[Critique] Prisoners de Denis Villeneuve

Le nouveau film de Denis Villeneuve,  après le marquant Incendies, s’appelle Prisoners. C’est un « face à face au sommet » entre Hugh Jackman (Wolverine, Les Misérables) et Jake Gyllenhaal (Zodiac) ! Avec également Viola Davis (La Couleur des sentiments ) et Paul Dano (Looper). J’ai trouvé qu’il fallait avoir l’estomac bien accroché, car le scénario, vraiment machiavélique, nous « malmène »… Amenez les moufles si vous vous rongez les ongles !  Raphaël  a beaucoup aimé et nous dit pourquoi Prisoners est le thriller de l’année .

prisoners

Synopsis :
Dans la banlieue de Boston, deux fillettes de 6 ans, Anna et Joy, ont disparu. Le détective Loki (Jake Gyllenhaal) privilégie la thèse du kidnapping suite au témoignage de Keller (Hugh Jackman), le père d’Anna. Le suspect numéro 1 est rapidement arrêté mais est relâché quelques jours plus tard faute de preuve, entrainant la fureur de Keller. Aveuglé par sa douleur, le père dévasté se lance alors dans une course contre la montre pour retrouver les enfants disparus. De son côté, Loki essaie de trouver des indices pour arrêter le coupable avant que Keller ne commette l’irréparable. Les jours passent, et les chances de retrouver les fillettes s’amenuisent…

(In DP)

jake gyllenhaal

© SND

L’avis des écrans de Claire (Raphaël) 

Prisoners est l’un des meilleurs films de l’année à ce jour, voire peut-être le meilleur. Tout est réuni pour en faire un grand film à conserver dans sa vidéothèque. D’après un scénario original basé sur la disparition de deux fillettes, Denis Villeneuve met en boîte un chef d’oeuvre de suspense dans la lignée de Mystic River et de Zodiac pour le côté investigation oppressante.
Aux commandes, il y a d’abord Aaron Guzikowski, auteur du scénario, à qui l’on doit également le scénario de Contrebande, film d’action sorti l’an dernier avec Mark Wahlberg (NDLR:  ce dernier est d’ailleurs producteur de Prisoners) qui tenait largement la route. On peut dire que Guzikowski a le sens du rythme et des rebondissements car des fausses pistes et des révélations il y en aura mais pas de véritable twist sorti de derrière les fagots. Le scénario est tellement dense et noir que Denis Villeneuve a reconnu lui-même avoir suggéré aux producteurs d’engager Clint Eastwood pour le mettre en images. C’est vrai qu’il y a du Mystic River et de L’Echange dans Prisoners. Rassurez-vous, les 2h30 passent vite et il n’y a aucune longueur. L’intrigue est d’autant plus intéressante à suivre que la photographie et le travail sur la lumière renforcent la noirceur du scénario et le côté misérables des protagonistes dans cette bourgade du nord des Etats-Unis perdue dans la grisaille et sous la pluie.
L’interprétation magistrale de Hugh Jackman, au top et bien plus à l’aise que dans son numéro de claquettes aux Oscars, et la prestation de Paul Dano sont autant d’éléments positifs supplémentaires et on comprend pourquoi le casting de luxe (qui réunit également Jack Gyllenhaal et Melissa Leo) est une part importante du budget du film. Le personnage central de Hugh Jackman, certains disent que cela pourrait être son meilleur rôle, est un héros pathétique pour qui l’on a de l’affection. On salue le courage et l’abnégation dont il fait preuve pour retrouver sa fille mais l’Amérique ne serait pas l’Amérique sans des citoyens cherchant à se faire justice eux-mêmes et les « prisoners » ne sont donc pas ceux ou celles que l’on croit.
Malgré son regard de Québécois, Denis Villeneuve ne juge en rien ses voisins dont il se dit très proche. De plus, en dépit de cette facette de la personnalité du personnage de Hugh Jackman et quelques références à la religion, pas toujours pertinentes, il ne s’agit en rien ici d’un film polémique ou doté d’un quelconque stupide message bien-pensant. Prisoners ne se raconte pas, c’est une expérience sensorielle à ne pas manquer.

PRISONERS

Un thriller de Denis Villeneuse
Avec  Jake Gyllenhaal et Hugh Jackman

– Sortie en salles le 09 OCTOBRE 2013

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser les codes HTML suivants: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>