[Avis] CREED – L’Héritage de Rocky Balboa avec Michael B. Jordan et Sylvester Stallone

Match des critiques  avec « CREED » entre « Le Genou » ( mon petit surnom ciné ainsi que celui du blog ) et Florian alias « Captain Movie « .
Précisons qu’il s’agit d’un match amical car nous sommes globalement d’accord sur cette suite (ou spin off) de la saga « Rocky ».
 

Ladies first,
 après le synopsis, je vous donne mon sentiment rapide avant de vous livrer la critique de Florian – qui gagne ainsi notre match !

SYNOPSIS :

Adonis Johnson n’a jamais connu son père, le célèbre champion du monde poids lourd Apollo Creed décédé avant sa naissance. Pourtant, il a la boxe dans le sang et décide d’être entraîné par le meilleur de sa catégorie. À Philadelphie, il retrouve la trace de Rocky Balboa, que son père avait affronté autrefois, et lui demande de devenir son entraîneur. D’abord réticent, l’ancien champion décèle une force inébranlable chez Adonis et finit par accepter…

(via Warner Bros)

Michael B. Jordan et Sylvester Stallone dans CREED ©Warner Bros

 

Round 1 : l’avis de Claire

J’ai bien aimé CREED, cependant quelques scènes m’ont paru être un peu mélos ou exagérées comme la course à la moto… Même si j’y ai été assez sensible.
Psychologiquement, CREED se tient. Rocky a raccroché les gants, a perdu sa famille, vit dans le passé et n’a plus envie de se battre, quelque soit le combat qu’il doit mener –  notamment contre le passé, les regrets…
J’ai aimé les clins d’œil intelligents au premier « Rocky » – nostalgie quand tu nous tiens !
L’évolution du personnage de Rocky est à mon sens intéressante, on est vraiment ému par Sylvester Stallone. L’acteur a d’ailleurs décroché un Golden Globe pour sa performance , celui de meilleur acteur dans un second rôle.
Les enjeux ne sont pas les mêmes que pour le premier opus.
L’interprète de Donnie « Hollywood » Creed, dont le nom officiel est Adonis Johnson, s’appelle Michael B.Jordan. Le jeune acteur est totalement crédible en  boxer tourmenté par sa recherche d’identité et de filiation. Une  jolie relation se noue avec Rocky Balboa, mais aussi avec le personnage de Tessa Thompson.
 
Même s’il dure plus de deux heures, le film possède un rythme soutenu. Les séquences de boxe sont bien filmées, que ce soit pour l’entraînement ou le combat.

Les quelques touches d’humour qui ponctuent le film sont appréciables. J’ai particulièrement aimé le passage sur le « cloud » !

Également, j’ai aimé la façon dont Ryan Coogler a filmé Philadelphie. Comme Stallone l’avait fait quarante ans avant lui, la ville est restituée dans toute son énergie, sa rudesse, et sa beauté.

 
Creed est une très bonne surprise et je l’ajoute désormais à ma liste de bons films de boxe.
C’est une bobine qui motive, et nous donne envie de nous battre, que ce soit pour nos rêves ou un autre combat.
 
Adonis Creed in the streets of Philadelphia ©Warner Bros

Round 2: l’avis de Florian

 

 Les premiers films des sagas de Stallone sont ces œuvres profondément humaines, bien loin du stéréotype qui en ressort aujourd’hui, notamment le premier Rocky, une fresque sociale et humaine sur un ouvrier d’une ville industrielle qui tente de s’en sortir. Et si les suites mettent en avant la dimension sportive, il leur manquait tout de même cet aspect assez empathique envers son personnage principal.

Avec Creed, le mythe de Rocky est remis au goût du jour et permet aux fans de la saga de voir d’un œil neuf cette anthologie qui compte un septième film. Ils verront évoluer un personnage qu’ils apprécient, le tout avec beaucoup d’affection et surtout une énorme crédibilité, notamment car Stallone est toujours aussi bon en boxeur au grand cœur. Il est peu fréquent que des sagas permettent de voir un personnage évoluer pendant 40 ans au travers de différents films, qui ont réussi à sortir avec suffisamment d’années d’écart pour permettre à ce personnage d’évoluer.

Mais le film n’est pas centré sur Rocky, loin de là. En prenant comme personnage central Adonis Creed, le saga est relancée, rajeunie de manière incroyable, et permet aux néophytes de découvrir un univers très riche, et dont les références aux précédents opus sont suffisamment discrets pour qu’ils assimilent le tout à du « background » pour les personnages.

Adonis, c’est ce personnage aux motivations simples et humaines, qui font ainsi écho au premier film de la saga (Rocky Balboa), magnifiquement interprété par Michael B. Jordan qui confirme être un acteur à suivre.

Les qualités du film ne sont pas uniquement scénaristiques et ne dépendent pas des performances des deux acteurs. C’est aussi grâce à une réalisation maîtrisée sur l’ensemble des dimensions créatives du film.

Prenons les mouvements de caméra. En offrant deux rounds de combat en un unique plan-séquence, permettant de ressentir une tension de plus en plus croissante à mesure que le combat se déroule, pour se retrouver encore plus en osmose avec Adonis, Ryan Coogler démontre sa capacité à proposer quelque chose de dynamique, neuf et nerveux.

La musique du film, à mi-chemin entre les morceaux de hip-hop – qui permettent à la saga de rajeunir musicalement – et les différents thèmes aux sonorités proche du thème de Rocky – et non, ce n’est pas « Eye of the Tiger » de Survivor – de renforcer l’un des messages du film, sur la transmission, l’héritage et la paternité, tout en permettant de libérer toute la tension lorsque le thème sonne enfin véritablement. Des hurlements dans la salle qui ont fait un bien fou pour libérer cette tension que le combat final – qui fait toujours écho à celui du premier opus – a réussi à installer, à l’enjeu très personnel.

Quelques pointes d’humour viennent ponctuer le film et se base principalement sur le montage (et les changements d’atmosphères) et l’écart générationnel entre les deux héros.

Creed est sans conteste l’un des meilleurs opus de la saga Rocky, et arrive à égaler le premier, grâce à un travail superbe de réalisation, un scénario réussi car humain et deux prestations prodigieuses. Un véritable KO technique.

 

Date de sortie : 13 janvier 2016 (2h 14min)
De Ryan Coogler
Avec Michael B. Jordan, Sylvester Stallone, Tessa Thompson
Distributeur : Warner Bros
 
 

Crédits photos : Copyright 2015 Metro-Goldwyn-Mayer Pictures Inc. and Warner Bros. Entertainment Inc.

2 commentaires sur “[Avis] CREED – L’Héritage de Rocky Balboa avec Michael B. Jordan et Sylvester Stallone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.