[Avis] HUGO ET JOSÉPHINE (Hugo och Josefin) de Kjell Grede

HUGO ET JOSÉPHINE de Kjell Grede, un classique du cinéma suédois des années 60, adapté d’un best seller, sera repris en salles le 27 avril 2016.

 

Hugo et Joséphine
(c) Malavida films

Synopsis :
Fille d’un austère pasteur protestant et d’une mère débordée, la petite Joséphine, sept ans, vit au milieu d’une nature riante, dans la campagne suédoise. Mais elle s’ennuie, elle n’a personne avec qui jouer. Un jour lors d’une promenade avec Gudmarsson, le jardinier, bourru mais chaleureux, elle fait la connaissance de son neveu Hugo, un petit garçon de son âge, rêveur et fantasque. C’est la rentrée des classe, mais Joséphine a du mail à se faire des copains et Hugo ne trouve pas le temps d’aller à l’école, perdu dans ses innombrables aventures dans la forêt…

(in DP)

Avis :

HUGO_ET_JOSEPHINE_6

La très belle affiche pourrait nous faire penser à une nouvelle version de  » La petite maison dans la prairie « .
En réalité, le point commun avec cette célèbre série américaine est la vie à la campagne.
S’il fallait comparer cette réalisation avec un autre film , ce serait peut être avec « Jeux Interdits » de René Clément pour la ressemblance de l’héroïne avec le personnage joué par Brigitte Fossey : même blondeur , même visage lumineux , à la fois triste et espiègle.

Inspiré du roman éponyme de Maria Gripe très célèbre en Suède, ce film, qui atteindra bientôt un demi siècle d’existence, merveilleusement restauré par le Svenska FilmInstitutet et distribué par Malavida Films , est une subtile illustration de l’enfance.

Le propos n’est ni bêtifiant ni caricatural.
Joséphine ne passe pas son temps à jouer à la poupée . Hugo ne conduit pas une petite voiture comme dans « Oui Oui  » et le monde qui nous est présenté n’est pas celui des Bisounours …
Joséphine n’est pas une petite sauvageonne. Elle est  » éduquée », réside dans une maison bourgeoise.
Elle a une allure très sage de petite fille modèle avec sa jolie robe blanche mais elle marche la plupart du temps pieds nus dans les champs ou dans la forêt .
Elle est intrépide, attirée par les interdits comme celui d’aller se baigner dans la rivière.
Elle est tout simplement curieuse et désireuse de découvrir le monde.
Elle a besoin d’être écoutée et aimée mais ses parents sont indisponibles et peu chaleureux. Aussi la petite fille est-elle livrée à elle-même la plupart du temps…
Cette liberté laissée par des parents rigides à une enfant de sept ans peut surprendre.
La petite Marie Öhman occupe l’écran d’une façon incroyable. Elle est une Joséphine éclatante de naturel, capable d’exprimer une large palette de sentiments.
De même, Fredrik Becklén est un petit Hugo, homme des bois très attachant, très drôle et remarquable de spontanéité.

Dans le dossier de presse, Kjell Grede précise qu’il a choisi très soigneusement ses acteurs parmi 5000 enfants et que les élus devaient non seulement être doués mais aussi persévérants car les conditions de tournage étaient éprouvantes. Ils devaient être capables de travailler pendant 2 mois et demi de 7 heures du matin à 18 heures le soir.

photo Hugo et Josephine 1

Les acteurs ont été très bien dirigés.
Par contre, les voix françaises m’ont paru décalées ,voire inadaptées. Il me semble que j’aurais préféré voir la version originale sous-titrée …
Mais comme cette fiction s’adresse aussi bien aux adultes qu’aux enfants, on peut comprendre qu’une version française était indispensable.

Ce long métrage peut avoir plusieurs lectures, entre rêve et réalité.

Les enfants qui iront voir ce film ne comprendront certainement pas les allusions concernant le père de Hugo emprisonné pour objection de conscience.
Il en est de même pour les relations entre la mère de Joséphine et le jardinier qui sont évoquées discrètement.

Mais ils partageront certainement les mêmes émotions et peut-être les mêmes peurs que les deux facétieux bambins lors de leurs péripéties.

La campagne suédoise est bien mise en valeur et nous donne envie de nous y promener et de prendre par la main ces deux enfants qui débordent de vitalité et d’imagination.photo Hugo et Josephine 2

« Hugo et Joséphine » est un beau moment de cinéma sur l’éveil des sentiments.

Ce charmant film bucolique sur l’enfance n’a rien de surfait et resplendit de fraîcheur.

Il se distingue par son charme désuet qui séduira les cinéphiles amateurs d’un travail soigné et d’émotions pures.

 

Michèle

***

 

Hugo et Joséphine

(Hugo och Josefin)

de Kjell Grede

82 minutes / Suède / 1968

Sortie le 27 avril 2016

 Scénario :
Maria Gripe et Kjell Grede

Distribution

Marie Öhman – Joséphine
Fredrik Becklén – Hugo Andersson
Beppe Wolgers – Gudmarson (jardinier, l’oncle de Hugo)
Karl Carlsson – Karl
Helena Brodin – Lärarinnan (Madame Ingrid Sund ; l’enseignante)
Inga Landgré – Mère de Joséphine
Tord Stål – Voix du père de Joséphine
Bellan Roos – Lyna


RECOMPENSES

 

Meilleur film – Meilleur réalisateur – Meilleure photo
Guldbagge Award 1968 (l’équivalent suédois des Oscar)

Meilleur premier film – San Sebastián International Film Festival 1968

Grand Prix – Festival international du film pour enfants de Téhéran 1970

Prix Asturias, Meilleur film pour enfants – Festival international du film de Gijón 1968

 

 

2 commentaires sur “[Avis] HUGO ET JOSÉPHINE (Hugo och Josefin) de Kjell Grede

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.