[Avis] THE FLORIDA PROJECT de Sean Baker avec Willem Dafoe

THE FLORIDA PROJECT, vu en avant-première dans le cadre du Club 300, est un film réalisé par Sean Baker qui a fait parler de lui. Recommandé par Robert McKee himself, le film a déjà été remarqué à la Quinzaine des Réalisateurs lors du dernier Festival de Cannes. Le film a été récompensé aux LAFCA : Willem Dafoe a remporté le prix du meilleur acteur dans un second rôle. Et les récompenses devraient continuer à affluer, peut-être même à la prochaine cérémonie des Oscars ?
 
 Synopsis
Moonee a 6 ans et un sacré caractère.
Lâchée en toute liberté dans un motel de la banlieue de Disney world, elle y fait les 400 coups avec sa petite bande de gamins insolents.
Ses incartades ne semblent pas trop inquiéter Halley, sa très jeune mère. 
En situation précaire comme tous les habitants du motel, celle-ci est en effet trop concentrée sur des plans plus ou moins honnêtes pour assurer leur quotidien…
AVIS

65 ans après René Clément et ses  » Jeux interdits « , 58 ans après François Truffaut et ses » 400 coups « , Sean Baker nous propose une vision de l’enfance émouvante et réaliste, sans fioritures. Sean Baker ferait référence aux « Petites canailles », mais on peut aussi penser à la petite Hushpuppy dans » Les bêtes du Sud sauvage ».
Extérieurement, il est plutôt joli , le monde de Moonee : une « maison  » peinte en mauve, une nature encore sauvage à ses pieds , propice à l’aventure et une totale liberté pour accomplir à souhait toutes les bêtises … tout cela pourrait être paradisiaque mais l’autoroute est à deux pas et le motel qui a été conçu pour attirer les touristes ne recueille que les oubliés du rêve américain.
 L’ histoire se déroule en Floride, cet état américain connu pour ses parcs d’attraction, la production d’oranges et le centre spatial Kennedy … Dans ce long métrage , pas d’allusions au centre spatial mais à proximité du mote , des stands de nourriture dont l’un représente une énorme orange. Pour être juteux , le langage de Moonee l’est ! Du haut de ses 6 ans, la môme manie le langage ordurier avec aisance et provoque avec plaisir les adultes .
Son insolence nous fait sourire la plupart du temps car la petite actrice qui l’incarne, au nom évocateur de Brooklynn Prince, est épatante.
Au début , le spectateur assiste donc essentiellement aux facéties de Moonee et de ses amis, sous le regard  « paternel », plus ou moins amusé du gérant du motel interprété par Willem Dafoe. Un rôle touchant d' »ange gardien d’immeuble »/manager pour cet acteur expérimenté qui fait tout pour éviter les catastrophes dans cet univers de laissés-pour- compte.
Mais le scénario prend progressivement une tournure dramatique qui surprend le spectateur. C’est la mère de Moonee, Halley, remarquablement jouée par Bria Vinaite qui donne un ton pathétique à cette histoire.
Et si la Floride vit sous la menace des ouragans , c’est bien un cataclysme qui va toucher la petite Moonee…
 Sean Baker ne porte pas de jugement sur le comportement d’Halley, confrontée trop jeune aux soucis de la maternité. Il montre des faits réalistes qui ne laissent pas indifférent le spectateur. La musique est très présente tout au long du film.Le paysage est sublimé par une photographie magnifique  signée Alexis Zabe.
The Florida project est particulièrement intéressant car il nous livre une vision sans concession de l’Amérique des abandonnés , de ceux laissés sur le côté, bien loin des super héros.
Dans ce film, les personnages ne meurent pas de faim, la nourriture tient d’ailleurs une place importante. Pour Moonee , » la belle vie  » , c’est d’avoir une quantité de plats à déguster. Mais le réalisateur dénonce, avec ces images, le règne de la malbouffe.
The Florida project  est un film minimaliste, presque documentaire.
 Le jeu remarquable des acteurs apporte une touche d’énergie et de fantaisie à cette histoire touchante bien ancrée dans la réalité.
La dernière scène est particulièrement marquante et met fin au temps de l’insouciance de la dynamique et attachante Moonee.
Durée : 1h52.
Distributeur : Le Pacte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *