[Avis] Jason Bourne avec Matt Damon

Jason Bourne (Matt Damon) sort de l’ombre pour retourner dans les salles obscures.  Ce nouveau Jason Bourne constituait certainement une des attentes de l’été 2016… 
Paul Greengrass, le réalisateur de LA MORT DANS LA PEAU et LA VENGEANCE DANS LA PEAU, rempile derrière la caméra pour ce nouveau chapitre de la franchise Jason Bourne. Alors, que penser de ce nouvel épisode ? Suite inconséquente ou véritable valeur ajoutée à la saga Bourne ?

affiche jason Bourne 2016
Affiche Jason Bourne – 2016 (c) Universal

AVIS Jason Bourne. Bourne, again ?

Fan absolu(e) de Jason Bourne, vous connaissez par cœur et aimez la trilogie.
Ce film risque de vous décevoir un peu, ou du moins de ne pas trop vous surprendre.

Si en revanche, vous n’avez vu aucun Jason Bourne, et évité les romans de Robert Ludlum jusque-là, vous devriez trouver que ce volet est un bon film d’action avec deux courses poursuites assez époustouflantes. Paul Greengrass n’a pas oublié comment faire un film d’action. De plus, son style s’est peut-être affiné – moins de caméra à l’épaule et de combats difficilement lisibles qui donnent le mal de mer.

Cependant, ce qui était vraiment intéressant et novateur dans le personnage de Jason Bourne, c’était son drame personnel : son amnésie, la recherche de la vérité, la quête de son identité. Or, dans cet épisode, Jason Bourne alias David Webb connaît son identité… sa problématique n’est plus la même.

Vous me direz certainement que c’était mieux avant, que le premier opus créait un effet de surprise. Disons que le premier épisode renouvelait le genre du film du thriller d’espionnage,  « LA MEMOIRE DANS LA PEAU » avait créé un nouveau standard pour les « James Bond »et autres « Mission : impossible »… L’ayant revu récemment, je ne peux que vous inciter à le (re)voir, vous verrez qu’il n’a pas vraiment vieilli en 14 ans (hormis les téléphones portables et ordinateurs.) Ce  » Jason Bourne » essaie tout de même d’apporter un souffle nouveau à la saga… 

Matt Damon is Jason bourne

Les nouveautés : David Webb versus le web ?

Le casting change : Alicia Vikander, Vincent Cassel et Tommy Lee Jones ont rejoint Matt Damon pour ce nouvel épisode.
Heather Lee, le personnage d’Alicia Vikander, est le plus ambigu et changeant du film… C’est donc le plus attrayant ! Cette jeune recrue de la CIA est une analyste spécialiste des nouvelles technologies , visiblement experte en big data et hacking. Bref, c’est un génie de l’informatique qui dirige le département des cyber opérations. Ses motivations envers Bourne sont floues, la seule chose qui semble lui importer étant sa carrière… contrairement aux autres personnages féminins de la saga.

Heather Lee -Alicia Vikander

Le scénario a visiblement voulu apporter à l’intrigue un peu de modernité : problèmes socio politico économique à travers une émeute à Athènes très réaliste. Surtout, le film nous montre le contrôle du flot ininterrompu de données … Ces big data font désormais partie des nouveaux enjeux mondiaux. Obtenir et lire ces données est donc une préoccupation majeure de la CIA pour garantir la sécurité du pays. On n’est pas loin du programme prédictif Blue Crush de la police de Memphis…

On voit même comment la CIA (en particulier son département science et technologies) travaille en partenariat avec d’autres organisations dans la Communauté du Renseignement, mais aussi avec le monde universitaire, ou le secteur privé à travers le personnage incarné par Riz Ahmed, mélange entre Mark Zuckerberg et Bill Gates. Ce jeune informaticien devenu milliardaire a emprunté de l’argent à la CIA pour créer sa société. 

Or la CIA lui demande en échange de lui fournir les données engrangées par les applications inventées par ses soins. Et le jeune homme se pose la question de la liberté des utilisateurs de ses inventions… On pense aussi qu’une partie de l’intrigue ressemble à l’affaire Snowden (affaire d’ailleurs citée à plusieurs reprises).

tommy lee jones

Tommy Lee Jones  joue quant à lui un ponte de la CIA, un vieux de la vieille. Si sa performance est tout à fait correcte, Jones est quand même un peu éclipsé avec ce rôle un peu « bateau »de chef cherchant à dissimuler ses magouilles et à protéger les opérations secrètes de l’agencd.

Vincent Cassel est « l’atout », c’est- à -dire le tueur embauché pour liquider Bourne. Même s’il est tout à fait crédible, on ne peut pas dire que son rôle soit plus marquant que les autres assassins de la CIA vus dans les épisodes précédents. A part le fait que son personnage en veuille personnellement à Bourne, ce qui n’était pas le cas des autres tueurs.

vincent Cassel

En fait, on ne peut pas dire que cet épisode soit raté ou vraiment mineur… en effet il ne dépareille pas  : il se « contente » d’exploiter le filon, de reprendre des ingrédients déjà goûtés et approuvés par le spectateur, qui trouvera peut-être que les extraits de la trilogie sont bien intégrés au film. Ou pas. Ainsi, on peut se demander où était passé le personnage de Tommy Lee Jones pendant 12 ans ? Pour Vincent Cassel, au moins, on a une explication plausible.

Pas de vraie renaissance pour Bourne.

Le reste du scénario intègre comme d’habitude des voyages, la perte d’un allié de Bourne, des courses poursuites spectaculaires (la poursuite de la moto  de Bourne dans une Grèce mise à feu et à sang !!), des combats impressionnants et des flashbacks.
Au passage, Matt Damon et Vincent Cassel en imposent physiquement, ils sont très crédibles en agents secrets /tueurs.
Damon et Cassel ont finalement très peu de dialogues dans le  film, ce sont plutôt les autres personnages principaux qui s’expriment… Ceci dit,  Julia Stiles -qui reprend son rôle de Nicky Parsons- toujours aussi idéaliste et amoureuse en secret de Bourne n’aura pas l’occasion de dire grand -chose dans le film non plus.

On compte donc peu de prise de risques donc dans cet épisode et beaucoup de passages qui ont un air de déjà-vu. Cependant, nous apprenons enfin quel événement dramatique a transformé David Webb en Jason Bourne. On est contents de retrouver le personnage torturé de Jason Bourne, totalement absent de Bourne:l’héritage.
Et lorsque cet épisode s’achève, et que retentissent les premières notes d’Extreme ways de Moby, on ressort quand même content de ce qu’on a vu.

« Jason Bourne » est un film bourré d’action qui brode sur une saga déjà bien lancée, sans jamais oser innover réellement
La question est de savoir s’il y aura une suite, le film laissant la porte savamment entrouverte… Mais surtout, aura – t-on envie de la voir ?

***

JASON BOURNE

 de Paul Greengrass

avec Matt Damon, Julia Stiles, Alicia Vikander…

Au cinéma le 10 août 2016

 

Jason Bourne

Jason Bourne Bande-annonce VO

2 commentaires sur “[Avis] Jason Bourne avec Matt Damon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.