une jeune vacancière. Pour Martin Brody, le chef de la police, il ne fait aucun doute que la jeune fille a été victime d’un requin. Il décide alors d’interdire l’accès des plages mais se heurte à l’hostilité du maire, uniquement intéressé par l’afflux des touristes.

(via Wikipedia)

Cette histoire de requin tueur qui terrorise une station balnéaire US pendant l’été a pour tête d’affiche Roy ScheiderFrench Connection…) qui incarne Brody.

Robert Shaw (Deux hommes en fuite, L’Arnaque…) joue le rôle de Quint, le chasseur de requins...
Richard DreyfusAmerican Graffiti, Rencontres du troisième type… ) incarne l’ichtyologue /océanographe Matt Hooper. Mais la vraie star du film, c’est le requin !

Le jeune cinéaste suggère au final pas mal, et le film joue plus sur la tension nerveuse que sur les scènes gore – et c’est tant mieux en ce qui me concerne. L’impact sur les premiers spectateurs est très fort, et le film deviendra culte, après avoir été le plus gros succès du cinéma à l’époque ! Aujourd’hui encore, plus de 40 ans après sa première projection sur grand écran, Les dents de la mer – et ses suites non réalisées par Spielberg, continuent à être diffusées l’été, aux alentours du 4 juillet, à la TV américaine…

 

Le livre audio Les dents de la mer ©2016/1974/2002/2005 JAWS par Peter Benchley / Benchley IP, LLC / Introduction par Peter Benchley / Archipoche. Traduit de l’américain par Michel Deutsch (P)2018 Audible Studios

 

LES DENTS DE LA MER ( JAWS) , LE LIVRE

Maintenant, parlons du livre de Benchley, que j’ai découvert sous forme de livre audio – grâce à Audible.

Le roman s’ouvre sur un chapitre où Peter Benchley se livre un peu , et raconte son intérêt pour les requins et  la genèse du texte. On apprend qu’il s’est inspiré de plusieurs attaques de requins réelles  …  En fait, il a tout cumulé tout ces faits réels en les exagérant bien sûr. Il est certain que le roman est très documenté sur les requins, c’est intéressant, on sent que Benchley a fait des recherches, et qu’il retranscrit son travail de documentation à travers  Hooper, le scientifique spécialiste des requins.

Premier constat :  Spielberg a pris des libertés dans son adaptation – comme il l’a fait plus tard avec » Le BGG « ou “ Ready Player One” . La fin est ainsi différente. Benchley se penche plus sur les personnages , décrit leur psychologie, leur dilemme, leurs combats intérieurs ( garder son emploi et risquer la mort de mes concitoyens ou lancer l’alerte peut-être sans raisons ?) Peter Benchley, qui a été journaliste, détaille plus la société américaine et n’épargne personne, ou presque. Le film est plus dans l’action:  il fait de nombreuses coupes,  garde les apparitions du monstre, le combat final, et les trois protagonistes qui sont à la fois associés dans leur quête de la « bête » mais aussi aussi antagonistes dans leurs idées …

Ces coupes du livre ne sont pas vraiment gênantes, car j’ai trouvé qu’il y avait quelques longueurs, et franchement les problèmes de couple Brody ne m’ont pas passionnée, même si cela permet de mieux cerner ce personnage et que sa femme est un protagoniste plutôt intéressant. Néanmoins, le roman est intéressant, et je dois le reconnaître, plutôt haletant dans sa traque au requins.La société américaine des années 70 est bien relatée et certains éléments sont toujours d’actualité : la corruption, l’usure du couple, l’attrait pour le sensationnel, l’envie de cacher les scandales … Enfin, comme dit plus haut, le final est différent

Le livre s’écoute bien, d’abord parce que le roman ne fait que  278 pages, mais aussi parce que la narration de Pascal Casanova est très bonne. Ce n’est jamais facile de prêter sa voix à plusieurs personnages et M.Casanova y parvient parfaitement ( même lorsque qu’il joue une femme !).
A part sa voix, je ne me souviens d’aucun ajout, ni bruitage, ni musique. C’est un peu dommage car j’aurais bien aimé entendre le son des vagues ou des mouette. Dommage également parce que la musique de  John Williams avait de la gueule et ajoutait beaucoup au film :  elle est d’ailleurs aussi culte !

***

Les Dents de la mer est disponible en DVD et Blu-ray chez Universal.

Le livre audio est sur Audible .

La bande annonce du film est ici (via Allociné)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.