[Compte-rendu] Festival Telerama 2015

Comme l’an dernier,  Michèle dresse le bilan de  »son » festival Telerama. Elle a vu tous les films proposés.

Ce qui est amusant, c’est que nous avons le même ressenti sur les films que nous avons toutes les deux vus.

***TRA_Festival_Cine_affiche_232x316-e1421159856446

Il parait que les Français sont les plus gros consommateurs d’anti-dépresseurs.

 Ce n’est pas la programmation 2015 du festival Télérama qui contribuera fortement à leur redonner le moral !

 Car, cette année, les films sélectionnés étaient particulièrement sombres…
 Sexe, drogue, alcool, corruption, prostitution, misère, maladie et surtout violence étaient au rendez-vous dans la plupart des films.
 Même l’unique film d’animation  » Le garçon et le monde  » d’Ale Abreu  était particulièrement déprimant. Je me demande toujours à qui s’adresse cette fiction qui se veut éducative et qui a été doublement récompensée au festival du film d’animation d’Annecy 2014.
Trop compliqué pour les enfants, une vision trop caricaturale de la mondialisation pour les adultes…. C’est cependant agréable à regarder et surtout à écouter, car la bande son est particulièrement réussie.
 Cela ne signifie pas pour autant que je regrette d’avoir vu ces films, tous dignes d’intérêt.
Mon chouchou reste « The Grand Budapest Hotel » de Wes Anderson ( cf critique des Ecrans de Claire )
 Pour moi , ce film réunit tous les atouts du beau cinéma : des plans visuels d’une rare beauté (presque trop bien réglés), des acteurs formidables ( bien que parfois sous employés), une intrigue bien faite , un contexte historique riche,des sentiments et de l’humour . Le film raffiné par excellence.
Celui que j’ai le moins aimé est « Under the skin » qui m’est apparu comme un essai hermétique,voire inutile . (voir critique des Ecrans de Claire, nous sommes donc d’accord ! )
 En tant que modeste cinéphile, ne sortant pas de la FEMIS , je n’ai toujours pas compris s’il y avait un message dans ce film ?
L’inexpression de Scarlett Johannson et la répétition des scènes d’assassinat de types innocents m’ont rapidement insupportée.
 Le seul avantage de cette fiction douteuse est qu’elle se passe en Écosse, ce qui engendre de très belles photographies.
 Je reconnais que ce film est donc réussi sur le plan esthétique mais qu’il a été une expérience pénible pour moi !
 Dans le style longues fresques,  « Wintersleep » , Palme d’or à Cannes et « Leviathan« , parfumé à la vodka,  étaient inoubliables.
 Des paysages à couper le souffle, une ambiance glaçante, des acteurs excellents mais quelle tristesse et quelle dureté !
« Ida » est une perle (grise)…  Une histoire très riche et très émouvante… Un des films chocs de l’année 2014. Une réussite d’autant plus remarquable qu’il n’a pas bénéficié d’une promotion fracassante.
Mais là aussi, on a la gorge serrée pendant presque toute la projection.
 Dans le style  » ça se passe près de chez vous « , « Dans la cour  » m’a particulièrement plu. Catherine Deneuve est épatante  et Gustave Kervern drôle et émouvant.
 Une réelle belle surprise du cinéma français mais cela reste un drame – même s’il y a des pointes d’humour très drôles.
Idem pour « Hippocrate » , une façon originale de découvrir la réalité du milieu hospitalier. Un film poignant, d’une grande humanité … Le film a reçu plusieurs nominations aux César 2015.
 « Bande de filles » ne m’a pas totalement emballé  ( cf critique des Ecrans de Claire )  C’est un film courageux mais stressant et plutôt démoralisant
 De même, le thème abordé par « Eastern Boys » est plutôt glauque mais les acteurs sont très attachants.Là aussi le climat est pesant…
 Je délivre une mention particulière à « Au bord du monde  »  un documentaire très réaliste sur les SDF à Paris.
Rarement, la capitale a été si bien mise en beauté grâce à une photographie très talentueuse .
On reste pantois devant le destin de ces exclus qui s’expriment sans haine.La dernière scène est particulièrement émouvante . Ce n’est pas avec cette tragédie quotidienne qu’on va se détendre …
« Saint Laurent  » de Bonello était une réussite sur le plan esthétique mais il m’a semblé durer trop longtemps (L’avis des écrans de Claire le confirme). Les scènes de décadence du couturier créatif ne prêtent pas à sourire.
« Mommy  » est bouleversant mais une tension permanente règne durant tout le film, ne nous épargnant pas des scènes d’une grande violence…
 « Eden » raconte la chute d’un DJ brillant mais cocaïnomane.Une biographie musicale intéressante.
 Le film qui m’a laissée le plus perplexe est « Only lovers left alive« .
 Cette fiction « vampirienne » frôle parfois le ridicule et nous livre une fin peu rassurante .
 Et pour finir « Une nouvelle amie » traite d’un sujet délicat. Romain Duris porte bien les robes et les perruques.
Malgré la gravité du sujet (voir critique sur ce blog) ,c’est à mon avis le film qui utilise le ton le plus léger dans la sélection Télérama .
 En conclusion, ce crû 2015 se distinguait par une déferlante d’émotions, certes pas joyeuses mais très enrichissantes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.