[Critique] LES CINQ LÉGENDES de Peter Ramsay avec les voix de Jude Law, Alec Baldwin et Hugh Jackman

Le dernier projet de DreamWorks (Shrek, le Chat Potté, Madagascar, Kung Fu Panda, Dragons …)  s’intitule  Les Cinq Légendes (« Rise of the Guardians » en VO).

C’est un joli film d’animation pour les fêtes de fin d’année, idéal pour retrouver son âme d’enfant.

5 légendes
Les 5 légendes : Jack, Nord, La fée des Dents, Bunny et Sab

Synopsis

L’aventure d’un groupe de héros, tous doués de pouvoirs extraordinaires. Emmenées par Jack Frost, un adolescent rebelle et ingénieux, ces cinq légendes vont devoir, pour la première fois, unir leurs forces pour protéger les espoirs, les rêves et l’imaginaire de tous les enfants.

Pitch Black, le grand méchant (Jude Law)

Critique

Il était une fois un film d’animation fédérateur qui devrait cartonner au box office. « Les Cinq Légendes » est un film qui va faire de l’ombre aux Mondes de Ralph de Disney. Pixar , même si la cible n’est pas la même. Pourtant ce n’était pas gagné avec moi :  les premières bande-annonces laissaient supposer que c’était une histoire de super-héros à la « Avengers » mais pour les enfants.

Les super héros des « Cinq Légendes » sont un peu particuliers  puisqu’il s’agit de gardiens de l’enfance : le père Noël, du lapin de Pâques, de la Fée des dents, du marchand de sable et  de Jack Frost se réunissent pour vaincre Pitch, le croque-mitaine, qui est envoyé du monde des ténèbres. En fait,  l’histoire à l’origine du film  provient de livres pour enfants signés William Joyce, un auteur et dessinateur américain peu connu en France. « Les cinq légendes » sont donc des personnages occidentaux et anglo -saxons. Ces héros ne seront donc pas connu de tous les enfants du monde, mais le propos, lui, est universel.

Du beau travail. Commençons par le casting de voix et la BO. Ce  film d’animation bénéficie en VO des voix d’Alec Baldwin ( le père Noël), Jude Law (Pitch), Hugh Jackman( le lapin de Pâques) et Isla Fisher qui fait la « Tooth Fairy »  (elle avait déjà été l’une des voix de Rango). Chris Pine est la voix de  Jack Frost.
En VF, la chanteuse Nolwenn Leroy double la fée (après Amel Bent et Lorie pour la saga Clochette), Gaspard Ulliel  est Jack Frost. A noter que le Marchand de sable est un personnage muet.

Alexandre Desplat, qui semble avoir le don d’ubiquité tant il signe de scores, a composé une bande originale classique, qui appuie judicieusement les belles images du film. Je ne garde en mémoire aucune mélodie, mais sur le moment j’ai trouvé l’ensemble agréable. Personnellement,  j’ai aimé le  graphisme-  je sais que certains spectateurs ont trouvé les personnages  « ratés » !?-  et j’ai trouvé l’animation fluide. La 3D n’est pas mal, jouant habilement entre poussière dorée et givre. Les mondes de chaque personnage sont  esthétiquement superbes. Alors, que demander de plus ?

Ne cherchez pas d’originalité ou de second degré dans les Cinq Légendes. L’intrigue est  classique : un outsider se joint à un groupe pour sauver le monde  l’innocence et la magie des rêves d’enfants. (Tiens, tiens : ce sont des thèmes chers à Spielberg, qui est à l’origine de Dreamworks.)
Ici on est dans du contes de fées propret, l’humour est bon enfant mais pas « caca – boudin »( les lutins, la rivalité Bunny /Jack) pas de contrepèteries ou de pets à la Shrek. Heureusement, Alec Baldwin fait rire avec son personnages de cosaque tatoué  en intégrant des noms de compositeurs russes à la place de jurons, et Hugh Jackman -Wolverine se moque de son accent australien: oui le lièvre de Pâques vient d’Oz- non pas la prison, ni le pays du Magicien du même nom-  mais bien d’Oz, l’Australie. Il a donc un accent à couper au boomerang et ressemble plus à un kangourou qu’à un mignon lapinou).
Certes, c’est du « gloubiboulga » qui mélange les croyances de l’enfance, mais c’est plutôt bien fait. Le scénario réussit même à éviter un choc culturel majeur à nos chères têtes blondes, puisqu’il intégré officiellement une petite souris comme collègue de la division européenne ! Et si cela peut donner envie aux enfants de lire l’œuvre de William Joyce, et les faire rêver, il n’y pas de mal à cela, d’autant plus que le message final est inoffensif.

Le message est extrêmement positif : le pouvoir de rêver est plus fort que la peur.  Faire le bien  autour de soi est  gratifiant.  L’union fait la force. L’enthousiasme est contagieux… On trouve une légère réflexion sur l’identité ( Jack est à la recherche de son identité et de sa place dans le monde ), l’intégration et l’appartenance à un groupe, et sur le pouvoir néfaste de la peur. Bref, ce n’est ni débilitant ni ambigu.

J’ai beau essayer d’être rationnelle et avoir vu des défauts au scénario, la magie a opéré : j’ai retrouvé mon âme d’enfant devant le film, et j’ai été agréablement surprise. Vous ne pouvez pas vous tromper en emmenant des enfants voir ce conte de fées/ fêtes de fin d’année / de Noël.
Le film est à conseiller à partir de 6 ans à cause de Pitch et ses personnages cauchemardesques, et de ce qui arrive à Jack Frost.

Film vu en 3D , VOST.

LES CINQ LÉGENDES – Bande annonce VOST

LES CINQ LÉGENDES

(Rise of the Guardians)
Réalisé par Peter Ramsey

Avec les voix U.S. de : Alec Baldwin, Hugh Jackman,  Isla Fisher,  Chris Pine & Jude Law

Produit par Guillermo del Toro

durée : 1 h 37

Film distribué par Paramount France

AU CINÉMA LE 28 NOVEMBRE 2013
En 3D et en 2D

En savoir plus :

[Mise à jour 29/03/13 ]

A quelques jours du week-end de Pâques, Les Cinq Légendes sortent en vidéo !

5_légendes_vidéo

7 thoughts on “[Critique] LES CINQ LÉGENDES de Peter Ramsay avec les voix de Jude Law, Alec Baldwin et Hugh Jackman

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *