[Avis] « TOUR DE FRANCE » de Rachid Djaidani avec Sadek et Gérard Depardieu

« TOUR DE FRANCE« , le nouveau film de Rachid Djaïdani avec Gérard Depardieu a fait partie de la sélection de la Quinzaine des réalisateurs à Cannes 2016, mais c’est un film qui aurait pu faire partie de la sélection « Un certain regard », car il pose un certain regard sur notre société…

Synopsis

Far’hook est un jeune rappeur de 20 ans. Suite à un règlement de compte, il est obligé de quitter Paris pour quelques temps. Son producteur, Bilal , lui propose alors de prendre sa place et d’accompagner son père faire le tour des ports de France sur les traces du peintre Joseph Vernet.
Malgré le choc des générations et des cultures , une amitié improbable va se nouer entre ce rappeur plein de promesses et ce maçon du Nord de la France au cours d’un périple qui les mènera à Marseille pour un concert final, celui de la réconciliation.

Avis : Tour de France … Douce France… 

Après avoir arpenté les routes de France à pied ( le retour de Martin Guerre), à cheval (Cyrano), à moto (Mammuth), en taxi ( Saint Amour) , ce n’est pas à vélo mais à bord d’une camionnette de chantier que notre Gégé national accomplit son tour de France.
Il s’appelle Serge mais ce n’est pas lui qui est au volant mais Far’hook .
Tout oppose ces deux hommes : l’âge, la culture, la religion, le parcours professionnel.
Mais ils ont un point commun, ils sont tous les deux des blessés de la vie.
La route sera longue avant que les deux hommes ne s’apprécient.
C’est ce long chemin qui donne encore plus d’intensité à leur véritable rencontre.
Il y a beaucoup d’émotion dans ce long métrage.
On a la gorge serrée souvent mais on rit également beaucoup .
Il y a des imperfections , quelques longueurs…C’est un peu décousu.
Mais l’intention est belle et le pari de montrer l’art (ici la musique et la peinture ) comme une passerelle de réconciliation est particulièrement réussi .
L’hommage aux deux Serge, Lama et Reggiani, est touchant.
Voir et écouter Depardieu chanter ‘ Je suis malade’ prend aux tripes d’autant plus quand la chanson est reprise par le jeune rappeur.
Un joli moment de cinéma comme la scène très émouvante où Far’hook se jette dans les bras de Serge après avoir tenu des propos humiliants à son égard.
Respect, fraternité, dignité, amitié jalonnent cette belle histoire qui peut se résumer par le mot espoir.
La France est plurielle. Les héros de certains sont méconnus des autres.
J’avoue que je ne connaissais pas Sadek, étoile française du rap qui joue ici son premier rôle au cinéma. Et ce qui est formidable dans ce film, c’est que la star Depardieu , le vieux routard du septième art ne vole pas la vedette au jeune débutant.
Le duo fonctionne parfaitement.
Les personnages secondaires sont bien trouvés.
Louise Grinberg incarne Maude, l’amoureuse de Far’hook, avec une belle énergie.
Mabo Kouyaté se donne à fond dans le rôle de Sphynx, le « méchant ».
Nicolas Maretheu interprète avec conviction le fils que Serge ne comprend plus.
La musique signée Clément Dumoulin est tonique et ravira les amateurs de rap.

Le fait que Rachid Djaïdani soit lui même un bel exemple d’intégration apporte encore plus de force à ce message de réconciliation et à cette déclaration d’amour à la France, ses paysages variés et ses différentes cultures.

« Tour de France » est un beau film contemporain sur l’altérité, à la fois drôle et émouvant. Mieux qu’un reportage de télévision sur la banlieue, il suscite une réflexion riche sur la diversité.

***

TOUR DE FRANCE
Le 16 novembre au cinéma
Réalisé par Rachid Djaïdani
Avec Gérard Depardieu et Sadek

Photo Copyright Mars Films

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.