[Avis] MAD LOVE IN NEW YORK (HEAVEN KNOWS WHAT) de Josh et Benny SAFDIE

« Mad Love in New-York », le nouveau film des frères Safdie présenté au TIFF,  à la Mostra de Venise et au Champs Elysées Film Festival 2015, sortira le 3 février 2016. « Mad Love in New York » raconte l’histoire vraie d’une jeune SDF, qui joue son propre rôle.

 © Carlotta Films
© Carlotta Films

 

« Harley est une jeune SDF qui erre dans les rues de New York. Elle squatte à droite à gauche et fait la manche pour obtenir de quoi acheter sa dose. Car Harley a une sévère addiction à l’héroïne qu’elle partage avec ses compagnons d’infortune : son ami et dealer Mike, et son amoureux Ilya, qui exerce sur elle une attraction malsaine. Pour lui prouver son amour, Harley est prête à tout, même à s’ouvrir les veines. Après une tentative de suicide ratée, la jeune femme reprend son quotidien dans la jungle new-yorkaise, et tente de survivre sans son grand amour destructeur… »

AVIS

En 1985, Agnès Varda avait bousculé les consciences avec son  » Sans toit ni loi  » décrivant le sort tragique d’une très jeune SDF ( inoubliable Sandrine Bonnaire dans le rôle de Mona ).
Trente ans plus tard, le film n’est pas désuet et le sujet toujours d’une actualité brûlante.

mad-love-in-ny-safdie-2

A leur tour, les frères Safdie décrivent le monde des sans-abris dans ce long métrage poignant racontant l’histoire d’un amour fou et destructeur dans les rues de New York.

Cette histoire est née d’une rencontre entre le réalisateur Josh Safdie qui, lors d’un repérage pour un film, a remarqué une belle jeune fille qu’il a prise pour une assistante d’origine russe.
Il s’agissait d’Arielle Holmes qu’il a revu une semaine plus tard portant un vêtement en lambeaux et un gros sac sur le dos. Le cinéaste a rapidement découvert qu’elle était SDF.
Touché par le destin tragique de cette jeune femme, il lui a demandé d’écrire un livre sur sa vie où elle devait évoquer ses amours tumultueuses avec son petit ami Ilya et ses problèmes de drogue.

Pour les réalisateurs, seule Arielle pouvait être capable d’interpréter son rôle à l’écran où elle adopte le prénom d’Harley.

Pour interpréter Ilya, il leur semblait indispensable que le rôle soit tenu par un acteur professionnel.
Leur choix s’est porté sur Caleb Landry Jones, totalement convaincant.

Les autres personnages ne sont pas comédiens hormis Necro, un rappeur très célèbre à New York qui joue Scully, un ami qui essaie sans succès de séduire et d’aider Harley.

En sortant de la projection de ce film , j’ai ressenti une impression d’épuisement.
Pour le décrire, les adjectifs « trash » , « destroy », me venaient immédiatement à l’esprit …

On est bien loin des bluettes et des comédies sympatoches hollywoodiennes. On est face à un cinéma puissant, un témoignage criant de vérité.

Le spectateur est plongé pendant 97 mn dans un univers sombre, dans un New York glacial, bien éloigné des milieux huppés et cosy de Woody Allen.

Harley vit un amour très fort mais très ravageur avec Ilya. Leur quotidien est rempli de drogue, d’insécurité, de vols, de violences en tous genres, de cris.
L’espoir ne fait pas partie du vocabulaire de ces jeunes laissés pour compte. Leur objectif premier est de se procurer de l’argent pour pouvoir acheter immédiatement alcool, cigarettes et drogues.

La bande son est vraiment originale.
Les frères Safdie ont cherché à s’inspirer de la musique d’« Orange Mécanique » qui était arrangée à partir d’une partition classique de Beethoven.
Là, on entend une variation sur différents thèmes de Debussy par le compositeur de musique électronique japonais Isao Tomita.
Cette musique crée une atmosphère très spéciale, très lyrique, mais parfois oppressante.

Un travail minutieux a été fait également sur l’image.
Ce film a été tourné en couleur mais il en ressort une impression de noir et blanc, peut- être parce que la neige y est très présente …

Ce drame hyper réaliste ne peut laisser indifférent.
Certaines scènes sont très dures et d’autant plus marquantes qu’elles ont été vécues.

Ce film aurait eu un effet thérapeutique sur Arielle qui, depuis, aurait pris du recul.
Il n’en est pas de même pour tous les protagonistes, qui, pour la plupart, sont restés dans la rue ou ont succombé à une overdose.

mad-love-in-ny-safdie-1

« Mad Love in New York » est une photographie édifiante de notre époque.
C’est un film grave où l’amour ne rime pas avec toujours et avec velours.

Harley et Ilya ne vécurent pas heureux et n’eurent pas beaucoup d’enfants …

Michèle

MAD LOVE IN NEW YORK

(HEAVEN KNOWS WHAT)

Un film de Josh et Benny SAFDIE | Drame | USA/France | 2014 | 97mn | Couleurs | 1.78:1

Ave Arielle Holmes, Caleb Landry Jones, Eleonore Hendricks, Buddy Duress, Necro

Crédits photos : Carlotta films

SORTIE EN VIDEO (Blu ray et DVD)

Bonus :

 making-of de MAD LOVE IN NEW YORK de Josh et Benny Safdie ( présent en supplément dans les éditions Blu-ray et DVD).

Inclus également dans les éditions : 4 scènes coupées, clip vidéo d’Ariel Pink, galerie photo et bande-annonce !
Sortie le 22 juin 2016
Pour les commandes :
Notre site : http://carlottavod.com/mad-love-in-new-york
AMAZON
Blu-ray : http://amzn.to/20TYCNC
DVD : http://amzn.to/1NJw2ws
FNAC
Blu-ray : http://bit.ly/1WDhuQx
DVD : http://bit.ly/1YVDo0A

La bande annonce est ici :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.