[Critique] Happiness Therapy (Silver Linings Playbook) de David O. Russell avec Jennifer Lawrence, Bradley Cooper et Robert DeNiro

affiche-happiness-therapy

J’ai eu la chance de voir Happiness Therapy, un film de David O. Russell, grâce à une projection du Club 300 organisée par Allociné. Merci à Audrey de New Kids on the geek pour cette invitation. Prix du jury au festival de Toronto, le film part grand favori aux Oscars. Alors, a- t-on perdu la tête Outre Atlantique ou est-ce l’un des meilleurs  films de l’année 2013 ?

CRITIQUE

Voir Bradley Cooper (Limitless, Very Bad Trip) face à Jennifer Lawrence (Hunger Games) et à Robert DeNiro était tentant. Le synopsis me tentait bien, ainsi que la bande annonce. Une comédie traitant des sujets graves (dépression, troubles bipolaires, TOC, nymphomanie…) pour commencer l’année, pourquoi pas ?

Vol au dessus du nid du cocu…

Bradley Cooper : la preuve qu’on être sexy en étant habillé comme un sac poubelle. Poubelle, la vie !

Adapté de la nouvelle éponyme de Matthew Quick , Silver Linings Playbook  (gardons le titre original, et oublions cette traduction anglais > anglais pour le marché français) nous délivre un message optimiste : un événement dramatique dans une vie peut nous rendre meilleur ; et  oui , on peut se sortir d’une dépression et retrouver l’amour.

Le scénario se concentre sur le personnage de Pat, un homme qui a pété les plombs après avoir découvert sa femme dans les bras d’un autre. Pat est hospitalisé, diagnostiqué comme bipolaire… Pour un film présenté comme une comédie, on aurait pu trouver un point de départ plus léger mais le film possède de vrais moments de comédie.L’humour est la politesse du désespoir, comme dirait l’autre, et David O Russell, réalisateur et scénariste du film, a bien l’intention de le prouver.

Les scènes où  Bradley Cooper réveillent ses pauvres parents à quatre heures du matin pour témoigner son point de vue sur le roman  A Farewell to Arms ou sa réaction excessive (litote) dans la salle d’attente à une chanson de  Stevie Wonder (Cherie Amour) sont à la fois hilarantes et …pathétiques. Cooper a le don de nous rendre son personnage charismatique et touchant. On ne rit pas contre Pat, car le réalisateur porte un regard tendre sur son héros, même s’il en montre le côté sombre (violent et imprévisible, il fait souffrir ses parents …) Pour la petite histoire, j’ai lu que David O.Russell aurait un fils souffrant de troubles bipolaires et de TOC. C’est peut-être pour cela que le portrait de Pat semble si juste !

Pause midinette : Bradley Cooper a été élu l’homme le plus sexy l’an dernier et dans ce film, il prouve qu’on peut être attirant même avec un sac poubelle sur les épaules. (Et oui : la vie est injuste). Bradley Cooper rompt ici avec son image de bellâtre frimeur, il est parfois inquiétant, souvent touchant dans son obstination à vouloir être positif pour reconquérir sa femme. Un beau rôle, qui lui permettra peut-être d’évoluer vers une carrière à la Matthew McConaughey ? Cooper n’est pas le seul à avoir un rôle intéressant dans le film…

La veuve pas joyeuse

Tiffany (Jennifer Lawrence) débarque dans l’histoire comme un chien dans un jeu de quilles. Caustique, directe, elle dit ce qui lui passe par la tête sans aucune retenue ou censure, elle aussi est passée par la case dépression. Elle a perdu son emploi car elle a couché avec tous ses collègues suite à la mort de son mari…
Jennifer Lawrence livre une véritable performance : charmante mais déjantée , forte mais fragile, perdue mais déterminée…
Entre elle et  Cooper, on sait comment ça va finir – la rom com hollywoodienne adoptant deux adages contraires :  « les opposés s’attirent » et « qui se ressemble s’assemble »… Mais on ne sait pas comment.
Je redoutais un peu de voir la jeune Lawrence en veuve éplorée car d’habitude elle joue des adolescentes (The Hunger Games, Winter’s Bone, Le complexe du Castor). L’actrice cependant reste crédible et semble très mûre dans ce rôle, on sent une certaine alchimie entre Cooper et elle… Surtout, Jennifer Lawrence, plutôt diserte dans ses autres films, a un bagou incroyable dans ce film ;  elle gueule, elle parle vite …Cette logorrhée non censurée est également une source de comédie, mais aussi de gêne pour sa sœur (Julia Stiles, excellente en « control freak »). Car Silver Linings playbook ne se concentre pas que sur l’histoire d’amour, elle dresse aussi le portrait de familles dysfonctionnelles mais aimantes.

Silver Linings Playbook  permet  à Cooper de tourner à nouveau avec De Niro,après Limitless.Cette fois, il joue son fils et De Niro a un rôle plus important… Robert De Niro incarne en effet Pat Solitano Sr., un homme  devenu  bookmaker après avoir été licencié . Son obsession pour les Eagles de Philadelphie l’empêche de voir les soucis de son fils. Pat Sr veut avoir  Pat Jr à ses côtés pour être son porte- bonheur pendant les matches de football…De Niro semble se plaire dans les comédies, et  ici il n’est pas plus mal que dans la saga des Mon beau -père.   Quant au frère de Pat junior,selon le principe des vases communicants, il est un symbole de réussite à l’américaine, alors que Pat semble avoir échoué en tout. Enfin il reste la mère aimante (Jacki Weaver), véritablement touchante, qui encaisse les coups du destin avec  humilité.

Venons-en à d’autres second rôles. Chris Tucker  dans le rôle du meilleur ami de Pat à l’HP fait du “Chris Tucker”:  c’est à dire qu’il est complétement déjanté. Il est franchement drôle avec son obsession pour ses cheveux et son côté pile électrique. Julia Stiles incarnant la soeur de Tiffany  est mariée à Ronnie, son voisin et ami de jeunesse. John Ortiz campte un Ronnie amusant, grimaçant et étouffé par sa femme.Enfin, comment ne pas citer le psy de Pat, le docteur Cliff Patel (Anupam Kher) ? On le croirait tout droit sorti d’un film de Woody Allen… Tous ces personnages hauts en couleur ont un point commun : le football américain.

C’est parti pour une séance de Dirty Dancing !

A défaut de sexe, faites du sport …

Pat court et sue, Tiffany danse. Le sport comme thérapie :  « bouger son boule » pour ne pas perdre la boule… D’accord, mais ce qui les relie au reste de  leur entourage, c’est le football américain leur amour pour les Eagles de Philadelphie. Comme d’habitude lorsqu’on cause sport au cinéma, surtout un sport que je ne connais pas, je suis polie :  j’attends que ça passe. Stratégie qui a porté ses fruits dans le Stratège et dans Une nouvelle chance ( tiens, ce titre aurait aussi convenu  à Silver Linings Playbook).  Heureusement, on ne nous montrera pas de matches de football dans Happiness Therapy. Ce sport constitue un pont entre les individus et un aiguillon pour l’histoire. Comme le concours de danse si  important aux yeux de Tiffany. Les scènes de danses plairont aux amateurs de danse et de Danse avec les stars. Le duo improbable gagnera-t-il son pari ? Tomberont-ils amoureux ?
Pas forcément comme vous le pensez … Même si certains moments sont assez prévisibles.

 Happiness Therapy : verdict

Le film est classique par sa trame sentimentale,  la réalisation neutre. En ce sens, ce n’est pas un film indépendant. De plus, il n’y a rien d’extrême ou de choquant ( à part  peut-être une scène de castagne en famille) et le film devrait plaire au plus grand nombre. Le film reponse sur son casting, les dialogues et sur le comique de situation… Pour moi , ce n’est pas un film exceptionnel (par moments, c’est un peu long) mais j’ai passé un excellent moment. Il faut reconnaître que la cible du film est large : les couples qui iront le voir à la Saint Valentin. Les célibataires qui y verront un message d’espoir. Les fans de Bradley et de Jennifer qui tiennent la dragée haute à De Niro. Ceux qui aiment l’humour noir. Les amoureux de Philadelphie. Et bien entendu les romantiques.En revanche, les amateurs d’action testostéronée en seront pour leur frais – à part quelques bagarres…De même que ceux qui attendent une avalanche de gags. Happiness Therapy n’est pas le film de l’année mais un film agréable pour la commencer.

 Fiche film Happiness Therapy

de David O. Russell.

avec Bradley Cooper, Jennifer Lawrence, Robert De Niro, Jacki Weaver, Anupam Kher, Julia Stiles, John Ortiz, and Chris Tucker.

Sortie le 30 janvier 2013

Synopsis

La vie réserve parfois quelques surprises… Pat Solatano (Bradley Cooper) a tout perdu, sa maison, son travail et sa femme.

Il se retrouve même dans l’obligation d’emménager chez ses parents. Malgré tout, Pat affiche un optimisme à toute épreuve et est déterminé à se reconstruire et renouer avec son ex-femme.

Rapidement, il rencontre Tiffany (Jennifer Lawrence), une jolie jeune femme ayant eu un parcours mouvementé.

Tiffany se propose d’aider Pat à reconquérir sa femme, à condition qu’il lui rende un service en retour.

Un lien inattendu commence à se former entre eux et, ensemble, ils vont essayer de reprendre en main leurs vies respectives !

La bande annonce

4 commentaires en réponse à [Critique] Happiness Therapy (Silver Linings Playbook) de David O. Russell avec Jennifer Lawrence, Bradley Cooper et Robert DeNiro

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser les codes HTML suivants: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>