[Avis] ALIAS MARIA de José Luis Rugeles – Cannes 2015, Un Certain Regard

ALIAS MARIA de José Luis Rugeles sortira en France le 9 mars 2016, le lendemain de la Journée de la Femme. On ne sait si c’est le hasard, mais « Alias Maria » dresse un portrait de femme inédit au cinéma. Ce film passé dans la section Un Certain Regard au Festival de Cannes 2015 raconte en effet l’histoire d’une jeune fille enfant soldat en Colombie … « .
Les Ecrans de Claire ont vu ce film à l’occasion d’une avant-première organisée par Espagnolas en París et Sophie Dulac Distribution en collaboration avec El Perro que Ladra et le festival Cinélatino, Rencontres de Toulouse.

alias maria affiche
Synopsis :
La jungle colombienne de nos jours. Maria, 13 ans, enfant-soldat, a grandi dans la jungle avec la guérilla.
Lorsque Maria se rend compte qu’elle est enceinte, elle comprend vite que pour garder son enfant, elle doit cacher sa grossesse.
Un jour, le commandant du camp, père d’un nouveau-né, confie à Maria la mission de le mettre en sécurité dans une ville voisine…
Avis :
 alias maria 2
La quasi totalité du film se passe dans la forêt amazonienne.
Dès les premières images, l’atmosphère lourde, la chaleur accablante sont remarquablement retransmises.
Les visages des combattants sont las. Et dans ce contexte de chaos, en l’absence d’hygiène et du moindre confort, un enfant vient au monde.
La scène d’accouchement est brute et ne laisse pas de place au sentimentalisme.
Les paroles sont rares mais on comprend rapidement que la naissance d’un enfant est un « privilège » dans ce contexte où les combattantes doivent se consacrer entièrement à la guérilla et non à la maternité…
La jeune Maria est une exécutante courageuse. Karen Torres, qui a l’âge du rôle, crève l’écran.
Sa prestation suscite l’admiration. A treize ans et demi, jouer avec une telle maturité et une telle intensité dramatique est étonnant.
Il en est de même pour son petit compagnon de route, Yuldor, qui est joué par Erik Ruiz, âgé seulement de 11 ans.
Rien n’est édulcoré dans cette fiction qui, selon le réalisateur, est bien au dessous de la réalité,en ce qui concerne la violence.
Le spectateur n’est pas épargné de scènes très dures d’autant plus insupportables qu’elles concernent des enfants.
Le destin de ces enfants soldats nous bouleverse car il fait écho à des conflits dans plusieurs pays du monde.
Les personnages courent beaucoup dans ce long métrage. L’insécurité est permanente.
José Luis Rugeles a réussi à créer une ambiance terrifiante où le mot plaisir semble avoir disparu du vocabulaire.
De même, on ignore ce que le mot avenir signifie pour ces ados privés de toute liberté.
Maria est une résistante. Elle fait preuve de caractère dès qu’elle le peut au milieu de l’autoritarisme ambiant.
Maria a toutes les qualités d’une héroïne mais les charges et les responsabilités qui lui incombent sont démesurées pour une personne de son âge.
Le cinéaste démontre bien l’anormalité de sa situation quand il lui fait rencontrer, au hasard de ses pérégrinations, une jeune fille de son âge qui, elle, est scolarisée et gâtée par ses parents.
Le contraste est brutal quand la caméra s’attarde sur les jouets qui occupent la chambre de l’ado choyée.
Ce moment qui symbolise une injustice est particulièrement poignant…
On notera également le jeu convaincant de Anderson Gomez dans le rôle de Byron , un combattant âgé de 17 ans et d’une grande maturité.
A souligner aussi la prestation de Carlos Clavijo en Mauricio, complètement formaté par la guérilla, amant de Maria.
Alias Maria est un film d’aventures dramatique sur un conflit armé qui perdure depuis plus de 50 ans dans un pays démocratique.
Le sujet est grave et traité avec réalisme et sincérité.
La technique ne fait pas défaut. Les mouvements sont bien filmés.

Les bruits de la nature sont très présents et constituent un fond sonore impressionnant et authentique.

Ce film a demandé 3 ans de préparation pendant lesquels le réalisateur a rencontré des anciens combattants dans le cadre, entre autres, de programmes de réinsertion.
Les acteurs principaux ont été sélectionnés parmi mille candidats …
C’est donc un casting de choix. Et le visage de Maria restera gravé certainement dans nombre de mémoires.
Entre 8 000 et 10 000 enfants feraient partie de groupes armés en Colombie et le recrutement continue.
En réalisant ce film, José Luis Rugeles a souhaité rendre hommage à toutes les femmes combattantes dans le monde et il a parfaitement atteint son objectif.
Alias Maria est très fort, très puissant sur le plan émotionnel. Il est instructif et percutant, sans artifices.
Le scénario est bien construit, très vivant et ne peut laisser indifférent.
Ce film avait fait l’objet d’une sélection officielle dans la catégorie « Un certain regard  » au festival de Cannes 2015.
Michèle
Cannes Film Festival
Cannes Film Festival (Photo credit: Wikipedia)
 alias maria

ALIAS MARIA

José Luis Rugeles

Sortie le 9 mars 2016.

(Colombie-Argentine-France, 2015 – 92 min – VO stf)

avec Karen Torres

Distributeur  : Sophie Dulac Distribution

– Festival de Cannes 2015, Un Certain Regard –

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.