[Critique] Argo de (et avec) Ben Affleck

D’Argo, je n’avais rien voulu voir à part l’affiche et cette accroche aguicheuse : « Le film était faux, la mission bien réelle ». Delphine de Ciné-toile m’a gentiment invitée à une projection-rencontre avec Ben Affleck (vous pouvez voir son avis et sa captation de l’interview de Ben ici ). Une avant-première d’un film qui fait le buzz, une rencontre avec le beau Ben … Voilà une proposition qui ne se refuse pas !

affiche française de ARGO. ©Warner Bros 2012

Synopsis 
Le 4 novembre 1979, au summum de la révolution iranienne, des militants envahissent l’ambassade américaine de Téhéran, et prennent 52 Américains en otage. Mais au milieu du chaos, six Américains réussissent à s’échapper et à se réfugier au domicile de l’ambassadeur canadien. Sachant qu’ils seront inévitablement découverts et probablement tués, un spécialiste de “l’exfiltration” de la CIA du nom de Tony Mendez monte un plan risqué visant à les faire sortir du pays. Un plan si incroyable qu’il ne pourrait exister qu’au cinéma.

(in DP)

Critique 

 

Parlons de la genèse d’Argo. Ben Affleck est un artiste de cinéma complet :  acteur, producteur, réalisateur, scénariste…  Après « Gone Baby Gone » et « The Town » (ce dernier m’avait laissée relativement indifférente), voici Argo, un film a toutes ses chances pour les Oscars. Pardon, les ArgOscars.Une fois n’est pas coutume, Affleck s’éloigne de son Boston adoré et se lance dans le thriller politique en adaptant cette histoire vraie mais totalement folle que lui a rapporté son ami George « What else ? » Clooney.

« C’est l’idée la moins pire que nous ayons monsieur, et de loin. » Argo, c’est donc l’histoire d’un agent de la CIA (Tony Mendez, alias Ben Affleck) qui se rend à Téhéran lors de la crise des otages de 1979. Sa mission est de ramener six Américains cachés à l’ambassade du Canada. Il invente un faux tournage de film de science-fiction, et se donne un mal fou pour que ce faux tournage ait l’air authentique. Tony part à Hollywood, trouve  les soutiens nécessaires grâce à Lester Siegel et John Chambers, deux vieux briscards du milieu du cinéma. Et hop, mise en abyme – sujet de rigolades.


« Si je fais un faux film, ce sera un faux succès ! « . L’idée est que Tony parte seul – mais revienne une « équipe de tournage »(composée des six diplomates), équipe supposée faire des repérages pour « Argo », un film de SF. Les diplomates américains devront jouer le rôle de scripte, réalisateur, décoratrice,  caméraman. Et tous jouent leur vie  sur ce coup … Une histoire vraie que même un enfant croyant encore au Père Noël ne goberait pas. Et pourtant ça a marché ! Rassurez-vous : dévoiler cette heureuse issue  ne vous empêchera de vous ronger les ongles ou de fermer les yeux à certaines scènes. On est totalement pris par l’histoire, du début à la fin.

Argo est le genre de film qu’on a envie de recommander à tous. Argo combine tous les codes du bon thriller, tout le suspens d’un film politique, avec la satire du monde du cinéma et une légère critique du système hollywoodien. Mais ce n’est pas un fourre-tout, tout est bien agencé dans le cinéma de Ben Affleck. Visuellement, techniquement, c’est bien réalisé : esthétique  seventies, image granuleuse, looks et musiques d’époque… Difficile de distinguer les prises de vues d’Argo d’images d’archives. Argo a également le mérite d’aborder un point d’Histoire méconnu et sensible, tout en restant subtil. Enfin  tout est maîtrisé et équilibré dans Argo : la musique n’en fait pas trop : la partition d’Alexandre Desplat est belle mais sobre. L’interprétation est superbe (et les acteurs ressemblent aux vrais protagonistes, Ben Affleck mis à part). Mention spéciale à Alan Arkin et John Goodman en « vieux de la vieille hollywoodiens » qui balancent les plus belles répliques humoristiques, notamment cette phrase qui restera dans les annales  :  « Argoccupe toi de tes oignons ! » (« Argofuckyourself ! » en VO). Ou encore ce magnifique échange : « Le public visé détestera.-Quel public ?-Celui avec des yeux ! » Quant à Ben Affleck, même s’il incarne le héros de l’histoire, il ne tire pas la couverture à lui : son jeu est discret et efficace, comme le héros qu’il incarne.

©Warner Bros

En conclusion : pour moi Argo est une excellente surprise. C’est même l’un des meilleurs films de l’année. Argo est passionnant, haletant, stressant tout en nous réservant des moments divertissants. Enfin, Argo est porteur d’un message d’espoir :  on peut sauver des vies sans violence, même quand la situation semble désespérée. Argo, l’anti Rambo.

 

 En savoir plus :

Photo de l’avant-première du 15 octobre © Claire Fayau

Fiche film

ARGO

(source : Allociné.fr)