[Lecture] LA NOTE AMÉRICAINE DE DAVID GRANN (Killers Of The Flower Moon: The Osage Murders And The Birth Of The FBI)

La note américaine, de David Grann, possède un titre original beaucoup plus éloquent : Killers Of The Flower Moon: The Osage Murders And The Birth Of The FBI. Finaliste du National Book Award 2017, ce livre sera bientôt porté à l’écran par Martin Scorsese sous le titre Killers Of The Flower Moon, avec au casting Robert de Niro et Leonardo di Caprio. David Grann nous raconte une histoire vraie, une série de meurtres commis dans les années 20 contre les riches indiens Osage  …  Le livre publié par les éditions Globe a pour date de parution le 7 mars 2018. Votre curiosité est piquée ? Je vous en dis plus ci-dessous.

 

Présentation du livre La note américaine par l’éditeur

1921, les guerres indiennes sont loin. Leurs survivants ont, pour la plupart, été parqués dans des réserves où ils végètent, misérables, abandonnés à leur sort. Une exception à cette règle : le peuple osage. Il s’est vu attribuer un territoire minéral aux confins de l’Oklahoma. Or ces rochers recouvrent le plus grand gisement de pétrole des États-Unis. Les Osages sont millionnaires, roulent en voitures de luxe, envoient leurs enfants dans les plus prestigieuses universités et se font servir par des domestiques blancs. Le monde à l’envers.

Un jour, deux membres de la tribu disparaissent. Un corps est retrouvé, une balle dans la tête. Puis une femme meurt empoisonnée. Et une autre. Plus tard, une maison explose. Trois morts. Qui commet ces assassinats ? Qui a intérêt à terroriser les riches Osages ? Les premières enquêtes, locales, sont bâclées, elles piétinent. C’est pourquoi, après une nouvelle série noire, ce dossier brûlant est confié au BOI (Bureau of Investigation, qui deviendra le FBI en 1935). À sa tête, un très jeune homme. Son nom est Hoover, Edgar J. Hoover. Il veut deux choses. La première : faire toute la lumière sur cette sombre affaire, et il s’en donne les moyens, enquêteurs hors pair, méthodes rigoureuses de police scientifique, mise en fiche de la moindre information. La seconde : le pouvoir. Surtout le pouvoir. Et ce premier coup d’éclat va le lui offrir sur un plateau.

. L’auteur : David GRANN

« David Grann est né en 1967 à New York. Il collabore à de nombreux journaux (New York Times Magazine, The Atlantic, The Washington Post, The Wall Street Journal) et, depuis 2003, au New Yorker. La Cité perdue de Z (2010) a paru aux éditions Robert Laffont. Certaines de ses nouvelles ont paru aux éditions Allia: Un crime parfait, Le Caméléon, The Yankee Comandante, Chronique d’un meurtre annoncé, Trial by Fire. »

(via le blog Anne et Arnaud)

 

Avis express sur « La note américaine » de David Grann

Cette enquête fait ressortir le pire de la nature humaine… racisme, injustice, recherche du profit à tout prix… Personnellement j’ignorais tout de cette affaire, un peu comme j’ignorais le fait historique (le plan « FBI » : Femmes Blanches pour les Indiens) qui a inspiré à Jim Fergus son »Mille Femmes blanche ». L’histoire des Amérindiens est globalement méconnue, en France, même à l’université, on en parle très peu dans les cours de civilisations américaines… En tournant les pages, j’ai pensé à Wind River qui décrit la situation des Amérindiens  à l’heure actuelle : les habitants des réserve sont isolés et lorsqu’un meurtre est commis il va généralement dans le dossier « cold case »… Aux États-Unis, on dresse des statistiques des personnes disparues pour « tous les profils démographiques, sauf les femmes amérindiennes. »

 La lecture du texte de David Grann nous donne vraiment le sentiment d’apprendre vraiment beaucoup de choses sur les Etats-Unis (découverte et exploitation du pétrole dans le comté Osage, création du FBI et des méthodes d’investigation « modernes ») et  bien sûr,  sur la relation entre les colons et les tribus indiennes…
On ressort de lecture choqués par la description de tous ses événements et impressionnés par la qualité du travail de recherche mené par David Grann. J’ai éprouvé beaucoup de sympathie en particulier pour Mollie Burkhart qui perdu de façon tragique de nombreux membres de sa famille.
A noter que l’auteur a rencontré, plus de 95 ans après les faits, quelques descendants des Osage tués, ce qui ajoute à l’émotion.
L’enquête est pleine de rebondissements et on n’imagine vraiment pas qui sont les meurtriers… Certains détails et révélations de cette histoire vraie sont tellement rocambolesques qu’on ne peut s’empêcher de penser, en le refermant, que ce livre ferait un très bon film, ou documentaire.

Le projet de film

Martin Scorsese a prévu d’adapter le livre de David Grann et dirigera (à nouveau) Leonardo DiCaprio. Le titre du film est pour l’instant » Killers of the Flower Moon ».
Selon Allociné, Dante Ferreti, chef décorateur officiel de Martin Scorsese, espère tourner le film juste après « The Irishman ».

Anecdote « amusante » : J. Edgar Hoover, le futur patron du FBI, qui mène l’enquête sur les meurtres d’Osage avait été incarné à l’écran en 2012 par Leonardo DiCaprio dans le film « J.Edgar » de Clint Eastwood ! DiCaprio jouera-t-il à nouveau Hoover ? A noter la présence de Robert De Niro au générique (ce dernier aura le rôle principal de « The Irishman »).

Le précédent roman de David Grann , également inspiré de faits réels, avait lui aussi été adapté au cinéma :  « The Lost City of Z » (traduit en français sous le titre « La Cité perdue de Z« ).
C’est le réalisateur James Gray qui avait transposer au cinéma les aventures de l’explorateur  P.H.  Fawcet. Le film, très réussi, est sorti en 2017 et vous pourrez retrouver mon avis ici : The Lost City of Z.  Martin Scorsese semble donc bien inspiré de porter à l’écran « La note américaine ».

 

. La note américaine

L’histoire des meurtres amérindiens à l’origine du FBI

 (Killers Of The Flower Moon: The Osage Murders And The Birth Of The FBI)
de David  Grann,
parution le 7 mars 2018 aux Éditions Globe.
352 pages (nombreuses photos), 22€

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *