[Avis] MARIE – FRANCINE de et avec Valérie Lemercier

 

 

Allez, Cannes c’est fini, on va pouvoir revenir à une activité de cinéma « normale ».
Ce mercredi sort MARIE – FRANCINE de Valérie Lemercier.
Que vaut cette comédie, une sorte de « Tanguy » au féminin si l’on en croit son synopsis ?

Synopsis:
Trop vieille pour son mari, de trop dans son boulot, Marie-Francine doit retourner vivre chez ses parents …à 50 ans ! Infantilisée par eux , c’est pourtant dans la petite boutique de cigarettes électroniques qu’ils vont lui faire tenir qu’elle va enfin rencontrer Miguel. Miguel, sans oser lui avouer, est dans la même situation qu’elle. Comment vont faire ces deux là pour abriter leur nouvel amour sans maison, là est la question…
Avis :
A priori, le chômage des seniors et la séparation conjugale ne sont pas des sujets réjouissants qui se prêtent à l’hilarité… Mais si c’est Valérie Lemercier qui prend à bras le corps ces thèmes plutôt douloureux , cela donne un film très plaisant.
 La comédienne humoriste qui n’est plus une novice en matière de réalisation signe avec « Marie- Francine » son cinquième film qui ne manque pas de piquant et de charme, plus précisément du charme pas si  discret de la bourgeoisie.
Même si l’affiche représente le visage de Valérie Lemercier,alias Marie – Francine, caché derrière un petit bol (conçu et réalisé par la faïencerie de Pornic , une sorte de madeleine de Proust  qui rappellera des souvenirs à de nombreux spectateurs),  l’action ne se passe pas en Bretagne mais dans la région parisienne…
Nous sommes là plupart du temps à Neuilly dans l’appartement d’Annick Legay dite Dadick et de son mari Pierrick Legay dit Papick , les parents envahissants de Marie – Francine.
Dans ce lieu à la fois cosy et désuet, notre héroïne est en proie à une infantilisation poussée à l’extrême ( la scène avec les marionnettes Nicolas et Pimprenelle est particulièrement ridicule).
A cette occasion, nous retrouvons avec plaisir l’excellente comédienne Hélène Vincent dans le rôle de Dadick qui lorgne sérieusement vers celui de Marielle du Quesnoy dans « La vie est un long fleuve tranquille « .C’est incroyable de constater combien l’actrice a peu vieilli depuis 1988 . Elle fait preuve d’une pêche d’enfer et est souvent irrésistible.
 Son mari, Papick, joué par Philippe Laudenbach, développe également un talent comique indiscutable.Il est très amusant quand il exprime sa passion pour l’histoire et pour Stéphane Bern.
Denis Podalydès se fond avec plaisir dans la peau d’Emmanuel Doublet, touché par le démon de midi. Ce n’est pas un rôle original mais le comédien expérimenté s’en tire bien, comme d’habitude. La surprise du film tient dans la prestation de Patrick Timsit en séducteur charmant et plein de délicatesse.
A l’heure où les comédies plongent souvent dans le trash et la vulgarité, « Marie-Francine » se distingue par une approche pudique du sentiment amoureux entre l’héroïne et Miguel, le personnage joué par Patrick Timsit.
 Au fond , il y a beaucoup de tendresse dans cette histoire qui finit bien sur une note d’espoir.
Si la réalisatrice se veut réaliste sur la situation des quinquagénaires dans notre société, elle égratigne ses personnages avec talent mais sait les rendre attachants avec toutes leurs imperfections.. .
Cette comédie n’est pas si drôle. Il y a quelques scènes très cocasses et plus ou moins attendues… La réalisatrice a su dénoncer le poids de la famille, souvent très lourd,mais souvent réconfortant !
« Marie Francine » est un joli film –  certes assez inégal mais plutôt réussi- qui laisse une impression agréable. A voir pour le jeu des acteurs, le scénario bien ficelé, et des bons moments de rire.
Michèle

Marie-Francine

de et avec Valérie Lemercier … 

Mais aussi Patrick Timsit, Hélène Vincent, Denis Podalydès, Nadège Beausson -Diagne
Le 31 mai 2017 au cinéma.
DURÉE : 90 MN
Distributeur : Gaumont films

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *