[Avis] Personal Shopper – Olivier Assayas – Prix de la mise en scène Cannes 2016

Avec Personal Shopper, Olivier Assayas a décroché le Prix de la mise en scène cette année au Festival de Cannes, un prix également attribué à Cristian Mungiu pour son « Baccalauréat » .
Après « Sils Maria », Assayas retrouve sa jeune muse Kristen Stewart…. Le réalisateur français  et l’actrice américaine seront-ils à nouveau nominés ou récompensés pour  les César avec ce thriller fantastique ? Réponse en 2017 !  En attendant, voici ce que j’ai pensé de Personal Shopper, en salles le 14 décembre 2016.

pshopper
L’affiche fantômatique de Personal Shopper © Les Films du Losange



Synopsis :

Maureen, une jeune américaine à Paris, s’occupe de la garde-robe d’une célébrité.
C’est un travail qu’elle n’aime pas mais elle n’a pas trouvé mieux pour payer son séjour et attendre que se manifeste l’esprit de Lewis, son frère jumeau récemment disparu.
Elle se met alors à recevoir sur son portable d’étranges messages anonymes…

Avis sur Personal Shopper

Persona achoppée

Même s’il y a des points communs avec le précédent Olivier Assayas, Sils-Maria, j’ai trouvé ce Personal shopper beaucoup plus prenant … à la fois parce qu’il mène de front un récit fantastique,  une enquête en plus d’une quête personnelle
L’héroïne, Maureen, traverse une crise existentielle.  On le comprend rapidement, Personal shopper traite du deuil, Maureen ayant perdu son frère jumeau et se sachant atteinte de la même malformation cardiaque que lui. Le fait que ce soit son jumeau et non un autre membre de la famille est intéressant, Maureen se sentant liée de façon étroite avec Lewis. Une lien à la fois spirituel et physique : elle sent que Lewis cherche à communiquer avec elle. D’ailleurs Kristen Stewart est habillée comme un garçon pendant les trois quarts du film.

Cette jeune femme  perdue et exténuée se cherche :  elle cherche un sens à sa vie, elle cherche une preuve de la présence de Lewis, elle cherche son identité et sa voie professionnelle …

Maureen effectue un travail inintéressant pour une célébrité  : elle est acheteuse et assistante personnelle. Une profession déjà exercée par Kristen Stewart dans le précédent film d’Assayas, Sils Maria.

Maureen est à la fois fascinée et repoussée par le matérialisme de la célébrité qu’elle accompagne. Elle avoue un moment qu’elle voudrait être une autre mais ne sait pas qui… Elle ira jusqu’à essayer la fameuse garde-robe qu’elle constitue pour l’actrice, chose qu’il est formellement interdite.

SPOILER : C’est alors que sa cliente meurt assassinée…

Libération, culpabilité mais aussi peur, tels sont les sentiments qui assaillent Maureen.

A la recherche du fantôme perdu

Tout en cherchant sa voix dans la société, Maureen , endeuillée, est en attente, dans les limbes, ou au purgatoire. Pour essayer de donner un sens à la perte de son frère, cette âme en peine essaie de rentrer en contact avec lui dans la même maison où il est décédé…  Elle n’arrive pas à faire son deuil, à s’autoriser à vivre ou à aller de l’avant, contrairement au personnage de Sigrid Bouaziz , la petite amie de Lewis…

Lewis se disait médium et Maureen pense être capable de pouvoir communiquer avec les esprits, de voir l’invisible…  Et de fait, elle établit le contact avec un spectre.

Les figures de Victor Hugo -qui croyait dialoguer avec les morts- et celle de Hilma af Klint – peintre suédoise, pionnière de l’art abstrait du 20e siècle , influencée par le spiritualisme et la théosophie- hantent également le film. On voit d’ailleurs Maureen se documenter sur les deux artistes.

Si le scénario du film semble esquissé par moments, il n’en contient pas moins une foule de thématiques, et de références.

Le prix de la mise en scène au festival de Cannes est -il justifié ?  Oui, dans le sens où Assayas ose, il y a des moments assez casse-gueule dans « Personal Shopper ». Par exemple, il arrive à nous passionner avec un échange de SMS. Un grand moment de suspense.

Par contre, était-il nécessaire de nous montrer un fantôme ? Le réalisateur aurait pu rester plus vague en ce qui concerne cette apparition.  La fin, frustrante à souhait, pourra décevoir. Assayas nous en montre trop ou pas assez.  En tout cas,  Olivier Assayas arrive à lier l’histoire évanescente,  la musique, le son, les dialogues, le visage et le corps  de son actrice principale et maintient notre intérêt pour une histoire qui montre au final peu de choses, ou alors des actes souvent d’une grande banalité, comme Maureen en scooter, dans le métro, dans l’Eurostar… Maureen fermant un robinet, envoyant des SMS, allant sur Skype ou Google …

Au final, ce qui intéresse Assayas, ce ne sont pas les morts, ce sont les vivants et en particulier son héroïne. Maureen, qui, en un sens, réussira à trouver une échappatoire et à se libérer des joug de sa patronne, de son frère disparu et d’un  mystérieux correspondant.

Pour finir, il faut parler de Maureen alias Kristen Stewart. L’ex vampire ado de Twilight, Kristen Stewart est très bien, à bout de nerfs et blafarde à souhait dans le rôle de Maureen, étrangère à sa propre vie et  à la vie en général…  Un rôle est bien en  plus intéressant à mon avis  et développé que celui de Valentine dans Sils-Maria. L’actrice, mal fagotée, pas maquillée,  au physique androgyne, change du tout au tout quand elle endosse la robe dorée à la Klimt (ou à la Af Klint) de sa patronne.
Pour sa deuxième collaboration avec Olivier Assayas, Kristen Stewart s’impose comme la nouvelle muse du réalisateur français.

Le film avait été hué au festival de Cannes, et ne méritait certainement pas ces réactions violentes. Même si on ne peut le qualifier de chef d’oeuvre, il possède quand même de sérieux atouts.

 

PERSONNAL SHOPPER

Réalisé par Olivier ASSAYAS

Avec Kristen STEWART, Lars EIDINGER, Sigrid BOUAZIZ, Anders DANIELSEN LIE, Ty OLWIN, Hammou GRAIA, Nora Van WALDSTATTEN, Benjamin BIOLAY

Durée : 1h45

Best Director Award (Cannes Film Festival)
Personnal shopper a obtenu le prix de la mise en scène -Best Director Award au festival de Cannes (Photo credit: Wikipedia)

FRANCE • 2016 • Couleurs • Durée : 1h45 • Les Films du Losange

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.