[Critique] The Bling Ring de Sofia Coppola

 Sofia Coppola, c’est Virgin suicides,  Lost in Translation, Marie-Antoinette et Somewhere. Un style unique associant contemplation et culture populaire…  Après deux passages remarqués au festival de Cannes (et un Oscar, un César …), Sofia Coppola est de retour sur la Croisette avec  The Bling Ring , présenté en ouverture  pour « Un Certain Regard ». The Bling Ring s’inspire d’un article paru dans Vanity Fair , « Les suspects portaient des Louboutin », relatant un fait divers : un groupe d’adolescents friqués de LA ont cambriolé des villas de célébrités. On se demande comment on pouvait faire un film à partir de cette histoire, et bien Sofia l’a fait. Pour le meilleur ou pour le pire  ?  Je vous dis tout ici !

BLING RING affiche française

CRITIQUE

Le dernier Sofia Coppola a été très critiqué à Cannes, et à mon avis, ce film ne méritait pas tant de haine …  C’est un film qui rentre parfaitement dans la catégorie « Un certain Regard ». The Bling Ring pose en effet un certain regard sur notre société, et en particulier sur la jeunesse dorée des Etats-Unis ( jeunesse qu’elle même a connu grâce à son illustre  famille.)
Le film est souvent drôle ( Paris Hilton qui laisse ses clés sous le paillasson,  Leslie Mann qui joue une mère déjantée,   Nikki /Emma Watson mentant effrontément aux journalistes…). Ce n’est pas une nouveauté en soi, dans Lost in translation Bill Murray m’avait fait (sou) rire avec ses publicités de whisky…  Sofia Coppola fait un petit film plutôt nerveux, plus rapide que d’habitude ( 1h 30 le film le plus court du Festival de Cannes) et avec une bande originale pas planante du tout, car truffée de R’n’B. On sent une volonté de varier les plans : noir et blanc, plongée, ou couleur pop … et de se démarquer de son style habituel ( quoique on a quand même un plan de jeune fille au viage baigné de lumières, et les cheveux brillants dans le  soleil… )

Malheureusement, le modus operandi des jeunes cambrioleurs étant toujours le même, on s’ennuie devant certaines répétitions.  Envie d’aller chez Orlando Bloom ? On répère ses absences grâce au net, on trouve son adresse, un tour sur Google  Maps et hop ! L’affaire est dans le sac ! On lui pique  de l’argent et sa collection de Rolex ! Envie de squatter chez Paris Hilton ? C’est facile : la clé est sous son paillasson ( fait énorme et véridique !) . On voit donc le Bling Ring  visiter  5 ou 6 fois la villa démentielle de Paris Hilton…  La réalisatrice était -elle aussi en extase devant l’étalage de vêtements et accessoires de luxe de  Paris ? N’oublions pas que la réalisatrice connait le monde de la mode car elle a été styliste et assistante de Karl Lagerfeld !  En tout cas, cette villa est hallucinante, notamment le dressing et la boîte de nuit privée. Certains plans de fêtes sont aussi un peu appuyés et répétifs également, mais Sofia Coppola a toujours le chic pour filmer le mal être adolescent. 

Si Sofia Coppola ne juge jamais ses personnages, elle lance tout de même quelques pistes sur leur comportement : parents absents, narcissisme développé par les médias, perte des valeurs  et de la notion de réalité … Et pourtant ils ont tout ce dont ils ont besoin – et même plus. Les personnages sont brillamment interprétés. La britannique Emma Watson (Nikki) confirme son talent après le Monde de Charlie. Son rôle de Nikki s’inspire de la cambrioleuse qui avait une émission de téléréalité. Il faut bien préciser que tous les membres du Bling Ring dans le film viennent de familles très aisées, et côtoyait en soirées certaines des stars qu’ils ont cambriolé. Le seul garçon de la bande et le principal narrateur de l’histoire, Marc, est incarné par  le prometteur Israel BroussardKatie Chang est aussi à surveiller, elle joue la vraie leader du groupe et son physique poupin contraste avec son comportement. Le reste du casting de jeunes est tout aussi intéressant : Claire  Julien ( fille de Wally Pfizer) en rebelle d’une famille très aisée de LA semble à peine jouer tant elle connaît l’univers du film… Quant à Taissa Farmiga, c’est la soeur de Vera Farmiga, et elle semble également promise à un bel avenir dans le cinéma.

Ce qui est intéressant dans ce film, c’est que Sofia Coppola n’en rajoute pas. Pour moi, elle n’est ni condescendante (pauvres petites filles riches qui s’ennuient !) ni moralisatrice. La seule réflexion qu’elle se permet vient de la bouche de Marc, le plus conscient du groupe : « L’Amérique a une fascination perverse pour les Bonnie & Clyde ». Et même s’il n’ont pas joué les rebelles, et n’avaient pas besoin d’argent (à part pour se procurer plus de drogues), ces gosses de riches ont crée une fascination autour d’eux. Les demandes d’amis sur Facebook auraient par exemple explosé pour Marc… C’est comme se les membres du gang souhaitaient se rapprocher de leurs idoles, en leur volant leurs affaires… De même, le personnage de Nikki  habite la cellule voisine de celle de sa victime Paris Hilton…et semble véritablement heureuse de la  chose, car elle passe à la TV. Peu importe  la prison, le Bling ring ne souhaite finalement qu’une chose : être populaire et vivre la même vie que les superstars. Sofia Coppola nous montre sa vision de l’histoire et ce qui trouble le plus dans ce film, c’est le mélange permanent entre fiction et réalité. Le fait de savoir que Paris Hilton a prêté sa propre villa pour le tournage ajoute un côté ironique à la chose et nous transforme nous aussi en témoins / voyeurs de l’intimité d’un people. Finalement, c’est la recul de la cinéaste et notre propre distanciation qui nous sépare du Bling Ring.  Mais ce portrait d’une jeunesse désenchantée et auto-centrée fait froid dans le dos.

Conclusion

On ne  voit pas qui d’autre que Sofia Coppola aurait pu réaliser un film traitant  à la fois de l’adolescence, de la fascination pour les célébrités et du luxe. The Bling Ring n’est pas un grand film, mais il est moins superficiel qu’il n’en a l’air.

blingring

THE BLING RING DE SOFIA COPPOLA

Dans les salles le 12 juin 2013

Synopsis L’histoire vraie d’un groupe d’adolescents californiens qui cambriolèrent les maisons de plusieurs célébrités hollywoodiennes d’octobre 2008 à août 2009. Parmi leurs victimes Megan Fox, Orlando Bloom, ou encore Paris Hilton.

Casting : Israel Broussard, Katie Chang, Taissa Farmiga, Claire Julien, Georgia Rock, Emma Watson et Leslie Mann

Facebook : Facebook.com/TheBlingRingLeFilm
Twitter : @TheBlingRingFR
Instagram : http://instagram.com/instapathe
Pinterest : #theblingringattack

Bande-annonce

1 thought on “[Critique] The Bling Ring de Sofia Coppola

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *