[Critique film] The East de Zal Batmanglij avec Britt Marling et Ellen Page

Projeté au dernier festival de Sundance , The East a fait le buzz !
Ce long-métrage réalisé par Zal BATMANGLIJ et co-produit par Ridley SCOTT a été présenté en avant-première au Champs Elysées film Festival 2013 le dimanche 16 juin, en présence du réalisateur.

Voici donc mon avis sur ce thriller sur fond de sociétés secrètes et de scandale écolo…

The east affiche

 

CRITIQUE

 

La révolte se lève à l’Est…  « L’Est », The East est en fait le nom de code d’un groupe éco-terroriste. Cette société secrète s’est fait connaître par ses « opérations chocs » :  elles rendent au centuple la monnaie de leur pièce aux compagnies pharmaceutiques ou industrielles ayant causé des pertes humaines.

On côtoie donc au quotidien un groupe terroriste  qui a totalement remis en question notre mode de vie consumériste. Tout comme l’héroïne – espionne, nous découvrons comment ces jeunes gens ciblent leur proie,  comment ils opèrent…  Mais aussi leurs motivations (deuils et/ou convictions personnelles…)

The East est un film complexe, rempli de bonnes intentions et de questions. Parmi ces interrogations : Faut-il se faire justice soi-même ?  Oeil pour oeil, dent pour dent ? Et d’abord, qu’est-ce qui est juste ? Peut-on trouver une troisième voie entre terrorisme et attentisme?  Comment sensibiliser l’opinion ? Comment prendre ses responsabilités et lutter contre la corruption ambiante ? Le film propose bien une solution au final, celle de l’héroïne (solution qui me semble peu réaliste… Je ne vous en dis pas plus).

the-east-circle

Casting alléchant pour ce thriller ! The East rassemble Brit Marling, Ellen Page, Alexander Skarsgard, Patricia ClarksonShiloh Fernandez et Julia Ormond.
Dans le rôle de Sarah/ Jane, Britt Marling se distingue. L’actrice est de tous les plans et elle donne de sa personne ! La jeune femme s’est beaucoup investie dans ce film dont elle a écrit le scénario et a réellement vécu un changement de vie  : elle est retournée vivre dans les bois… Britt  Marling est donc aussi jusqu’au-boutiste que son personnage ! A noter qu’il était déjà question de société secrète et d’infiltration dans le dernier film de Zal où elle était productrice, scénariste et actrice vivsiblement le sujet l’inspire ! Dans Sound of my voiceBritt Marling jouait en effet le gourou d’une secte. Dans The East, elle inverse les rôles et prend celui de la sceptique,  et l’infiltratrice qui ment au groupe et perd tous ses repères.

Quant au leader du groupe terroriste,  c’est  le beau Alexander Skarsgård, tout auréolé de son succès vampiresque de True Blood. Difficile de le reconnaître au début, avec ses cheveux longs et sa barbe. On sent chez l’acteur une vraie envie de casser son image de playboy et de jouer des rôles forts et dramatiques. Même si sa prestation est moins forte que celle de Marling à mon sens, elle reste honorable.

Ellen  Page, petit bout de femme, hérite de l’un des personnages les plus touchants et les plus extrêmes de The East. Elle apparaît dans moins de scènes que Britt ou Alexander mais sa présence est marquante. Parmi les autres acteurs, j’ai remarqué Toby Kebell, le docteur de la bande rongé par les remords, et Shiloh Fernandez, ambigu à souhait. La patronne de Sarah, c’est Patricia Clarkson (actrice rare et toujours parfaite). C’est visiblement une figure maternelle pour Sarah. C’est son modèle – du moins au début…  Or, cette femme qui ne croit qu’en une chose : l’argent. Elle est aussi corruptible que ses clients. D’ailleurs le sort de ces derniers l’intéresse peu, du moment qu’on la paie. On a droit à une apparition forte de Julia Ormond, elle aussi femme forte, associée dans un laboratoire pharmaceutique. Comme Patricia Clarkson on aime revoir cette actrice et on aimerait la voir plus souvent. Les acteurs assurent donc, et certaines scènes sont vraiment fortes.

The East n’est pas parfait : on perd parfois le nord, tant à force de rebondissements. Parfois la tension retombe, parfois le film en fait un peu trop en appuyant son message. Il manque un « je ne sais quoi » qui aurait pu en faire un film réellement perturbant (même si certaines scènes sont très fortes). Si je ne peux qualifier le film de Zal Batmanji de « claque », si je ne peux révéler que j’ai eu une véritable prise de conscience comme l’héroïne, je peux dire que le film fonctionne plutôt bien, notamment grâce à un bon suspense et à des moments déroutants.
A conseiller à tous les amateurs de thriller psychologique qui aiment sortir des sentiers battus.

east

Titre original : The East

Date de sortie : 10 juillet 2013

Réalisé par Zal Batmanglij

Acteurs: Brit Marling, Alexander Skarsgård, Ellen Page, Julia Ormond

Genre : Action

Durée : 1h56 min

Distributeur : Twentieth Century Fox France

 

SYNOPSIS
Ancien agent du FBI, Sarah Moss travaille désormais pour une agence de renseignement privée qui protège les intérêts de puissants hommes d’affaires. Elle reçoit pour mission d’infiltrer The East, un mystérieux groupuscule éco-terroriste qui s’attaque aux multinationales coupables de dissimuler leurs agissements criminels. Déterminée, ultra entraînée, Sarah parvient à s’intégrer au groupe malgré leur méfiance, et doit même participer à leur prochaine action. Mais plus elle vit avec les membres passionnés de The East, en particulier Benji, l’anarchiste, plus elle se sent écartelée entre les deux mondes et s’interroge sur elle-même…

 


The East (bande annonce VO)

Photos : ©Twentieth Century Fox

Enhanced by Zemanta

2 commentaires sur “[Critique film] The East de Zal Batmanglij avec Britt Marling et Ellen Page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *