[Avis] Dakini (Honeygiver Among the dogs)

DAKINI (Titre original : Honeygiver Among the dogs) est le premier long-métrage d’une jeune cinéaste nous venant du Bhoutan : Dechen Roder. Ce film, sélectionné à la dernière Berlinale et au FICA 2018 de Vesoul, thriller aux accents surnaturels empreint de spiritualité, nous emmène dans l’univers des Dakinis, femmes bouddhistes considérées à la fois comme des anges et des démons…

Synopsis :
Le détective Kinley enquête sur la disparition d’une nonne bouddhiste. Il forme une alliance houleuse avec la principale suspecte, Choden, une femme séduisante considérée par les villageois comme une « démone ».
Au fil des histoires que lui raconte Choden sur les Dakinis passées (des femmes éveillées , bouddhistes, de pouvoir et de sagesse, Kinley croit entrevoir la résolution de l’enquête.
il devra cependant succomber aux charmes de Choden et à ses croyances surnaturelles. 
 
Avis :
Dans le cadre des Dimanches de la Connaissance, proposés par Jupiter Films, confortablement assise dans un fauteuil du Club de l’Étoile, je me suis laissée emporter au Bouthan.
Une destination rare pour un film original sur un sujet exceptionnel.
Dans ce pays où le cinéma n’existe que depuis une vingtaine d’années et propose essentiellement des « Bollywood », une jeune cinéaste trentenaire a signé un film d’auteur , un premier long métrage troublant. Elle s’appelle Dechen Roder et ne manque pas d’audace et de talent.
Un film troublant car il allie le mystère et la réalité, l’indicible et le pragmatique.
Je n’avais jamais vu auparavant un film où une enquête policière est autant mêlée à une quête spirituelle. Je n’avais jamais vu, auparavant un film provenant d’un pays qui se distingue par son BIB (bonheur intérieur brut).
Mais j’avais déjà vu un film avec un acteur bouthanais, à savoir Jamyang Jamtsho Wangchuk qui à l’âge de 14 ans, interprétait le jeune dalaï-lama, face à Brad Pitt dans « Sept ans  au Tibet « de Jean-Jacques Annaud. Dans ce long-métrage, il a bien grandi et joue le rôle principal de Kinley en duo avec Sonam Tashi Choden , femme très mystérieuse.
Avant la projection du film , Véronique Jannot qui a réalisé en 2011 un documentaire intitulé  » Dakinis , le Féminin de la sagesse , » nous a mis dans l’ambiance en nous expliquant brièvement ce que sont les Dakinis. Le terme dakini désignant à la fois un ange, une sainte mais aussi quelqu’un de bizarre, une sorcière, et un terme qualifiant l’impalpable , l’immatériel.
Elle nous avait aussi préparé à la lenteur du film, certainement voulue pour nous montrer la démarche intérieure de Kinley qui doit démêler une énigme policière, tout en suivant ses intuitions.
Il est vrai que le film dure longtemps, plus de deux heures et que le rythme est lent et surprenant pour un thriller. Mais le jeu convaincant des acteurs, et la réalisation raffinée , le dépaysement assuré nous font passer un moment particulier. Et le suspense est bien là.
L’image est belle et étrange. Le film a été tourné en plein été, durant la mousson, ce qui crée une atmosphère embrumée assez féerique, ajoutant encore du mystère au mystère de l’histoire.
Cette fiction se déroule bien au 21 ème siècle, la présence des téléphones portables et des automobiles nous le rappelle en permanence mais la tradition est omniprésente, ne serait-ce que par la tenue de Kinley, qui porte la plupart du temps un vêtement typique.
La fin du film est ouverte et reste énigmatique.
 A la fin de la projection, des spécialistes du Bouthan nous ont apporté des éclairages passionnants sur la culture de ce pays méconnu.
L’actrice – réalisatrice,Véronique Jannot, est restée très longtemps disponible pour les spectateurs qui désiraient lui poser des questions sur sa rencontre avec des dakinis et sur sa carrière.
Une personne sympathique et lumineuse.
 Un beau moment de partage empreint de sérénité.
 Dakini ne devrait sortir officiellement sur les écrans qu’en juin 2018 mais il sera projeté le 1er, 2 et 3 février au FICA ( festival international des Cinémas d’Asie ) de Vesoul.
 Merci encore à Jan Roeloffs et à son équipe pour toutes ces découvertes enrichissantes.
Michèle

A propos du 24e Festival international des Cinémas d’Asie de Vesoul

 
Ce festival présentera également « Hotel salvation« ( sortie en salles le 21 mars 2018) un très beau film que j’ai découvert également grâce à Jupiter films. »Hotel salvation » a fait l’ouverture du festival, et pour la clôture, ce sera l’également beau et dépaysant  » Centaure«  (au cinéma à partir du 31 janvier 2018).

DAKINI

Titre original : Honeygiver Among the dogs
de Dechen Roder
Avec : Sonam Tashi Choden, Jamyang Jamtsho Wangchuk
  • Pays d’origine : Bhoutan
  • Genre : Aventures
  • Année de production : 2018
  • Version originale : Dzongkha
  • Version(s) sous-titrée(s) : Français
  • Durée : 118 minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.