Retour sur le Festival du Film de Cabourg 2012

la fée cabourg 2012

 Cabourg, c’est fini, et dire que c’était la ville de mon premier festival de films romantiques… en tant que blogueuse dûment accréditée, s’il vous plaît !

La 26ème édition du Festival du film de Cabourg- Journées Romantiques a proposé  une programmation de qualité, avec de nombreux films en avant -première. Six longs métrages étaient en compétition pour la récompense suprême : le Swann d’Or. Au final, c’est Laurence Anyways qui a remporté le prix. Le film de Xavier Dolan a même été doublement récompensé : il a également obtenu le prix du jury Jeunesse.

Ce que je vous propose dans ce billet, c’est une synthèse absolument subjective de « mon » Festival, entre paillettes, promenades et rencontres.

Du changement cette année !

1/ Contrairement  à l’an dernier, les billets de cinéma pouvaient  se prendre à l’unité, dès samedi midi, au prix de 6 euros. Avant cette heure,  il fallait acquérir un pass (30 euros les 5 séances).

2/ Les Dieux Normands de la météo ayant été exceptionnellement cléments cette année, les projections gratuites en plein air ont enfin pu avoir lieu !

3 / Une nouveauté dans la programmation : « Par amour de la musique »,  une sélection de films, courts ou longs métrages, « mettant la musique au coeur du récit ». Pour la première année, un compositeur recevait un Swann d’Or pour son travail.

Tenue de soirée 

J’ai eu l’honneur d’assister aux trois soirées – oui, Mesdames et Messieurs, cela signifiait porter trois tenues différentes : une de cocktail, une tenue de fête, et une tenue de fête !

Jeudi 14 juin a eu lieu  la Cérémonie d’ouverture, dite « Soirée des Roses ». Pour l’achat d’une rose, on pouvait participer à une tombola (Emmanuelle Béart a d’ailleurs remporté un lot !). Lors de cette  soirée caritative au profit de l’Association Écoles du Monde, Charles Berling a poussé la chansonnette, fêtant en musique l’anniversaire de Gisèle Casadesus (98 printemps !).

Le vendredi 15, c’était la cérémonie des « Premiers rendez-vous », consacrés aux meilleurs espoirs : Fleur Lise pour Ma bonne étoile de Anne Fassio  (également Prix du Public) et Abraham Belaga pour Une bouteille à la mer de Thierry Binisti ont été récompensés.
Exceptionnellement le Prix d’interprétation féminine et masculine ont été décernés ce soir-là, 24 heures à l’avance. En effet, Pierre Niney devait se produire sur scène le lendemain… Le jeune sociétaire de la Comédie Française était récompensé pour J’aime regarder les filles – film présenté l’an dernier au Festival de Cabourg. J’ai beaucoup aimé son discours, parlant de Normandie et de premières fois…
La lauréate pour le prix d’interprétation féminine, Soko étant absente … C’est Pascal Greggory, président du jury des court métrages son partenaire dans le film Bye Bye Blondie,  qui a reçu le prix. Cette cérémonie fut suivie d’un buffet au  Casino et  s’est prolongée en musique, dans une ambiance décontractée, où les enfants étaient les bienvenus.

Le samedi, ambiance glamour ! Tenue de soirée exigée sur le tapis rouge pour assister à la cérémonie de clôture et à la remise des Swann d’or. La  montée des marches était même digne du festival de Cannes. Contrairement à l’an dernier, les badauds ont pu admirer le défilé sous un beau soleil couchant. Tard dans la nuit quelques notes de musique s’élevaient encore dans les airs, alors que le Ciné Swann battait son plein sur la plage.

Dimanche, dernier jour du festival, moment des adieux. C’était aussi l’occasion, pour les retardataires, de voir Laurence Anyways ou Ma bonne étoile, les deux lauréats. Personnellement, j’ai préféré passer un dimanche en musique : fanfare sur l’avenue de la mer, projection du court Les Pseudonymes et pour finir : Rock Forever avec Tom Cruise !

La minute midinette !

J’ai pu interviewer Renaud Cohen, réalisateur du film Au cas où j’aurais la Palme d’or, au Grand Hôtel (après l’avoir stratégiquement « coincé » à la sortie des toilettes !), puis l’ai recroisé avec Frédéric Pierrot, qui joue dans son film. Ce festival fut aussi l’occasion de discuter avec Grégory Montel (qui joue dans L’air de rien).

J’ai félicité Yann Samuell (président du Grand jury) pour son audacieux choix vestimentaire lors de la cérémonie de clôture : le réalisateur portait un kilt ! Parmi les autres stars croisées sous les ors du Grand Hôtel : Bertrand Burgalat, Amira Casar (qui portait une tenue étonnante le samedi soir : une chemise blanche et un soutien gorge noir… par dessus !), Mathieu Demy, Marie Denarnaud, Anne Marivin, Christa Théret, Alice Taglioni (sublime dans sa robe émeraude signée Elie Saab), Léa Seydoux (aux cheveux couleur azur, assortis à sa robe bleue), Corinne Masiero (l’interprète de Louise Wimmer arborait un joli chignon à coquelicots), Patrick Bruel (au piano), Michel Delpech, Hippolyte Girardot, et tant d’autres !

On pouvait aussi voir les stars lors des projections : Sophie Marceau, Gad Elmaleh, James Huth (avec qui j’ai discuté des Aristochats !) ont fait la présentation de Un bonheur n’arrive jamais seul avec bonne humeur et décontraction. Le « Swann d’or de la signature d’autographes » revient à Christophe Lambert (pour Ma bonne étoile), ex aequo avec Jacques Audiard, également très courtisé ! J’ai également longuement (!) serré la main à Alex Beaupain, Swann d’or du meilleur compositeur pour Les Chansons d’amour.

Ce festival est un festival de proximité. Les spectateurs peuvent côtoyer acteurs et réalisateurs lors des projections, ou simplement en se promenant dans les rues cabourgeaises. Par exemple, le dimanche, on pouvait manger une crêpe sur la promenade Marcel Proust à côté de l’équipe de l’Air de rien  (sauf Michel Delpech) ou de celle des Pseudonymes

Rendez-vous l’année prochaine pour la 27ème édition !

(Vous pouvez consultez la sélection des films en compétition, le panorama, et le palmarès sur ce site ou sur le site officiel).

Le festival en images

 

Remerciements

Je tiens à remercier l’équipe du Festival du film de Cabourg, notamment les bénévoles. Florence Narozny, Marion Oddon, André-Paul Ricci, Anthony Boscher. Et la ville de Cabourg, le Grand Hôtel, Le Casino, le cinéma Le Normandie pour nous avoir si bien accueillis.

NB : Tous mes articles concernant le festival de Cabourg sont regroupés sur une page.

Liens externes :


3 commentaires en réponse à Retour sur le Festival du Film de Cabourg 2012

Laisser une réponse

Vous pouvez utiliser les codes HTML suivants: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>