[Avis] LA FORME DE L’EAU (The Shape of Water) de Guillermo Del Toro

J’ai eu la chance de voir LA FORME DE L’EAU (The Shape of Water)  en avant-première présentée par Thierry Frémaux en octobre dernier, dans le cadre du Festival LumièreVous avez déjà dû entendre parler de Guillermo Del Toro, réalisateur mexicain au cinéma si particulier ; son dernier film en date est le gothique Crimson Peak (mais juste avant Del Toro avait mis en scène une titanesque bataille entre kaijus et robots géants dans Pacific Rim…)

Vous avez sans doute déjà eu vent du film dont nous allons parler, avec toutes ses récompenses et ses nominations aux Oscars sans compter le fait que le film de Guillermo Del Toro a obtenu le Lion d’Or lors du dernier festival de Venise….  Que vaut donc LA FORME DE L’EAU (The Shape of Water) ? Je vous donne mon avis ci-dessous(attention, je fais référence à quelques scènes du film sans divulguer le contenu en détails)

 

Synopsis:

Dans l’Amérique de la Guerre Froide, Elisa, une jeune femme solitaire et muette, travaille comme femme de ménage dans un laboratoire militaire du gouvernement.

Sa fantastique rencontre avec une créature amphibie, objet d’une expérience secrète, va changer sa vie à jamais.

Avis : La Forme de l’eau :  Tératologie et guerre froide.

La forme de l’eau , c’est donc un conte fantastique se passant pendant la guerre froide aux États-Unis. Et les héros  de ce conte sont un monstre et une jeune femme sourde et muette.

Après Le Labyrinthe de Pan et Crimson Peak, le réalisateur propose à nouveau un conte fantastique pour adultes ancré dans un contexte historique précis.
Je tente, dans les lignes suivantes, d’analyser les influences du films puis de vous dire pourquoi j’ai adoré le film.  Je pense que c’est un film d’une grande richesse et que plusieurs visionnages sont nécessaires

 La forme de L’eau, point de confluence

Le film de Del Toro est comme un fleuve alimenté par des nombreux affluents ( un affluent est un cours d’eau qui se jette dans un autre cours d’eau) : il est irrigué par diverses influences extérieures au travail du réalisateur mexicain ou même par sa propre mythologie.

Attention, les influences extérieures au film constituent un point sensible, Del Toro ayant été accusé de plagiat trois fois. La famille de Paul Zindel accusait Guillermo Del Toro d’avoir copié la trame de la pièce de théâtre « Let me hear you » écrite en 1969, et adapté au cinéma par la suite. C’est l’histoire d’une femme de ménage dans un laboratoire qui arrive à communiquer avec un dauphin et finit par la sauver.
Le film aurait également plagié un court -métrage néerlandais nommé « the Space between Us » (encore une histoire d’amour entre une créature mi -homme mi-poisson et une technicienne de surface, mais cette fois après une guerre nucléaire.)
Enfin,  Jean-Pierre Jeunet a noté des similitudes, voire des scènes identiques, entre « La forme de l’eau »  et ses films « Delicatessen » et « Amélie Poulain »…   Je ne cherche pas à prendre partie, il est vrai qu’on pense à « Amélie Poulain » lors de la description de la vie solitaire d’Elisa, d’autant plus que Sally Hawkins, alias « Elisa »,  présente quelques similitudes avec une Amélie Poulain plus âgée et partage la même espièglerie. enfin la lumière et la colorimétrie peuvent certainement être étudiées et comparées…

Pour ce qui est de « Delicatessen », je n’y ai pas pensé sur le coup, mais oui, il y a des scènes quasi identiques… Guillermo Del Toro aurait répondu qu’il s’inspirait de Terry Gilliam tout comme Jeunet avant lui.

Ajoutez à cela un passage- comédie  musicales, ou une scène de danse assiste digne de Charlie Chaplin ou Buster Keaton…

Loin de moi l’envie de trancher dans ce débat entre le plagiat conscient et l’influence inconsciente, ce « Shape of Water-gate » (merci de ne pas reproduire ce jeu de mot sans mon accord !). On ne peut nier que Guillermo Del Toro s’inspire d’autres  créations pour engendrer sa propre œuvre, comme une chimère faite de différentes animaux.

L’histoire d’amour entre Elisa et son homme-poisson, elle, fait penser à  « La Belle et la Bête » ou à la mythologie gréco-latine, lorsque Zeus se métamorphosait en animal ou en pluie d’or pour avoir des relations sexuelles.

Personnellement une scène avec une baignoire m’a fait penser à « Splash » où une sirène mal en point se fait soigner par un jeune homme puis tombe amoureuse de ce dernier … Del  Toro a (délibérément) reproduit la fenêtre des Chaussons rouges.

Prenons un dernier exemple :  la créature amphibie de « La forme de l’eau ». Elle s’inspire du  » Dillman » des films d’horreur que le réalisateur mexicain regardait petit et très vraisemblablement de «  l’étrange créature du Lac Noir » de Jack Arnold.

L’étrange créature du Lac Noir (Creature from the Black Lagoon) de Jack Arnold © Carlotta films

Del Toro  s’autocite même. Ainsi la créature de « La forme de l’eau » fait également penser à  Abe Sapiens de « Hellboy » – comics de Mike

Doug Jones as Abe Sapien in Hellboy
Doug  Jones alias Abe Sapiens dans Hellboy (Doug Jones as Abe Sapien in Hellboy) credit: Wikipedia

Mignola adapté au cinéma par Del Toro himself…

Et pour faire encore mieux le lien entre Abe et la créature de « The Shape of Water », je vous le donne dans le mille :  c’est le même acteur, le fidèle et dégingandé Doug Jones, qui a enfilé les deux costumes d’homme- poisson.

Les deux hommes -poissons raffolent des œufs, c’est certainement un Easter egg ou un œuf de Pâques, bref un clin assumé de Del Toro pour lier les deux films.

On pourra trouver d’autres ressemblances avec les film de Del Toro,  par exemple l’histoire d’amour inter-espèce entre Hellboy et Liz Sherman. D’ailleurs Abe Sapien tombe amoureux d’une personne d’une autre espèce dans « Hellboy II » ; d’accord : il s’agit d’une princesse elfe mais elle a une apparence presque humaine.

Le thème du handicap ou de la personne « inadaptée » à la société qui s’épanouit autrement est parfois souvent abordé… Chuy dans « Mimic » est autiste, Aurora dans « Cronos » est muette, quant à la petite héroïne du « Labyrinthe de Pan », elle vient d’un autre monde et ne s’épanouira vraiment que dans ce monde parallèle.

Sans parler des touches formelles comme la voix off utilisée par exemple dans « le Labyrinthe de Pan » et reprise dans « La forme de l’eau »… Il n’y a guère que la religion qui ne soit abordée dans le film – à part peut-être , et c’est capillotracté, le fait que la créature soit torturée et qu’elle ait le pouvoir miraculeux de guérir voire ressusciter tout comme le Christ ? Et puis le personnage de Richard Jenkins qui souhaite redevenir jeune ne vous fait pas penser au grand -père de Chronos ?

De même, le « méchant » incarné par Michael Shannon n’est-il pas le vrai monstre de l’histoire tout aussi terrifiant que le personnage du beau-père d’Ophélia dans « Le Labyrinthe de Pan« ?

Bref, » La Forme de l’eau » recycle, rend hommage et fait des clins d’œil à la filmographie de Del Toro ou à des cinéastes / œuvres d’art, qu’il admire.

Petite nouveauté … ou nouvel  affluent si je continue à filer la métaphore… Le film noir d’espionnage. Le film reprend les codes du film d’espionnage avec le contexte de la guerre froide, et en particulier l’affrontement entre les Américains et les Russes, le »monstre » devenant un enjeu politique, et une « arme » dans la guerre psychologique que se livrent les deux pays. Après la course aux étoiles, la course au monstre…

Pourquoi j’aime La Forme de L’Eau ? Parce c’est beau !

La beauté du film touche d’abord nos yeux… et nos oreilles car la musique sublime la plastique du film, elle est aussi très importante dans les moments non dialogués.
Des les premières images,  le spectateur ne peut être que charmé et louer le travail sur la photographie… Le début » sous l’eau » est un tour de force visuel … Del Toro et son équipe, notamment les talentueux comédiens que sont Sally Hawkins (nomination aux Oscars méritée !) , Michael Shannon, Octavia Spencer, Michael Stuhlbarg,  Richard Jenkins nous immergent (dans tous les sens du terme) dans un superbe univers.
Mais la créativité et la plastique du film sont là pour servir l’histoire et un message de tolérance. Del  Toro nous dit que l’étranger, le différent ne doit être ni craint ni détruit ni exclu de la société… Au contraire il faut l’aimer, car de cet amour sortira de grandes joies, et peut-être quelques miracles.
Écrit ainsi, cela peut sembler guimauve, mais je pense que même le moins romantique des spectateurs ne pourra rester indifférent à ce vibrant plaidoyer pour plus d’amour et de tolérance dans notre société. Difficile de garder les yeux secs lors du final très poétique. Et oui, l’amour tout comme l’eau peut emprunter bien des chemins et bien des formes…
« L’eau prend la forme de son contenant, mais malgré son apparente inertie, il s’agit de la force la plus puissante et la plus malléable de l’univers. N’est-ce pas également le cas de l’amour ? Car quelle que soit la forme que prend l’objet de notre flamme – homme, femme ou créature – l’amour s’y adapte. »
Guillermo del Toro

La Forme De L’Eau

Titre Original: The Shape of Water
Sortie: 21/02/2017
Réalisateur: Guillermo Del Toro
Acteurs: Sally Hawkins, Michael Shannon, Doug Jones, Octavia Spencer, Michael Stuhlbarg
Durée : 2h 03min
Crédits photos copyright 2017 Twentieth Century Fox sauf mentions contraires

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *