L’histoire de Pi de Yann Martel

« Histoire de Pi « : 227 jours avec un tigre du Bengale.

Présentation du roman (par l’éditeur : Gallimard-Jeunesse)

Le directeur du zoo de Pondichéry avait bien prévenu son fils Pi : il ne faut jamais s’approcher des fauves ! Mais il n’avait pas prévu que le cargo conduisant la famille et la ménagerie au Canada sombrerait, laissant Pi seul sur un canot de sauvetage. Enfin, presque seul : un tigre du Bengale est caché dans la chaloupe ! Durant 227 jours, le jeune garçon va tenter d’oublier sa faim, sa peur et les requins pour apprivoiser le fauve...

L’auteur : Yann Martel

Né le 25 juin1963 en Espagne, Yann Martel est  un écrivain canadien. Il est surtout célèbre pour son  roman intitulé Histoire de Pi, « Life of Pi » dont la version originale en langue anglaise a remporté le Man Booker Prize for Fiction (2002).

Selon  Wikipédia, « Pour  préparer (ce roman), il est demeuré en Inde pendant six mois, visitant des mosquées, des temples, des églises et des zoos. Par la suite, il a lu des textes religieux et de naufrages pendant une année. La rédaction proprement dite a pris deux années supplémentaires. » L’histoire de Pi devrait  être  bientôt adaptée à l’écran par Ang Lee… Je me demande bien ce que cela va donner .

Pourquoi je l’ai lu …

Parce que j’avais lu un article d’Ecran noir sur le casting du film:

Ang Lee choisit un inconnu pour incarner Pi

J’ai donc cherché à la bibliothèque et  je suis tombée sur la version anglaise disponible de suite. Pour voir si le Booker Prize est mérité. Et ensuite pour le challenge Bienvenue en Inde – même si  le héros ne reste pas en  Inde …

Ce que j’en pense

Un superbe début, une seconde partie vraiment trop longue et sombre pour moi (  à deux doigts de décrocher), et enfin la troisième partie qui est plutôt mieux que la seconde (l’interview après le sauvetage). Mon avis est donc mi-figue mi-raisin. Etonnant que Gallimard jeunesse publie ce roman avec ses descriptions de la violence animale et aussi de cannibalisme. On a accusé Yann Martel de plagiat, je ne reviendrai pas ce point, n’ayant pas lu l’ouvrage  » original ».

Ce que je peux dire, c’est que le Booker Prize a récompensé un style original et une imagination débordante, et de l’humour.

J’ai souri, surtout au début, pour le nom de Piscine Molitor Patel (quelle  imagination ont ses parents!). Ce fut  aussi intéressant de lire la partie où  Pi devient « tri – religieux »  :  musulman, hindou et catholique ! La description de la vie à Pondichéry est super, on sent que Martel s’est documenté.

Ce livre m’a fait penser à Jules Verne (l’ Ile mystérieuse), aux comédies de Bollywood (L’enfance de Pi),  à des romans sur l’Inde (voir ma sélection dans l’article précédent) ,  à Robinson Crusoé, et surtout Poe et son naufragé AG Pym »The Narrative of Arthur Gordon Pym of Nantucket« (lu en anglais aussi).

(Parenthèse ) A chaque fois que je lis en  VO, j’admire le travail des traducteurs et  je me demande à chaque fois si la version française est à la hauteur de l’original. Pour Martel, elle doit l’être car ce sont les propres parents de l’auteur qui ont traduit le livre!

Alors, je le lis … ou pas  ?

Comme Pi le naufragé, le lecteur se laisse porter par l’histoire, changeante comme  la mer … On  a l’impression de lire plusieurs livres en un (ce qui n’est pas mal en soi, mais du coup on est un peu désarçonné) , avec des thèmes assez différents.

A lire donc, pour vous faire une idée avant de voir le film.

5 commentaires sur “L’histoire de Pi de Yann Martel

  1. J’ai vraiment beaucoup aimé ce roman. mais je suis d’accord avec toi sur 2 points: la seconde partie est un peu « longue » mais elle est transcendée par l’interview finale qui donne une autre dimension à l’ensemble! Ensuite, je trouve que ce n’est pas du tout un roman jeunesse: il est à la fois trop violent et trop complexe (encore une fois avec l’analyse finale) pour cela! en tous cas, j’ai hâte de voir l’adaptation d’ANG LEE même si les premières images ne me semblent guère refléter l’ambiance du film!
    Mon avis, à l’époque où je l’ai lu: http://www.critiques-futiles.fr/?p=242

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *