[Lecture cinéphile] Le cinéma de Saül Birnbaum – Henri Roanne-Rosenblatt

Avis de lecture sur un ouvrage découvert dans le cadre de Masse Critique de Babelio : Le cinéma de Saül Birnbaum.

A propos de l’auteur

De nationalité belge, Henri Roanne-Rosenblatt est un expert audiovisuel européen de grand renom, ancien journaliste-producteur à la RTBF (la radiotélévision publique belge), critique de cinéma et réalisateur, avec Gérard Valet, des longs métrages « Chine 1971 » (premier film occidental tourné pendant la Révolution culturelle) et « Moi Tintin » (Sélection Festival de Cannes 1977). 

Découvrir cet auteur sur Babelio.com
Source : Babelio et www.salondulivreparis.com
 

Avis de lecture

Le roman d’Henri Roanne-Rosenblatt, Le cinéma de Saül Birnbaum, mélange habilement fiction et réalité,  à la manière du Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, mon coup de coeur 2012 !

On suit les (més)aventures de Saül Birnbaum, survivant d’une famille de restaurateurs judéo-polonais, de Braunau- sur – Inn à Vienne, de New  York en passant par Cannes et son festival, le Canada, Shanghai…  On découvre comment le film tourné par le neveu de Saül se retrouve primé à Cannes. Comment Saül,cinéphile depuis l’enfance, retrouve l’amour et un sens à sa vie en rencontrant dans un cinéma new-yorkais Hannah , une mystérieuse projectionniste.

Si le style ne m’a pas spécialement interpellée, le récit m’a beaucoup plu. Le roman présente de beaux traits d’humour, mais il évoque aussi des éléments dramatiques comme l’antisémitisme, la collaboration pendant la Seconde guerre mondiale en France.

Bien entendu, je me suis interrogée :  quelle est la part de vécu et quelle est la part de fiction dans le roman ? Mais peu importe au final, tout est crédible !   L’auteur a visiblement fait  des recherches et des repérages très précis. Il suffit de voir la bibliographie pour s’en convaincre.
Au-delà de l’aspect historique du roman, on retient la passion du cinéma véhiculée par l’auteur.
J’ai particulièrement aimé la description cinéphile de la ville de New York – du traiteur chez Katz de Harry rencontre Sall au Tiffany’s  de Diamants sur canapé. Ce roman, c’est une mini-encyclopédie du cinéma, le nombre de références y est très important.

Finissons sur une rumeur : le livre serait bientôt adapté au cinéma. Souhaitons que cette rumeur dise vrai  et que, de fil en aiguille, le succès soit au rendez-vous, comme pour le film fictif produit par Saül ( The yellow star avengers) !

En conclusion :

Voilà un récit très divers, qui vous fera voyager, réfléchir, sourire et vous donnera envie de vous ruer dans les salles obscures !

 

Enhanced by Zemanta

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser les codes HTML suivants: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>