[Avis] The Grand Budapest Hotel de Wes Anderson

Wes Anderson est un architecte du cinéma. Après nous avoir transportés dans un hôtel parisien, dans un ashram en Inde, et baladés aux USA, le voici qui s’attaque à l’Europe… ou du moins une Europe fantasmée, un  pays imaginaire : « le Zubrowska » ( toute ressemblance avec une marque de vodka  est bien entendu volontaire…)

 

Les fondations 

Wes Anderson construit son cinéma. Ses fondations sont solides et uniques ; son style est reconnaissable entre mille. La structure des films d’Anderson est reconnaissable entre mille : une ambiance nostalgique, souvent démodée, rétro et /ou  intemporelle, avec un chœur d’acteurs, des habitations filmées comme des maisons de poupées, un cadre très structurés… Mais le tout est plein de fantaisie. On assiste ainsi à la plus  longue, complexe et drôle « grande évasion » de l’histoire du cinéma, digne des Pieds nickelés. Ou à  une course à traîneau contre skis qui battrait tous les records aux  JO d’hiver. James Bond, Captain America ou Tintin n’auraient pas fait mieux !

 

La déco et la peinture
Ce Grand Budapest Hotel fait d’ailleurs carrément penser à une bande dessinée qu’on aurait animée. Un BD remplie de détails amusants, déjantés. Wes Anderson a un style graphique proche de la ligne claire… Le réalisateur a également beaucoup travaillé sur la couleur.L’hôtel est rose bonbon ( apparemment il s’inspire d’un véritable hôtel),  les couleurs pastels (de la pâtissière Agatha, de l’hôtel à la Belle époque), s’opposent aux couleurs sombres des officiers et au noir porté par les « méchants ». De la belle ouvrage, comme on dit.
Le ciment
Mais tout ceci ne serait rien, sans le ciment : les acteurs. Wes Anderson a une famille de cinéma, et on retrouve avec plaisir : Adrian Brody ( excellent et inquiétant dans un rôle très « Psychose »),Edward Norton, Jason SchwartzmanBill Murray et Owen Wilson …
Et puis  il y a les petits nouveaux. Ralph Fiennes est absolument génial en majordome grand luxe :  ce « M. Gustave » a vraiment un « air de panache ». C’est une sorte d’anti Stevens ( pour ceux qui ont vu /lu  « Les Vestiges du jour« …)  Tilda Swinton est méconnaissance en riche octogénaire coiffée comme Marie-Antoinette. Un autre acteur peu gâté physiquement dans le film, c’est Willem Dafoe, un terrifiant homme de main qui pourrait être le neveu de Nosferatu. Le « name dropping » n’étant pas ma spécialité,  je vais me contenter de citer sans commenter F. Murray AbrahamMathieu Amalric, Jude  Law, Saoirse Ronan, Léa Seydoux, Harvey Keitel. Seul inconnu au bataillon : Tony  Revolori, qui incarne Zéro le héros de cette histoire (enfin : héros, façon de parler , car le film est choral…)
Les piliers (de l’histoire)
L’histoire est presque accessoire : qui a tué Madame D. , et pourquoi  ? Une sorte de Cluedo mêlé à un sous texte historique… Alors que Wes Anderson nous parle à demi  mots d’une époque troublée : à savoir l’entre deux guerres, et la montée du totalitarisme, je dois dire que j’ai ri de bon cœur, notamment du personnage de M.Gustave ou de certaines situations, ou encore de dialogues (parfois trilingues.)
La gravité sous-jacente du film tient peut-être à son inspiration : Anderson se serait inspiré de Stefan Zweig, un écrivain, biographe, dramaturge et  journaliste  autrichien, qui s’est suicidé en 1942. L’auteur était prolifique, et son oeuvre a déjà été adaptée au cinéma : « Lettre d’une inconnue » (adapté au cinéma par Max Ophüls, une version restaurée est visible en ce moment sur nos écrans. un e version chinoise aurait également été tournée en 2004 !). « Amok »,  » Volpone »,  » Marie-Antoinette « ,  » Le Joueur d’Echecs » et « La Pitié Dangereuse » furent également l’objet d’une adaptation au cinéma. (J’en oublie certainement)…  Enfin  « Une Promesse » de  Patrice Leconte s’inspire également d’une de ses nouvelles. Nouvelle intitulée … »Le voyage dans le passé « (Die Reise in die Vergangenheit / Widerstand der Wirklichkeit ! Justement, « The Grand Budapest Hotel », c’est cela : un voyage dans le passé (fictif, mais s’inspirant d’évenements réels !)
 « The Grand Budapest Hotel » est donc dédié à Zweig, d’ailleurs l’écrivain à la fragile santé, devenu idole Zubroskienne, n’est-elle pas un double de Zweig ? Ou s’inspire t- il de Thomas Mann, rapport à sa « Montagne Magique ».
Comme pour compenser cette gravité, Anderson ajoute des éléments plus burlesques (et oui), entre Agatha Christie, Chaplin … On peut aussi y voir du Wilder, du Lubitsch… Anderson se fait plaisir en mêlant leur influences, et en brouillant les pistes pour se concocter un univers bien personnel.
Les finitions
Niveau technique, rien à redire :  belle photo et musique à la balalaïka nous baignent dans une ambiance « carte postale ». La BO et le générique sont  peut-être un peu moins marquants  que ceux de MoonriseKingdom, son précédent film. Qu’importe !
Il n’en reste pas moins que « The Grand Budapest Hotel » est un excellent film. Ce n’est peut-être pas la pierre d’angle du cinéma « Wesandersonien », car son cinéma vieillit comme du bon vin.
Pour Wes Anderson, cinéaste nostalgique et souvent mélancolique, on peut penser que le meilleur reste à construire !
En conclusion :
Nostalgie, humour, esthétique réussis et casting en or. Ce film a bien un « Air de Panache ». Réservez une chambre au Grand Budapest Hotel !

 

The Grand Budapest Hotel

Film : The Grand Budapest Hotel
Stars : Ralph FiennesF. Murray AbrahamMathieu AmalricAdrien BrodyWillem Dafoe
date de sortie: mercredi 26 février 2014

 

 

Bande-annonce VO

 

  • Merci au Club  300 d’Allociné pour cette projection en avant-première !

 

 

Enhanced by Zemanta

2 commentaires en réponse à [Avis] The Grand Budapest Hotel de Wes Anderson

  • Lili Galipette  dit:

    Je ne le manquerai pas !!

    • Claire  dit:

      Tu me donneras ton avis 🙂

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser les codes HTML suivants: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>