[Lecture cinéphile] Mémoires, de Jean Charles Tacchella

Les Mémoires de Jean Charles TACHELLA, c’est une vie de cinéma,  10 ans d’écriture, plus de 900 pages couvrant une période de 70 ans de septième art … Voici mon court compte-rendu de lecture.

 

 

 

Quatrième de couverture  de Mémoires, de Jean Charles Tacchella

À onze ans, Jean Charles Tacchella avait vu tous les films ; à treize ans, sa décision était prise : il consacrerait sa vie entière au 7e art. Né en 1925, il devient, à la Libération, journaliste à L’Écran français. Quatre ans plus tard, il fonde, avec André Bazin, Alexandre Astruc, Claude Mauriac et d’autres, un ciné-club d’avant-garde baptisé « Objectif 49 », berceau de la Nouvelle Vague et dont le président est Jean Cocteau.

Parallèlement, Jean Charles Tacchella entame une carrière de scénariste, notamment pour Yves Ciampi (Les héros sont fatigués, 1955 ; Typhon sur Nagasaki, 1957), Christian-Jaque (La loi c’est la loi, 1957) et Michel Boisrond (Voulez-vous danser avec moi ?, 1959). À partir de 1973, Tacchella passe derrière la caméra et va réaliser, en près de trente ans, une dizaine de longs métrages, parmi lesquels on retrouve de grands succès populaires comme Cousin Cousine (1975) et Escalier C (1985).

Jean Charles Tacchella fait ici le récit d’une passion à hauteur d’homme, dans lequel se succède une foule d’anecdotes sur l’art et la manière de faire du cinéma, les gens du cinéma, les choses du cinéma. Défileront les plus grands noms : François Truffaut, Frank Capra, Jean Renoir, Marie-Christine Barrault, Maurice Ronet, Marie-France Pisier, Brigitte Fossey, Jean-Pierre Bacri, Catherine Frot, Henri Colpi, Daniel Toscan du Plantier… Une autobiographie pleine comme une vie longue et riche, où pourtant, l’enthousiasme de l’auteur vaut celui d’un éternel adolescent.

Avis de lecture

Jean Charles Tachella se livre dans ses mémoires. Sa vie est un roman. Sa vie est un film. Sa vie, c’est du cinéma et c’est le cinéma.

Le lecteur appréciera son témoignage, véritable photographie du cinéma de ces 70 dernières années.

Jean Charles Tachella a côtoyé le gratin du cinéma mondial :  acteurs, réalisateurs, scénaristes, critiques de cinéma : Becker, Renoir, Colpi, Stroheim, Wilder, Gérard Philippe…

Pour éviter de faire du name dropping, sachez qu’il y a un index de plusieurs pages entièrement rempli de noms.(Ou reportez-vous à la quatrième de couverture.)

Le réalisateur dresse un beau portrait de deux de ses grands amis.

Le premier, c’est Yves Ciampi, réalisateur français de Les héros sont fatigués ; Typhon sur NagasakiLe Ciel sur la Tête…). Tachella signe d’ailleurs le scénario de certains de ses films.

Le second, c’est Maurice Ronet – l’acteur dans Ascenseur pour l’échafaud, Le Feu follet et Plein Soleil, et réalisateur, entre autres, de Bartleby (1976) adaptation de la nouvelle éponyme d’Herman Melville, et d’un documentaire sur les dragons de Komodo.

Le récit est rempli d’anecdotes, souvent amusantes et insolites : John Wayne qui l’invite à danser dans un bar à Paris !  Maurice Ronet et son cheval rose ! Danielle Darrieux piquant les clés de voiture de ses amis pour éviter qu’ils ne conduisent alcoolisés !

Tachella évoque la naissance de sa cinéphilie, puis ses échecs comme ses réussites professionnelles, avec un art consommé du storytelling et un très beau style.

A noter que Monsieur Tacchella, toujours passionné de cinéma, n’est jamais amer dans ses propos, ce qui rend son propos très sympathique.

Voilà donc une lecture attachante et cinéphile qui donne l’envie de (re) découvrir les films du cinéaste, mais aussi celle de grandes figures du cinéma français et international.
A quand l’adaptation de ce témoignage et cette vie de cinéma sur grand écran ?

 

Jean Charles Tacchella : mémoires

de Jean-Charles Tacchella

Date de parution : 16 novembre 2017, chez Séguier.

Format : Broché
Nb de pages : 936 pages
Poids : 1058 g
Dimensions : 15cm X 21cm
Date de parution : 16/11/2017
ISBN : 978-2-84049-727-1
EAN : 9782840497271

Prix : 28 euros

Filmographie de Jean Charles Tachella

Les gens qui s'aiment
Les gens qui s’aiment (Photo credit: Wikipedia)


(en tant que réalisateur, long métrages)

  • 1973 : Voyage en Grande Tartarie
  • 1975 : Cousin, cousine
  • 1977 : Le Pays bleu
  • 1979 : Il y a longtemps que je t’aime
  • 1981 : Croque la vie
  • 1985 : Escalier C
  • 1987 : Travelling avant
  • 1990 : Dames galantes
  • 1992 : L’Homme de ma vie
  • 1994 : Tous les jours dimanche
  • 2000 : Les Gens qui s’aiment

 Mes remerciements à  Gilles Lyon-Caen et aux éditions Séguier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.