[Critique] Sous Surveillance de et avec Robert Redford

L’argumentaire de Sous Surveillance donnait vraiment envie de le voir :
« Robert Redford revient au thriller politique, dans la droite lignée de ses chefs-d’œuvres tels que Les 3 Jours du Condor et Les Hommes du Président. Dans Sous Surveillance, il nous propose à la fois un thriller nerveux, plein de rebondissements, et une réflexion sur les illusions perdues des idéalistes des années 70. Réflexion dépassant le film et servant de miroir à un réalisateur/acteur de légende, ayant plus de 40 ans de carrière. »
N’ayant pu me rendre à la projection, c’est Marine du blog 2 Much Poney qui a gentiment proposé ses services de critique cinéma. Voici son avis.

 affiche_sous_surveillance

 CRITIQUE

« Pour son neuvième long métrage derrière la caméra, Robert Redford décide d’adapter le roman de Neil Gordon, The Company you keep. A 76 ans le beau Robert est-il toujours aussi convaincant ?

Robert Redford

Le début du film nous aura clairement confirmé les ambitions pressenties dans la bande annonce. Grâce à des images d’archives et à une introduction des plus intéressantes, on entre pleinement dans le film et de la meilleure des manières. Toutes les clefs du thriller politique sont présentes alors que l’on va suivre une enquête d’un jeune journaliste prêt à tout pour trouver le fin mot de l’histoire.

Si le début partait bien et l’intrigue était vraiment au rendez-vous, on va vite déchanter. D’abord parce que le film va souffrir d’un gros problème de rythme. Deux heures de film pour une histoire pas franchement passionnante c’est bien trop. Difficile alors de rester concentré et de rentrer vraiment dans le sujet, Robert Redford prenant mille chemins différents pour arriver à un dénouement qui ne restera pas dans les annales. Jamais le réalisateur ne parvient à atteindre un climat angoissant ou à maintenir le moindre suspens. On suit (péniblement) l’enquête sans jamais s’y intéresser vraiment. Robert Redford passe donc au travers du genre et livre un thriller sans aucune saveur.

Alors qu’on aimait l’idée d’une enquête un peu atypique et décalée on va vite se faire rattraper par la non-probabilité de tout cela. Nous sommes en 2013 et il est vraiment impossible qu’un petit journaliste, même si on lui  a mis des lunettes et un pince cravate d’un ancien temps, soit capable d’avoir toujours 100 mètres d’avance sur la CIA. Que les calepins et les recherches dans les archives de la bibliothèque municipale soient plus efficaces qu’une dizaine d’agents suréquipés. On aura donc une raison de plus de s’échapper de l’histoire tant celle-ci semble tirée par les cheveux.

D’ailleurs là où on avait vu le principal intérêt du film (l’histoire de ces militants radicaux contre la Guerre du Vietnam) on va vite se rendre compte que cette histoire ne constitue qu’un prétexte pour raconter une tout autre histoire. Une histoire de retraités dont la conscience se réveille on ne sait pas trop pourquoi.  Le film se concentre sur les liens qui les unissent et on se perd du coup encore un peu plus en chemin. Robert Redford n’en finit plus d’ajouter des personnages secondaires qu’on ne voit parfois que quelques minutes.

Sous surveillance sent tellement le réchauffé et la naphtaline qu’on se demande vraiment ce que Robert Redford a voulu faire. Si on aime bien l’idée que les personnes d’un certain âge ait leur place au cinéma ou dans des histoires, on aime beaucoup moins comment ils sont utilisés dans le film. On se demande à qui le film s’adresse tant on se voit mal le conseiller ni à nos amis ni à nos parents.  « 

© SND

Susan Sarandon

 

  •  Je vous recommande les articles de Marine2MP sur son blog cinéma et musique, que vous pouvez visiter ici :  2MuchPoney.com.

 

SOUS SURVEILLANCE

Titre original :  The Company You Keep (2012)

Date de sortie France : 08 mai 2013

Un film de : Robert Redford

Avec : Robert Redford, Shia LaBeouf, Brit Marling, Chris Cooper, Stanley Tucci, Anna Kendrick, Terrence Howard, Brendan Gleeson, Susan Sarandon

Synopsis :

En 1969, un groupe de militants radicaux appelé « Weather Underground » revendique une vague d’attentats aux États-Unis, pour protester contre la guerre du Vietnam. La plupart de ses membres furent emprisonnés, mais quelques-uns disparurent sans laisser de trace… jusqu’à aujourd’hui. L’arrestation de Sharon Solarz (Susan Sarandon), l’une des activistes, remet cette affaire sur le devant de la scène, au point d’attiser la curiosité du jeune et ambitieux reporter Ben Schulberg (Shia LaBeouf). Jouant de ses relations au FBI, il rassemble petit à petit les pièces du puzzle, le menant jusqu’à Jim Grant (Robert Redford), un avocat apparemment sans histoires… lorsque celui-ci disparait brusquement, le journaliste se lance sur sa piste, déterminé à le retrouver avant le FBI.

Les informations sur le film sont tirées de cette page : SND – SOUS SURVEILLANCE.
Photos et affiches ©SND

Bande annonce :

Enhanced by Zemanta

3 commentaires en réponse à [Critique] Sous Surveillance de et avec Robert Redford

  • Lili Galipette  dit:

    Ah zut, il me tentait beaucoup… Mais il y en a tant que je veux voir en ce moment que c’est aussi bien de pouvoir en éliminer un ! 🙂

    • Claire  dit:

      Moi aussi, mais j’irai certainement le voir…C’est vrai qu’ il y a beaucoup de films qui sortent le 8 mai et qu’ il faut en effet faire un choix.

  • wildgunslinger  dit:

    Je partage malheureusement cet avis…un film qui ressemble plus à Robert qu’à Redford…

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser les codes HTML suivants: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>