Ballet au cinéma : Casse-noisette

Michèle est allée voir le ballet « CASSE- NOISETTE « , opéra en provenance directe de Moscou,  tranquillement dans une salle parisienne.

J’ai passé le dimanche 20 décembre 2015 après-midi au Bolchoï….
Magique, n’est-ce pas ?
Précisons que l’opéra de Moscou était à la portée de tous les Parisiens puisqu’il était transféré, ce jour, rue Troyon, au Club de l’Etoile.
Et des étoiles, les spectateurs, petits et grands, en ont eu plein les yeux avec la représentation de « Casse Noisette » .
Le spectacle par excellence de fin d’année puisque l’histoire se passe la nuit de Noël.
Le soir de la veille de Noël, Marie reçoit en cadeau un casse-noisette en bois. Lorsque sonnent les douze coups de minuit, le casse-noisette se transforme en prince et court au secours de Marie, menacée par le Roi Souris et son armée…
(in CP)
Mais avant de nous laisser emporter par la danse, Ariane Dollfus a aiguisé notre curiosité en animant un atelier destiné aux enfants et instructif pour tous.
Cette conférencière passionnée de danse et de musique a raconté la genèse de l’histoire de Casse Noisette, d’après le conte d’Hoffmann et la version d’Alexandre Dumas.
Elle a expliqué, entre autres, que la chorégraphie du ballet que nous allions découvrir , était assurée par Youri Grigorovitch , aujourd’hui âgé de 90 ans .
Ce qui était particulièrement intéressant était de découvrir des extraits de l’opéra filmé, en 1920, à Berlin.
A l’époque, Casse -Noisette était un véritable jouet : un pantin en bois.
Les rôles de l’héroïne, Marie et de son frère Fritz étaient joués par des enfants, ce qui était particulièrement remarquable et très fidèle à l’histoire.
Aujourd’hui, ce ne sont plus des petits rats mais des étoiles confirmées de la danse qui affrontent le roi des Souris.

Quand le rideau s’est ouvert sur le ballet, le décor et la musique nous ont entraînés immédiatement dans un monde merveilleux.
Casse- Noisette est à présent un être humain jouant au pantin désarticulé.
Ce n’est plus une petite fille mais une jeune femme, Anna Nikulina , ballerine émérite qui interprète la rêveuse Marie.
Et lorsque Casse Noisette devient un beau prince charmant, il apparaît sous les traits de Denis Rodkin qui semble très populaire en Russie car applaudi à chacune de ses apparitions.
La technicité des danseurs est évidemment parfaite.
Les yeux sont constamment charmés.
Le plaisir est sans cesse renouvelé pour les oreilles qui reconnaissent une des musiques les plus populaires de Tchaïkovski.
En ce qui me concerne, j’ai trouvé le deuxième acte encore plus enchanteur que le premier …
Mais l’ensemble du spectacle est féerique.
Michèle
***
Ce spectacle s’inscrivait dans le cadre de la saison 2015-2016 de l’opéra au cinéma.
  • Pour plus d’informations , se reporter à www.pathelive .com ou sur instagram @BolshoiBalletinCinema
***

CASSE NOISETTE

Opéra filmé à Moscou.
Musique Piotr Ilitch Tchaïkovski
Direction musicale Pavel Klinichev
Durée : 2H10,
1 entracte.
Distribution (2015)
Denis Rodkin (Casse-Noisette)
Anna Nikulina (Marie)
Andreï Merkuriev (Drosselmeyer)
Vitaly Biktimirov (le Roi Souris)
Le Corps de ballet du Bolchoï

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.