[CINEMA PARADISO] « American Graffiti » au drive-in !

 

Le film qui correspond le mieux au concept du drive-in (à part Grease), c’est American GraffitiJ’ai eu la chance de le voir dans le cadre du « Cinéma Paradiso drive-in ».
Laissez-moi vous raconter cette expérience de cinéma. 

 wpid-2013-06-12-23.32.13.jpg

Des conditions exceptionnelles … mais avec quelques ratés

Devant l’écran de 25 mètres installé au coeur du Grand Palais, on voit des Fiat 500, des transats et des lits de camps…  Des couples prennent place dans les Fiat, une coupe de champagne à la main…
Nous sommes bien au Cinéma Paradiso, ou plutôt au paradis des cinéphiles. Après avoir englouti la formule du diner (cheeseburger + chips +salade de chou = 16 euros), j’arrive enfin dans l’espace drive-in. Note :  je suis arrivée vers 19h45 pour la séance de 21h (projection à 21h30). J’ai pu écouter une émission de radio en direct pour France culture , et ensuite j’ai … fait la queue pour me restaurer (et un peu pour la canette de Coca Cola à personnaliser, mais j’ai vite renoncé.) En effet, il faut savoir être patient sous la verrière du Grand Palais. Les files d’attente sont longues que ce soit pour le diner, les rollers, les jeux vidéos ou l’espace cinéma.

Je n’ai pas vu le film dans une Fiat, mais l’ambiance cinéma en plein air était là !

A mon arrivée, une hôtesse habillé sixties me distribue un casque.
Je disposais d’un billet placement libre : j’ai donc choisi un transat, la plupart des sièges de cinéma étant réservés ou pris.  Il restait un peu de place sur les matelas au premier rang… mais cette perspective me tentait moins.

 La projection a démarré avec un peu de retard, avant que la nuit ne tombe. Résultat :  l’image était un peu claire sur l’écran pendant une quinzaine de minutes.
Malgré le casque, la musique de la piste de danse « Le Superclub » parvenait à mes oreilles. J’ai l’ouïe assez sensible et je n’ai pas réglé le casque sur le maximum, mais je pense que même « fond » on entendait la musique extérieure. Cela a un peu gâché mon plaisir de spectatrice, d’autant plus que la bande originale du film est splendide.

American Graffiti

On réussit cependant à faire abstraction des bruits environnants, parce que le lieu est magique et se prête particulièrement bien au film en question.
J’avais l’impression de me retrouver dans les années soixante, aux Etats-Unis, et en même temps la verrière et son drapeau français me rappelait que j’étais à Paris, dans un endroit centenaire. Le choix très judicieux d’American Graffiti renforçait cette impression de voyage dans le temps et de mise en abyme. *

 

*Vous saurez pourquoi en lisant mon avis sur le film.

 

 Photos souvenirs


 

Pour en savoir plus sur Cinema Paradiso :

La programmation
MK2 et Le Grand Palais, en collaboration avec Fiat, projettent des films cultissimes comme Grease, Dirty Dancing, Pulp Fiction, E.T, Retour vers le futur, les Dents de la mer (Jaws), The Big Lebowski
J’aurais préféré voir les Dents de la mer dans une piscine – je plaisante !

Au programme également des avant-premières comme Insaisissables de Louis Letterier (lundi 10), Star Trek into Darkness (mardi 11, vous pouvez retrouver mon avis ici) et Man of Steel (lundi 17).

La présentation du concept.

Les autres activités.

Enhanced by Zemanta

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser les codes HTML suivants: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>